Les moutons vont à l'abattoir. Ils ne disent rien, et ils n'espèrent rien. Mais du moins, ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que bête, plus moutonnier que les moutons, l'électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des révolutions pour conquérir ce droit.

Octave Mirbeau, La grève des électeurs (1888)

H. Krazucki ancien secrétaire général de la CGT

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasemen
t.


Mikis Théodorakis

"Si les peuples d’Europe ne se lèvent pas, les banques ramèneront le fascisme"

Seul les poissons morts vont dans le sens du courants ...

Jean Jacques Rousseau :

« Le premier qui, ayant enclos du terrain, s’avisa de dire : « Ceci est à moi » et trouva des gens assez simples pour le croire fut le vrai fondateur de la société civile… Gardez-vous d’écouter cet imposteur, vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et que la terre n’est à personne…Quand les héritages se furent accrus en nombre et en étendue au point de couvrir le sol entier et de se toucher tous, les uns ne purent plus s’agrandir qu’aux dépens des autres… De là commencèrent à naître la domination et la servitude »

Jean Jaurès

«Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots»

Maximilien Robespierre, 1789

" Nul n'a le droit d'entasser des monceaux de blé
à côté de son voisin qui meurt de faim".



RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE

RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE
Les générations futures ne nous pardonneront pas d'avoir laisser faire

Un blog pour une idée

Une idée maitresse me guide pour construire ce blog : mettre l'Homme au centre de toutes les préoccupations, reconquérir la dignité perdue, travailler pour un monde Humain, au delà de toutes considérations tendancieuses, pour moi seul compte ,l'humanisme , le combat contre l'exploitation de l'homme par l'homme pour le profit ,une priorité absolue ; pour moi et tous ceux qui luttent, l'être humain et son environnement sont le socle de toutes revendications,
L' Homme doit être le but et l'argent l'accessoire d'échange et rien d'autre
"la terre nous l'empruntons à nos enfants ,nous ne l'héritons pas de nos parents"
Afin d'éviter des attaques au dessous de la ceinture par des gens dont le seul but est d'exister en supprimant les autres, je me vois obliger de mettre en place une modération des commentaires: bien sur il ne s'agit pas de supprimer le débat démocratique , mais il est ors de question de salir les gens pour le plaisir de faire du mal , simplement parce que l'on critique l'action du pouvoir de l'argent , ceux qui respecteront l'être humains continueront comme par le passé à s'exprimer .
Et oui l’extrême droite a pris des ailes et ce blog n'est pas à son service , soyez tous sur vos gardes et prenez garde à vous

Geronimo sur son lit de mort ; d'une terrible actualité

Quand le dernier arbre aura été abattu,
Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,
Quand le dernier poisson aura été péché,
Alors, on saura que l’argent ne se mange pas.


Hugo Chavez.

"Si le climat était une banque, les pays riches l’auraient déjà sauvé"

Préambule du texte de la Constitution de l'OIT, Organisation internationale du Travail,1919

"une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale"

mercredi 18 avril 2018

Un eurodéputé belge offre une corde à Emmanuel Macron au Parlement Européen et Macron est remis a sa place le caniche de la finance est humilié

Philippe Lamberts, eurodéputé a humilié Macron au Parlement et le roquet de la finance en a pris plein la gueule

https://youtu.be/CypvmERXyT8

Le palais présidentiel de Bachar el-Assad et le QG de la garde présidentielle auraient été visés par les tirs occidentaux


Publié par wikistrike.com sur 17 Avril 2018, 17:44pm
Le palais présidentiel de Bachar el-Assad et le QG de la garde présidentielle auraient été visés par les tirs occidentaux
Le palais présidentiel syrien et le quartier général de la Garde présidentielle ont été ciblés lors de l'agression tripartite de la Syrie mais tous les missiles hostiles furent interceptés et détruits à l'approche de ces deux objectifs. 

L'attaque dirigée principalement par les États-Unis et qui n'avait aucunement besoin de la France ou de la Grande-Bretagne (ces deux pays ont servi de décor à l'opération dixit Sayed Hassan Nasrallah du Hezbollah libanais) a visé principalement des aérodromes militaires et non pas trois cibles précises. 

Des informations font état de la participation de deux appareils de combat israéliens dans cette attaque sans toutefois préciser si les Israéliens participaient à la campagne et dans ce cas la coalition ne peut être qualifiée de tripartite ou agissaient en parallèle. 

Aucun radar ou site SAM syriens n'ont été touchés lors de cette attaque. Ce qui laisse à penser que soit il n'y a pas eu de suppression des défenses aériennes adverses (SEAD) ou que cette dernière fut impossible à réaliser en si peu de temps et vu les immenses restrictions visant à éviter toute friction avec les forces russes en Syrie. 

L'évaluation israélienne de cette attaque est sans équivoque : résultat nul et sans aucune portée tactique ou stratégique. 

Autre fait passé sous silence, mais par les Russes cette fois : si les missiles Tomahawk et Scalp (Storm Shadow) ont bien été détectés et traqués par les défenses aériennes obsolètes syriennes et celles, bien plus avancées, russes, ce n'est pas le cas pour le BGM-158 JASSM tiré par le B-1B et qui a été utilisé pour la première fois dans un conflit. 

Ce missile de croisière est passé inaperçu et les Russes n'ont pas réussi à le détecter à temps. 

19 missiles JASSM-ER ont été lancés sur la Syrie par des bombardiers stratégiques B-1B américains. 

Aucun ne fut détecté ou intercepté. 

Les forces aérospatiales russes en Syrie n'ont pas détecté les missiles JASSM-ER à temps. 

Malgré des dysfonctionnements persistants, le JASSM se révèle nettement bien meilleur que le Tomahawk ou le Scalp et ce, malgré sa portée relativement réduite par rapport à certaines versions du Tomahawk. 

Enfin, la montée en puissance du dispositif d'attaque US continue autour de la Syrie ne laisse aucun doute possible sur la préparation d'autres opérations visant la Syrie dans un avenir proche.

lundi 16 avril 2018

Le plan secret des USA visant Damas a été déjoué


16AVR
une analyse intéressante partiellement reprise par l’Humanité (note de danielle Bleitrach)
Résultat de recherche d'images pour "syrie carte"
15 avril, 2018
Note d’analyse
Donald Trump a dû redescendre du piédestal sur lequel il était monté il y a quelques jours en rassemblant une force militaire imposante et une puissance de feu rappelant « l’opération Tempête du désert », sans toutefois engager les forces terrestres. Le « plan A » prévoyait une attaque dévastatrice sur la Syrie afin de détruire son armée, le palais présidentiel, ses centres de commandement et de contrôle, ses troupes d’élite, ses entrepôts militaires et de munitions stratégiques, ses radars, ses systèmes de défense et les institutions de ses dirigeants politiques.
Le centre de recherche syrien de Barzé bombardé pendant la nuit du 14 avril 2018
 Le rôle de la Russie avant et après, l’attaque des USA, du Royaume-Uni et de la France, révélé
Avant la triple attaque contre la Syrie par les USA, la Grande-Bretagne et la France, la Russie et le président Vladimir Poutine, en personne, ont maintenu des contacts intensifs jusqu’à 4 heures du matin, afin de réduire la portée de l’attaque et passer à un « plan B » sans conséquence. Dans ses prises de contact avec plusieurs chefs d’État, la Russie a rejeté toute frappe susceptible de paralyser l’armée syrienne, et a informé les dirigeants de Damas que l’Occident allait dorénavant mûrement réfléchir avant de changer radicalement l’équilibre du pouvoir au Levant.
Mais quelle est la véritable raison de ces frappes ? Est-ce la prétendue « attaque chimique » à Douma ? L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques était déjà à Damas et ses membres sont allés à Douma samedi pour inspecter le lieu où l’attaque chimique en question aurait eu lieu. Pourquoi alors n’ont-ils pas attendu de connaître les résultats avant de frapper ?
Des sources à Damas expliquent qu’avant l’intervention militaire des USA, du Royaume-Uni et de la France, l’armée syrienne et ses alliés, avec l’appui de la Russie, étaient en train de mener une attaque d’envergure dans la région rurale d’Idlib et avaient atteint l’aéroport d’Abou al-Duhur lorsque subitement ils ont cessé leur opération pour ce diriger vers la Ghouta.
En effet, la Russie avait informé les dirigeants syriens d’un grand rassemblement de troupes sur la base militaire occupée par les USA à Al-Tanf, à la frontière syro-irakienne, où des dizaines de milliers de mandataires des USA suivent un entraînement militaire continu. Les Russes avaient décelé des mouvements inhabituels et compris que les USA se préparaient à dépêcher leurs mandataires vers la Ghouta orientale, afin d’établir un lien avec les quelque 30 000 djihadistes qui se trouvaient encore dans la Ghouta. Une attaque était planifiée en même temps qu’une diversion provenant de Daraa, au sud de la Syrie, de façon à attaquer le sud de Damas pour duper l’armée syrienne et ses alliés en les amenant à réduire le nombre de leurs combattants autour de la capitale.
Selon les sources, le plan consistait à soutenir leurs mandataires et les djihadistes de la Ghouta pour qu’ils atteignent Damas et en prennent le plein contrôle. Sauf que le déplacement de l’opération militaire de la région rurale d’Idlib à la Ghouta a contrecarré le plan américain qui consistait à imposer à la Russie un confinement forcé à Lattaquié et Tartous pour parvenir enfin à un changement de régime. Ce « plan de génie » aurait gâché tous les efforts déployés par la Russie après presque trois ans de participation soutenue à la guerre en Syrie, tout en permettant aux USA de prendre le dessus, au moment même où Moscou et l’armée syrienne étaient sur le point de mettre fin à la guerre en Syrie, il ne reste que quelques poches de résistance à libérer.
La riposte de la Russie dans la Ghouta a réduit le plan des USA en miettes, en imposant le retrait de dizaines de milliers de militants de la Ghouta avec leurs familles, vers le nord de la Syrie. La capitale est dorénavant beaucoup plus sûre et il ne reste plus qu’une zone au sud de Damas occupée par al-Qaeda et le groupe armé « État islamique » (Daech), au camp de Yarmouk et à al-Hajar al-Aswad.
Aujourd’hui, la Russie a vidé la frappe des USA, du Royaume-Uni et de la France de son contenu et de son objectif en imposant une « attaque restreinte » sans valeur, qui a très peu de chance de changer quoi que ce soit sur le terrain en Syrie.
Lorsque la Russie a promis d’abattre tout missile lancé contre la Syrie, Trump a répondu ceci : « Tiens-toi prête Russie, parce qu’ils arrivent, beaux, nouveaux et intelligents ». Après la frappe, la Russie a répliqué : « Nous avons utilisé de vieux systèmes de défense antiaérienne soviétique contre ces missiles intelligents, nouveaux et très coûteux lancés par les Américains ». Mais ce n’est pas tout. Les frappes des USA et du Royaume Uni.ontatteint des objectifs qu’Israël bombarde pratiquement à partir d’une base régulière. En ayant réussi à intercepter les deux tiers des missiles, comme l’a affirmé la Russie, la Syrie perçoit l’attaque comme une sorte « d’entraînement avec des munitions réelles, en préparation à une éventuelle attaque israélienne sur le territoire syrien ». Israël est très déçu et ne semble pas du tout apprécier le résultat final.
Faisant preuve de retenue et de maîtrise de soi, le secrétaire à la Défense James Mattis, qui avait dit « le Pentagone n’a toujours pas de preuves indépendantes pour confirmer qu’il y a eu une attaque chimique en Syrie la semaine dernière », a signalé que toute attaque de grande envergure en Syrie pouvait provoquer un engagement direct de la Russie et une riposte mortelle contre des objectifs des USA. Mattis a accepté une « frappe honorable » pour sauver la face de son patron inexpérimenté. La frappe du trio en Syrie semble avoir redoré le blason du président syrien Bachar al-Assad. Les gens sont sortis célébrer dans les rues de Damas, en se moquant de l’attaque de l’Occident contre leur pays !
Le trio a évité de provoquer directement la Russie, en contournant les bases et les théâtres opérationnels des Russes au lieu de les survoler. La Russie a imposé sa présence et a provoqué la marine américaine et la marine française en effectuant des simulations d’attaques aériennes, afin de montrer qu’elle était prête à rétorquer. La marine russe était positionnée à l’opposé de la côte libanaise afin de couvrir cette partie et d’éviter les angles morts.
Moscou est parvenu à éviter une confrontation directe avec Washington à l’extérieur de son territoire. La Syrie est entourée de bases militaires US (Israël, Jordanie, al-Tanf, Hassaké, Arabie saoudite, Koweït, Qatar, Bahreïn, Irak, Turquie). La Russie se souvient comment Leonid Brejnev est tombé dans le piège que lui avait tendu la CIA en 1979, en soutenant les moudjahidines six mois avant l’invasion soviétique de l’Afghanistan. Zbigniew Brzezinski a dit que l’invasion de l’Afghanistan par les Soviétiques avait été délibérément provoquée par les USA : « C’était une excellente idée. Elle a entraîné les Soviétiques dans la guerre afghane et nous leur avons procuré une guerre du Vietnam. » Presque 40 ans plus tard, Poutine a évité de tomber dans le même piège. Quelle sera la prochaine étape ?
Maintenant que la sécurité de Damas est assurée, tous les yeux sont tournés vers la ville d’Idlib, au nord de la Syrie, qui est sous le contrôle d’Al-Qaeda. Pourquoi Idlib?
La situation dans le camp de Yarmouk, au sud de Damas, semble liée directement à celle qui prévaut à Foua et Kafraya. Lors des négociations de Zabadani, Al-Qaeda et les alliés de Damas se sont entendus pour qu’al-Yarmouk d’une part, et les deux villes assiégées au nord de la Syrie d’autre part, ne soient pas attaquées. Cependant, Damas fait pression pour nettoyer la capitale complètement, en tentant de persuader ses alliés de revenir sur leurs engagements précédents.
En ce qui concerne Daraa et Quneitra dans le sud, il semble que personne en Syrie n’est prêt à provoquer les USA et Israël en ce moment de tension. Il se pourrait qu’ils ne s’en occupent qu’à la toute fin. Dans la Badia (les steppes syriennes), Daech est complètement encerclé et n’a d’autre choix que d’attendre son extermination dans les prochains mois.
Idlib demeure un problème malgré l’entente économique et financière entre les Turcs, les Russes et les Iraniens. Il ne fait aucun doute que des différences marquées de nature économique existent entre ces partenaires à propos de la Syrie.
Le président turc Erdogan a exprimé son soutien, puis sa satisfaction, à l’égard des frappes américaines en Syrie. La Russie a répondu en lui demandant de remettre la ville d’Afrin au gouvernement syrien. L’envoyé spécial iranien pour les affaires syriennes, Ali Akbar Velayati, a dit ouvertement qu’Idlib est le prochain objectif. Il est donc possible que la Turquie se retire des dizaines de postes d’observation qu’elle possède autour d’Idlib, comme les Russes l’ont fait à Afrin avant l’attaque turque. La Russie s’attend aussi à ce qu’Erdogan annule d’un jour à l’autre la vente précédemment convenue de missiles S-400.
Ainsi, l’aiguille de la boussole pointe vers Idlib, Rastan et Jisr al-Shoughour et les forces armées syriennes se rassemblent dans la région rurale de Lattaquié, en étant prêtes à diviser Idlib après avoir libéré les nombreux villages qui l’entourent.
Ce qui nous amène à la prochaine représentation d’une « attaque chimique » sur le théâtre opérationnel de l’armée syrienne et de ses alliés. Les USA vont-ils défendre Al-Qaeda ? Pourquoi pas ? Il n’a jamais vraiment été question d’utilisation d’armes chimiques, puisque ce sont les USA, eux-mêmes, qui possèdent le plus gros arsenal d’armes chimiques au monde. Le véritable enjeu, c’est la défaite des USA et la domination du Levant par la Russie.

l'intervention de la Syrie à l'ONU après l'attaque du 14/04/18 tout doit etre entendu La paix du monde est en jeux

samedi 7 avril 2018

Nouveau carnage des snipers israéliens sur les manifestants pacifiques de Gaza: 9 morts !

APR 6, 2018 — En Direct de Gaza : 9 morts et 1200 blessés dans la bande de Gaza-bilan provisoire- Ce vendredi 6 avril 2018 : 
L’armée israélienne a tué ce vendredi 6 avril 2018 neuf palestiniens partout dans la bande de Gaza. -bilan provisoire-
Ces palestiniens se manifestaient pacifiquement dans les zones tampon de sécurité imposée par les forces de l’occupation israélienne sur les frontières de la bande de Gaza.
Plus de 36.000 palestiniens de Gaza se sont ressemblés en masse ce vendredi 6 avril 2018 pour la deuxième semaine de la grande « Marche du retour » sur les frontières, dans une initiative non-violente afin de montrer l’attachement des Palestiniens à leur terre, et que le droit au retour est sacré pour tout le peuple palestinien.
Les soldats israéliens qui se trouvaient sur les frontières ont ouvert le feu en tuant neuf personnes et en blessant mille deux cents.
Les dirigeants israéliens ne supportent pas ces manifestations pacifiques qui se développent dans la bande de Gaza semaine après semaine.
Les manifestants et malgré la brutalité des forces de l’occupation israélienne, sont plus que jamais déterminés à poursuivre ce type d’actions. Ils développent des stratégies non-violentes face à cette occupation aveugle( pneus-miroirs-pierres)
Ils défient les soldats israéliens par leurs drapeaux palestiniens dans les mains et leurs actions pacifiques.
La résistance populaire pacifique se développe dans la bande de Gaza.
Ces actions pacifiques montrent que la non -violence pourra être efficace y compris dans la bande de Gaza pour lutter et résister contre les mesures atroces de l'occupation israélienne.
Honte à cette occupation illégale !
Honte à ce blocus inhumain et mortel !
Honte à cette communauté internationale officielle complice !
Honte à ces médias qui occultent notre réalité !
Vive la solidarité !
Gaza sous blocus résiste
Gaza la dignité persiste
Et à Gaza l’espoir existe ! 
Amplifions le boycott!

vendredi 23 mars 2018

Attaque de l’extrême-droite à la fac de Montpellier : "J’ai vu l’administration applaudir face au sang d’étudiants en lutte pour leurs droits"


A Montpellier, sous les coups de minuit, ce 22 mars, le doyen de la faculté de droit et de science politique a envoyé une milice d'extrême droite déloger les lycéens et étudiants mobilisés contre le Plan Étudiants, ils occupaient pacifiquement un amphi. Matraque, taser, des étudiants sont blessés à la tête. Le tout sous le regard du doyen et sa sécurité. Le bilan fut de quatre blessés graves, dont deux à la tête. Nous relayons ci-dessous un plusieurs témoignages, ainsi que plusieurs vidéos.
Un témoignage publié sur le site de France 3 Occitanie et une compilation de vidéos :
"Tout ce que je raconte, je l’ai vu.
La fac de droit de Montpellier, l’UM3, était occupée par les étudiants.
On était encore une cinquantaine dedans.
Des hommes, une dizaine, en noir, masqué, avec des batons, des bouts de palettes sont entrés. Ils n’ont pas parlé. Ils ont sorti tout le monde, en les frappant, en les matraquant au sol, en les traînant par terre. En les fracassant au sol, bordel de merde. C’est moi qui ai filmé. Ils ont poussé tout le monde dehors, en les frappant. Le Doyen de la Fac de Droit était présent. Je l’ai vu ouvrir la porte à ces hommes. J’ai vu les portes de la fac se refermer, avec ces hommes à l’intérieur. J’ai vu le directeur d’une institution publique s’enfermer avec un groupuscule extra violent. J’ai vu une amie au sol, en sang, avec le portail qui se referme sur ses jambes. En arrière plan, j’ai vu l’administration qui était présente sur les lieux applaudir.
Applaudir face au sang d’étudiants en lutte pour leurs droits. J’ai vu ces hommes qui voulaient casser des "gauchos", j’ai senti leurs coups sur mon corps. Trois étudiants sont partis avec les pompiers. La police n’est pas rentré dans la fac, elle n’en avait pas le droit sans l’accord du doyen. La police n’a pas arrêté ces hommes. Ils sont sortis par la sortie de secours, et les policiers les entouraient, comme une escorte de ministre. Le doyen n’a pas autorisé la police à rentrer dans la faculté, pour arrêter les hommes qui ont envoyé 3 étudiants à l’hôpital. Le doyen de la fac de droit, je l’affirme parce que je l’ai vu, a montré à ces hommes, dont il n’avait pas peur, les "cibles". Des étudiants, des jeunes comme vous.
C’est ce que j’ai vu.
Ce n’est plus une question de lutte sociale, ça va au delà de l’antifascisme. Je vous demande de ne pas laisser ces personnes, ce doyen, ce groupuscule ultra violent agir en toute impunité. Je vous demande de relayer ce témoignage, je vous demande de demander des comptes à nos côtes.
Parce que sur le sol de la fac de droit est tâché du sang de jeunes qui voulaient juste continuer leurs études, et qui s’engageaient en ce sens. Parce que la police n’a rien fait. Parce que j’ai peur, si c’est ça l’éducation nationale, si c’est ça, la police qui est censé nous protéger, si c’est ça, mon pays."
Une autre vidéo vue sur Facebook.
Un autre témoignage vu sur Facebook
23 mars 2018, 00:04 ; Fac de droits de Montpellier
À la suite de la manifestation du jeudi 22 mars 2018, notre rassemblement d’étudiants de la faculté Paul Valéry engagé en défaveur de la loi Vidal, de la mise en place du projet de réforme du baccalauréat, de celui de la réforme de la fonction publique et plus grossièrement de l’entièreté de la privatisation malsaine des institutions françaises instaurées par le gouvernement Macron s’empare en début d’après-midi de l’amphithéâtre principal de la faculté de droits et de sciences politiques de Montpellier pour revendiquer les libertés que leurs aïeuls ont su acquérir lors de combats politiques. Personnels des Universités, lycéens et enseignants nous accompagnent dans ce mouvement pacifique et démocratique et s’entament des échanges à tour de parole à durée limitée. Dérangés par cette occupation et ces revendications, un groupe d’universitaires de l’Université de Droits s’insurge et pénètre l’amphithéâtre faisant preuve d’une forte intimidation. Au vu des résistances manifestées et malgré les protestations d’un certain nombre d’étudiants de Sciences Politiques et de Droits en accord avec le mouvement, la discussion reste impossible. Sans perdre son sang-froid et pour appuyer sa position, l’assemblée générale ayant lieu dans l’amphithéâtre en question vote avec une écrasante majorité l’occupation du lieu toute la nuit. Notre objectif : faire prendre conscience au peuple que ces ordonnances macronistes digne d’un Napoléon Bonaparte rédigées et mises en place en douce seront toujours récusées dans la mesure où elles agissent sournoisement à l’encontre de l’égalité et creusent encore et toujours l’écart des classes sociales.
Malheureusement, alors que la prise de position se déroule dans la plus grande des tranquillité, nous percevons le président guetter suspiscieusement les lieux et compter les élèves occupants. Quelques secondes plus tard, une quinzaine de réactionnaires frénétiques cagoulés surgissent et fracassent la tête de certains étudiants qui, terrés comme des lapins, n’ont pas le temps de s’échapper.
Une fois les étudiants mis à l’abri à l’extérieur de l’édifice, une fois les représailles estompées, nous avons perçus les personnes cagoulées se diriger dans un couloir de l’université escortés par les vigiles et le président de la fac.
Nous supposons que loin d’être entrés par la porte traditionnelle ces fous alliés ont pénétré l’édifice par les issues disposées à l’arrière qui étaient censées être condamnés par les vigiles présents... Quoiqu’il en soit ce groupe fasciste n’a pas pu agir sans adjuvant.
En ce qui me concerne, j’étais à l’entrée du bâtiment au moment des faits et ne peux attester du déroulement précis des événements bien que j’eus perçu des bribes d’agressions par la fenêtre de l’amphi éclairé. Néanmoins, je tiens vraiment à vous transmettre ces témoignages de plusieurs de mes camarades qui, en toute objectivité, se tiennent avec cohérence :
- quelques temps avant l’agitation, les vigiles auraient communiqués entre eux sans discrétion comme s’ils étaient bien informés de ce qui allait suivre
- au moment des faits, complice, le président de l’université aurait prononcé la phrase suivante : "Qui sème le vent, récolte la tempête"
- un des étudiants de Droits partisan du mouvement d’occupation semble avoir reconnu l’un de ses enseignants sous une cagoule
De surcroît, nous n’évoquerons ni la passivité exubérante des forces de l’ordre (qui sont apparus comme par magie à la suite des violences) contre les agresseurs ni leur arrogance envers les victimes...
Ce soir, une de mes amies, volontaire mais douce et pacifiste, a été mise à terre dans l’amphithéâtre et a été rouée de coups avant d’avoir le crâne ouvert par ces salauds à coup de lourds morceaux de bois tranchants. Alors qu’elle recevait toujours des coups nous l’avons tiré pour la mettre hors de portée. Alors que la grille métallique de l’entrée se refermait brusquement sur ses jambes nous l’avons mise hors d’atteinte. Jusqu’où ces criminels auraient-ils pu être capable d’aller ? Jusqu’où ces atrocités auraient-elles été poursuivies ?
Certes, ces nouvelles affligeantes surgissent aux yeux de tous comme des ignominies infamantes, terrifiantes et nous harassent au plus haut point. Mais nous ne devons pas baisser les bras !
Il est en effet de notre devoir de citoyen libre de poursuivre la lutte afin que nos courageux camarades n’aient pas subits de tels outrages en vain.
Le message qui résulte des événements qui ont eu lieu cette nuit est bel et bien clair : Luttons au nom de la liberté ! Luttons contre ces actes criminels en tout point ! Vainquons ces barbares ! Unissons nous sans relâche pour la paix et la démocratie ! Et ce, plus que jamais, je vous en prie, dans la non violence. Ne faisons pas ce plaisir au gouvernement de voir les étudiants, le peuple se diviser car c’est encore une fois ce qu’il cherche ! Gardons en tête le vrai opposant derrière tout ça et attaquons-nous à la source du problème !
Pour finir, je souhaiterais tenter de faire comprendre combien les évènements qui ont eu lieu ne sont pas anodins et doivent susciter - et peu importe si le mot semble fort - la RÉVOLTE ! Mobilisez-vous, c’est important 

dimanche 17 septembre 2017

Pour survir le régime cultive la haine , la finance n'en demandait pas tant !

Résultat de recherche d'images pour "les plus riches pillent le travail des pauvres "Quand j'entend des gens parler des arabes ' et avec mépris "des gnioules " ou "des gris" comme des êtres inférieurs   ou comme des parasites , et j'en passe ; je me demande comment en est t'on arrivé là ; ces gens ont le même discours  que d'autres avaient dans les années trente quand ils parlaient des italiens , espagnols , polonais, portugais.
 Et bien comme dans les années trente la bourgeoisie a peur !  et il lui faut des bouc-émissaires afin de détourner la colère des exploités on sait ou cela nous mena....
Je suis  triste et en colère pourtant chacun sait bien qui finalement spolie le peuple il suffit de tourner les yeux soit dans les quartiers chics de Paris Dauville , St Tropez ... ou encore vers de luxueuses demeures qui parsèment la cote d'azur  le littoral Corse . On peut aussi consulter le CAC 40 et les familles qui le composent ... Par millions par milliards , ces parasites pillent le travail de tout à chacun , pire ils viennent de prendre directement le pouvoir en la personne de Macron et de ses sbires ...
 C'est le FN et sa droite extrême qui servent de faire valoir en désignant l'étranger , le noir ou l'arabe comme bouc-émissaire ; cette ambiance est à vomir .
Pourtant Macron et le MEDEF au pas de charge attaquent tous les "conquit sociaux" ces crapules pressurisent les travailleurs (euses) qui deviennent non plus des exploités mais à leurs yeux des déchets .
C'est la révolte du peuple que la bourgeoisie redoute , elle a toujours eu peur de la rue  et c'est en cela que l'extrême droite est tant utile aux riches .
Alors une seule réponse mobilisons nous ensemble , faisons tomber les masques  le 12 septembre a été un bon tour de chauffe, la fête de l'Huma a été  à la hauteur  des exigences du peuple de gauche ; mais la voix du peuple  doit encore se renforcer  , hurler sa colère et faire reculer ce rouleau compresseur si l'on ne veux pas que cela se termine comme la fin des années trente.......

vendredi 9 juin 2017

le paysan de Saone et Loire a été exécuté

Résultat de recherche d'images pour "jérome Laronze"Jérôme Laronze Paysan a été exécuté et je  pèse mes mots . 
L'enquète a prouvé que 6 balles ont été tirées  dont 5 par le même gendarme  ; nous ne sommes plus dans la légitime défense si tant est qu'il y avait menace sur les gendarmes cela reste à prouver quand ont connait le caractère pacifique de cet homme L'administration aux ordres de Bruxelles  était plus encline à faire du zèle qu'à aider un homme vivant les pires difficultés .
 Cela lui a valu d'être assassiné par des cow boy en uniforme . un homme de 37 ans tué ! 
Je n'ai entendu aucun ministre, aucun élu ,pas même la chambre d'agriculture s'émouvoir de ce crime pourquoi ? parce que c'était ce qu'on peut appelé un progressiste  en opposition à la toute puissante FNSEA ?
Je reste attérer , écoeurer et toujours en rage devant une telle ignominie  exigeons une justice réelle , une justice exemplaire mais suis je peut être là aussi utopiste....