Les moutons vont à l'abattoir. Ils ne disent rien, et ils n'espèrent rien. Mais du moins, ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que bête, plus moutonnier que les moutons, l'électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des révolutions pour conquérir ce droit.

Octave Mirbeau, La grève des électeurs (1888)

H. Krazucki ancien secrétaire général de la CGT

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasemen
t.


Mikis Théodorakis

"Si les peuples d’Europe ne se lèvent pas, les banques ramèneront le fascisme"

Seul les poissons morts vont dans le sens du courants ...

Jean Jacques Rousseau :

« Le premier qui, ayant enclos du terrain, s’avisa de dire : « Ceci est à moi » et trouva des gens assez simples pour le croire fut le vrai fondateur de la société civile… Gardez-vous d’écouter cet imposteur, vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et que la terre n’est à personne…Quand les héritages se furent accrus en nombre et en étendue au point de couvrir le sol entier et de se toucher tous, les uns ne purent plus s’agrandir qu’aux dépens des autres… De là commencèrent à naître la domination et la servitude »

Jean Jaurès

«Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots»

Maximilien Robespierre, 1789

" Nul n'a le droit d'entasser des monceaux de blé
à côté de son voisin qui meurt de faim".



RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE

RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE
Les générations futures ne nous pardonneront pas d'avoir laisser faire

Un blog pour une idée

Une idée maitresse me guide pour construire ce blog : mettre l'Homme au centre de toutes les préoccupations, reconquérir la dignité perdue, travailler pour un monde Humain, au delà de toutes considérations tendancieuses, pour moi seul compte ,l'humanisme , le combat contre l'exploitation de l'homme par l'homme pour le profit ,une priorité absolue ; pour moi et tous ceux qui luttent, l'être humain et son environnement sont le socle de toutes revendications,
L' Homme doit être le but et l'argent l'accessoire d'échange et rien d'autre
"la terre nous l'empruntons à nos enfants ,nous ne l'héritons pas de nos parents"
Afin d'éviter des attaques au dessous de la ceinture par des gens dont le seul but est d'exister en supprimant les autres, je me vois obliger de mettre en place une modération des commentaires: bien sur il ne s'agit pas de supprimer le débat démocratique , mais il est ors de question de salir les gens pour le plaisir de faire du mal , simplement parce que l'on critique l'action du pouvoir de l'argent , ceux qui respecteront l'être humains continueront comme par le passé à s'exprimer .
Et oui l’extrême droite a pris des ailes et ce blog n'est pas à son service , soyez tous sur vos gardes et prenez garde à vous

Geronimo sur son lit de mort ; d'une terrible actualité

Quand le dernier arbre aura été abattu,
Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,
Quand le dernier poisson aura été péché,
Alors, on saura que l’argent ne se mange pas.


Hugo Chavez.

"Si le climat était une banque, les pays riches l’auraient déjà sauvé"

Préambule du texte de la Constitution de l'OIT, Organisation internationale du Travail,1919

"une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale"

dimanche 31 août 2014

Les imposteurs : Soral, FN … & Cie. Le fascisme avance toujours masqué.Comment Hitler et Mussolini séduisirent leurs électeurs

Cet article date du 7 février 2014 mais, dans un siècle, il sera toujours aussi neuf et édifiant.
On y voit comment, bien avant que Marine Le Pen s’y essaie avec encore un peu de timidité, les nazis allemands et les fascistes italiens dupaient le peuple par des programmes « inspirés par un amalgame entre des revendications populaires et un pillage de programmes progressistes ».

Attendons-nous à voir le FN (qui connaît ses classiques) aller toujours plus loin dans la démagogie attrape-gogos sous le regard extasié des médias sidérés par son « évolution » et dans le silence d’une certaine classe politique qui joue avec le feu.
LGS
Depuis sa naissance en Italie, puis partout et toujours, le fascisme avance masqué, profitant de la confusion, s’engouffrant dans les renoncements, les faiblesses et les divisions des progressistes.
Le fascisme prospère dans la confusion et la démagogie, le fascisme italien et nazi

Prenons quelques exemples :

Programme des Faisceaux italiens de combat, 1919 (extraits) :
- Le suffrage universel à scrutin de listes régionales avec une représentation proportionnelle et le droit de vote pour les femmes.
- La promulgation d’une loi d’État qui donne à tous les travailleurs une journée légale de 8 heures de travail.
- Un salaire minimum.
- La participation des représentants des travailleurs au fonctionnement technique des entreprises.
- Retraite pour les vieux travailleurs à 55 ans.
- Le Remplacement de l’armée permanente par une milice nationale avec de courtes périodes d’instruction et dans un but purement défensif.
- Nationalisation de toutes les fabriques d’armes et de munitions.
- Politique extérieure nationale tendant à valoriser, dans une émulation pacifique des peuples civilisés, la Nation italienne dans le monde.
- Impôt extraordinaire sur le capital, fort et massif, ayant le caractère d’une vraie
EXPROPRIATION PARTIELLE de toutes les richesses.
- La confiscation de tous les biens des congrégations religieuses et l’abolition de toutes les menses épiscopales qui constituent un énorme passif pour la Nation et un privilège pour peu de privilégiés.
- Révision de tous les marchés de guerre avec prélèvement de 85 % sur les bénéfices
Programme du Parti national-socialiste des travailleurs d’Allemagne (Nazi), 1920 (extraits) :
« La suppression du revenu des oisifs et de ceux qui ont la vie facile, la suppression de l’esclavage de l’intérêt.
Considérant les énormes sacrifices de sang et d’argent que toute guerre exige du peuple, l’enrichissement personnel par la guerre doit être stigmatisé comme un crime contre le peuple. Nous demandons donc la confiscation de tous les bénéfices de guerre, sans exception.
Nous exigeons la nationalisation de toutes les entreprises appartenant aujourd’hui à des trusts. Nous exigeons une participation aux bénéfices des grandes entreprises.
Nous exigeons une augmentation substantielle des pensions des retraités.

Nous exigeons une réforme agraire adaptée à nos besoins nationaux, la promulgation d’une loi permettant l’expropriation, sans indemnité, de terrains à des fins d’utilité publique – la suppression de l’imposition sur les terrains et l’arrêt de toute spéculation foncière, l’interdiction du travail de l’enfant. »
Comme on peut le voir les programmes fascistes sont inspirés par un amalgame entre des revendications populaires et un pillage de programmes progressistes, même s’ils ne mettent pas franchement en cause le capitalisme. Le marxisme, le communisme, le socialisme restent les ennemis à abattre. Mais pour y parvenir il faut une base de masse, il faut acquérir une audience de masse y compris dans les milieux populaires. Comme on n’attrape pas des mouches avec du vinaigre, les fascistes reprennent des revendications populaires qu’ils intègrent à leurs programmes. Sans jamais avoir l’intention de réaliser ne serait-ce que le début d’une de ces réformes sociales.
Au fur et à mesure que les partis fascistes s’approchent du pouvoir (toujours en alliance avec la droite !) il leur faut donner des gages à leurs alliés et surtout à leurs soutiens, y compris financiers : le grand capital.
Ainsi les fascistes organisent la lutte contre les syndicats, contre la gauche et contre leur ennemi principal, le communisme. Bien souvent les programmes connaissent des modifications pour rassurer les « donneurs d’ordres et de fonds » et/ou s’adapter à l’air du temps.
En tous les cas pour arriver au pouvoir, pour sceller les alliances avec la droite classique, le fascisme jette le masque et se fait l’outil de politiques antisociales, antipopulaires d’une violence extrême non seulement dans la forme mais dans le fond : baisse des salaires et du niveau de vie en Allemagne même si le chômage est quasiment éradiqué grâce à la militarisation de l’économie en prévision de la guerre ou les grands travaux qui lui sont liées. Reste que les grandes entreprises privées restent les maîtres du jeu.
En Allemagne, comme en Italie, collusion fascisme/patronat.
L’industrie allemande est entre les mains du capital privé et celui-ci a tendance à se concentrer dans quelques grandes entreprises comme Thyssen, Krupp, Siemens, IG Farben. Ces grandes entreprises sont elles-mêmes encouragées par le gouvernement nazi à prendre la tête de cartels (regroupement d’entreprises afin d’éviter la concurrence). Ces grandes entreprises reçoivent de très importantes et très rentables commandes de l’État ; pendant la guerre elles demanderont et obtiendront d’employer la main d’œuvre esclave des prisonniers et déportés. L’association des patrons allemands (le RDI) dirigée par Krupp, membre du NSDAP, et donateur de fonds depuis 1930, décide de verser 0,5% de la masse salariale des entreprises allemandes au parti nazi… en signe de gratitude sans aucun doute. Karl Schmitt de l’assureur Allianz, Hjahlamar Schacht, président de la Reichsbank passe au ministère de l’économie, Wilhelm Kepler, de l’industrie chimique devient chargé des affaires économique de la Chancellerie…il est vrai qu’il assurait le contact entre la grande industrie et le NSDAP depuis 1932. Les syndicats sont dissous et le régime nazi crée le Front du Travail Allemand. Robert Ley son chef déclare : « Désormais l’ouvrier se tient aux côtés du patron ».
Les salaires sont bloqués mais un système de primes récompense la soumission des travailleurs. La mise au pas des ouvriers et des salariés méritait bien les 0,5% de la masse salariale pour Hitler et sa bande.
En Italie c’est la Confindustria, le patronat italien qui soutient et finance les fascistes qui attaquent les syndicats, les Maisons du peuple, les militants communistes et de gauche. Comme Hitler, Mussolini nomme le libéral Di Stefani de la Confindustria ministre du trésor. En 1924 le Pacte Vidoni entre le pouvoir fasciste et la Confindustria abolit les syndicats des travailleurs les remplaçant par ceux contrôlés par le fascisme. En 1926 les grèves sont déclarées hors la loi et les travailleurs non inscrits au parti fasciste ne peuvent être embauchés. De 1934 à 1943 la Confindustria fut présidée par le dignitaire fasciste Volpi, comte de Misurata,grand patron, ministre des Finances : l’osmose entre grand capital et fascistes est patent.
Le masque social de la fascisation
Dimitrov insiste sur ce masque social du fascisme :
« Le fascisme, c’est le pouvoir du capital financier lui-même. C’est l’organisation de la répression terroriste contre la classe ouvrière et la partie révolutionnaire de la paysannerie et des intellectuels. Le fascisme en politique extérieure, c’est le chauvinisme sous sa forme la plus grossière, cultivant une haine bestiale contre les autres peuples. Il est nécessaire de souligner avec une vigueur particulière ce véritable caractère du fascisme parce que le masque de la démagogie sociale a permis au fascisme d’entraîner à sa suite, dans une série de pays, les masses de la petite bourgeoisie désaxée par la crise, et même certaines parties des couches les plus arriérées du prolétariat, qui n’auraient jamais suivi le fascisme si elles avaient compris son caractère de classe réel, sa véritable nature. »
En 1926 Gramsci déclare :
«  Sur le plan économique, le fascisme agit comme l’instrument d’une oligarchie industrielle et agraire visant à concentrer entre les mains du capital le contrôle de toutes les richesses du pays. »
La réalité de la politique économique et sociale du fascisme : l’ultra capitalisme
Concrètement voilà ce que cela donne : une politique d’inspiration libérale que Thatcher, Reagan, Sarkozy ou Hollande ne désavoueraient pas.
En 1922 Mussolini déclare : « Il faut en finir avec l’État ferroviaire, avec l’État postier, avec l’État assureur. »
En 1923 il ajoute : « Je pense que l’État doit renoncer à ses fonctions économiques et surtout à celles qui s’exercent par des monopoles, parce qu’en cette matière l’État est incompétent ».
L’État fasciste transfère ainsi au privé plusieurs monopoles : celui sur les allumettes est cédé à un Consortium des fabricants d’allumettes ; en 1925, l’État se désengage du secteur des téléphones, et renonce aussi à l’exécution de certains travaux publics. Une loi de 1912 avait créé un Institut d’État pour les assurances mais Mussolini transfère l’assurance-vie, le plus juteux, aux assureurs privés par la loi du 19 avril 1923. Les municipalités socialistes s’étaient engagées dans l’économie ; Mussolini ordonne qu’on « ralentisse le rythme de la municipalisation ». Les régies prospères sont ainsi transférées au privé. Alberto de Stefani accorde aussi un grand nombre d’exonérations fiscales. Le gouvernement supprime en 1922 l’obligation d’enregistrer les valeurs, qui rendait plus difficile l’évasion fiscale vis-à-vis de l’impôt sur le revenu. La commission d’enquête sur les « profiteurs » de guerre est dissoute par décret en 1922. Une loi abolit l’impôt sur l’héritage. L’impôt sur le capital, créé en 1920, est vidé de sa substance, au moyen de rachats partiels et d’arrangements à l’amiable avec le fisc. La loi de février 1925 supprime l’impôt complémentaire sur les valeurs mobilières. Un décret-loi de 1927 institue des dégrèvements fiscaux afin de favoriser les fusions en Sociétés anonymes L’impôt de 10 % sur le capital investi dans la banque et l’industrie est aboli ; l’impôt sur les administrateurs et directeurs de sociétés anonymes est réduit de moitié ; le capital étranger est exonéré de tout impôt ; enfin, l’impôt sur les articles de luxe est aboli. Cette politique de réduction des dépenses de l’État et l’amélioration de la fiscalité des riches donne entière satisfaction à la Confindustria. Et si vous trouvez d’étranges échos dans l’actualité, ce n’est pas le fruit du hasard.
La stratégie du choc fasciste
Hier encore Pinochet après avoir renversé le gouvernement de l’Unité Populaire en 1973, instaure au Chili une dictature ultra-libérale, s’appuyant sur les économistes étasuniens comme Milton Friedman de l’école de Chicago et des économistes chiliens formés par l’Université de Chicago ou au Chili même par l’Université pontificale catholique du Chili, les Chicago boys. Là encore les mêmes recettes : coupes drastiques dans les budgets sociaux et le programme de privatisations massives provoquent une hausse importante des inégalités. Si les classes aisées ont ainsi bénéficié de l’expansion économique, ce fut moins le cas des classes populaires. Ainsi, entre 1974 et 1989 les revenus des 10 % des ménages chiliens les plus riches ont augmenté 28 fois plus vite que les 10% des ménages les plus pauvres.
C’est un processus similaire de pillage qui s’était produit quelques années plutôt avec le régime de Suharto en Indonésie.
Que nous proposent fascistes, extrémistes de droite, fascistoïdes divers et variés ? Bien entendu ils ratissent large mais ce qui frappe c’est toujours la tentative de « triangulation », c’est-à-dire de récupération des thématiques progressistes. Et de brouillage des repères idéologiques. Ces gens sont des faussaires et des falsificateurs.
Les fascistes aujourd’hui
Ainsi un de ces groupes parle de « Troisième voie », pendant que les petites frappes de ce groupuscule cognent sur les communistes, les antifascistes, les homosexuels, les « étrangers »… Un autre mêle, sur la page d’accueil de son site, les portraits de Castro ou Chavez avec Poutine et Ahmadinejad : récupération, confusion, négation du caractère de classe du positionnement politique, ce groupe tente de cacher (fort mal) un antisémitisme et un anticommunisme digne de Der Stürmer de Streicher. D’autres encore cachent derrière un discours antisystème, leurs obsessions racistes et leurs magouilles financières, sans parler des complotistes qui ne voient que conspirations partout. Les boucs-émissaires (Illuminatis, Francs-maçons, service secrets, voire la Couronne britannique…) remplaçant et niant la lutte des classes et même la simple réalité des faits.
Les imposteurs : Soral, FN, Dieudonné & Cie : le fascisme avance toujours masqué
Soral, Dieudonné, Le Pen, Ayoub, Meyssan… Tous ces gens sont les ennemis mortels des ouvriers, des classes populaires, des jeunes et de la nation républicaine. Ils sont les outils de la classe dirigeante pour briser le mouvement ouvrier, démocratique et patriote, pour diviser et empoisonner le peuple.
Mais il ne faut pas oublier ceux qui permettent à ces groupes de prospérer : la droite chaque jour plus extrême, et la fausse gauche, dont les politiques au service du grand capital préparent le terrain aux fascistes et extrémistes de droite. Ce sont ceux qui « à gauche » ou à droite ont entretenu l’idée que Staline = Hitler en criminalisant le communisme car, en agissant ainsi, ces individus, journalistes, politiques, flics de la pensée, ont relativisé et réhabilité le fascisme. Puisque les vainqueurs de Stalingrad ne valaient pas mieux que les hordes nazies-fascistes, puisque les « totalitarismes » se valent, comment l’antifascisme qui fut le cœur du combat des communistes et du mouvement ouvrier, des Résistants antifascistes, peut-il avoir la moindre validité ? Ces gens par cynisme, par anticommunisme, par intérêt de classe, ce sont comportés et se comportent comme des fourriers du fascisme.
Reprendre une lutte antifascisme efficace en construisant un front antifasciste, populaire, patriotique et progressiste.
Et que dire de ceux qui abandonnent à l’extrême-droite et au fascisme les symboles révolutionnaires que sont le drapeau tricolore, la Marseillaise, la République ! Ceux qui confondent le supranationalisme capitaliste avec l’internationalisme prolétarien ! Ceux qui sont incapables de voir la nécessité de combattre les opérations de diversion antipopulaire et antinationale du MEDEF et des Identitaires régionalistes comme les « bonnets rouges » ? Eux aussi préparent le terrain aux fascistes.
Seule une stratégie de Front antifasciste, populaire, patriotique et progressiste - comme le propose le PRCF - peut briser la vague brune, stratégie appuyée sur la volonté populaire des 4 sorties : de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme, quand notre peuple en décidera.
Antoine Manessis (membre de la direction du PRCF

Monsanto fait le siège de l'Ukraine , grenier à grain de l'Europe. Les multinationales ont les dents longues;jusqu'à la guerre? Maintenant la compagnie fomente une nouvelle Guerre Froide ou encore pire pour le compte de Monsanto, récemment élue « la pire » multinationale de la planète. C’est une chose dont il faut se souvenir au moment de la diabolisation tous azimuts de Poutine par les médias de masse.


Monsanto en Ukraine
Finalement, un aspect secondaire de la crise ukrainienne commence à recevoir une attention internationale. Le 28 juillet, l’Institut Oakland, basé en Californie, a publié un rapport révélant que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI), selon les termes de leur prêt de $17 milliards à l’Ukraine, ouvriraient ce pays aux cultures génétiquement modifiées (GM), ainsi qu’aux OGM dans l’agriculture. Le rapport est intitulévu de l’Ouest : la Banque mondiale et le FMI en Ukraine [1].
Fin 2013, le président ukrainien du moment, Viktor Yanukovych, a rejeté l’agrément d’association à l’Union européenne lié au prêt de $17 milliards, dont les termes viennent seulement d’être révélés. Au contraire, Yanukovych a opté pour une aide russe de $15 milliards, assortie d’une réduction sur le prix du gaz naturel. Sa décision a été un facteur majeur des protestations mortelles qui s’ensuivirent et qui l’ont renversé du pouvoir en février 2014, ainsi que de la crise en cours.
Selon l’Oakland Institute, « alors que l’Ukraine n’autorise pas l’utilisation des OGM dans l’agriculture, l’Article 404 de l’accord avec l’UE, en rapport avec l’agriculture, inclut une clause qui est généralement passée inaperçue : cette clause indique, entre autres, que les deux parties vont coopérer pour étendre l’utilisation des biotechnologies. Il ne fait aucun doute que cette clause rencontre les attentes de l’agro-industrie. Comme Michael Cox, directeur de recherche à la banque d’investissement Piper Jaffray, l’a observé, « lUkraine, et de manière générale l’Europe de l’Est, sont parmi les marchés en croissance les plus prometteurs pour le géant de l’équipement en matériel agricole Deere, ainsi que pour les producteurs Monsanto et Dupont«  » [2].
La loi ukrainienne interdit aux agriculteurs de cultiver des plantes génétiquement modifiées. Longtemps considérée comme « le grenier à blé de l’Europe », l’Ukraine, avec les riches terres noires de son sol, est idéale pour la croissance des céréales. Ainsi, en 2012, les agriculteurs ukrainiens ont produit plus de 20 millions de tonnes de céréales.
L’investissement de Monsanto
En mai 2013, Monsanto a annoncé un plan d’investissements de $140 millions dans une usine de semences de céréales non OGM en Ukraine, avec le porte-parole de Monsanto en Ukraine, Vitally Fechuk, confirmant que « Nous travaillerons seulement avec des semences conventionnelles parce que ce sont les seules autorisées en Ukraine pour la production et l’exportation ».
Mais, en novembre 2013, six grandes associations d’agriculteurs ukrainiens avaient préparé un projet d’amendement à la loi, poussant à « créer, tester, transporter et utiliser des OGM dans le cadre de la législation sur les semences génétiquement modifiées » [4]. Le président de Ukrainian Grain Association, l’association des semenciers ukrainiens, Volodymyr Klymenko, a dit lors d’une conférence de presse à Kiev que : « Nous pourrions réfléchir à cette question très longtemps, mais nous, avec les associations [agricoles], avons signé deux lettres pour modifier la loi sur la biosécurité, dans lesquelles nous avons proposé la légalisation des semences OGM pour nos agriculteurs, semences qui ont été testées depuis longtemps aux États-Unis » (en fait, les semences génétiquement modifiées ainsi que les OGM n’ont jamais été soumis à des tests indépendants sur le long-terme aux U.S.).
Les amendements des associations agricoles coïncidaient avec les termes de l’association avec l’UE et avec le prêt FMI/Banque Mondiale.
Le site web sustainablepulse.com, qui traque les nouvelles sur les OGM au niveau mondial a fustigé les propositions des associations agricoles, avec le directeur Henry Rowlands déclarant : « L’agriculture de l’Ukraine sera sérieusement endommagée si le gouvernement autorise les semences génétiquement modifiées dans le pays. Les agriculteurs verront se réduire les marchés à l’exportation à cause des sentiments anti-OGM en Russie et dans l’UE ». Rowlands a dit que les investissements de Monsanto en Ukraine « pouvaient atteindre $300 millions sur plusieurs années. Est-ce-que l’agriculture ukrainienne veut faire totalement confiance au succès ou à l’échec d’une compagnie U.S.? » [5]
Le 13 décembre 2013, le vice-président de Monsanto (Corporate Enaggement), Jesus Madrazo, a dit à la conférence U.S-Ukraine à Washington D.C. que la compagnie voyait « l’importance de la création d’un environnement favorable [en Ukraine], qui encourage l’innovation et émule le développement continu de l’agriculture. L’Ukraine a l’opportunité de développer encore plus le potentiel des cultures conventionnelles, là où nous concentrons actuellement nos efforts. Nous espérons aussi que, le moment venu, la biotechnologie sera un outil disponible pour les agriculteurs ukrainiens dans le futur » [6].
Juste quelques jours avant les remarques de Madrazo à Washington, Monsanto Ukraine a lancé son programme de « développement social » pour le pays, appelé « Panier de grains du futur » [7]. Il fournissait une bourse à des villageois ruraux afin qu’ils puissent (selon les mots de Monsanto) « commencer à ressentir qu’ils peuvent améliorer leur situation eux-mêmes au lieu d’attendre une subvention ».
Actuellement, les véritables subventions sont celles qui vont aux gros de l’agro-business, selon les termes des prêts du FMI et de la Banque mondiale, qui, en plus d’ouvrir le pays aux cultures OGM, va aussi conduire, plus tard, à lever l’interdiction qui pèse sur la vente des riches terres ukrainiennes au secteur privé [8].
Comme l’a formulé Morgan Williams, président et PDG du Conseil pour le commerce U.S.-Ukraine, en mars dans International Business Times, « L’agriculture ukrainienne pourrait être une vraie mine d’or » [9]. Mais, a-t-il ajouté, « de nombreux aspects du climat des affaires [en Ukraine] doivent changer, le point principal étant de garder le gouvernement hors des affaires commerciales… ».
Les câbles Wikileaks
En août 2011, Wikileaks a diffusé des câbles diplomatiques U.S. montrant que le Département d’État des U.S. [Affaires étrangères, NdT] a fait du lobbying au niveau mondial pour le compte de Monsanto et d’autres multinationales de la biotechnologie, telles que DuPont, Syngenta, Bayer et Dow. L’organisme à but non lucratif, Food & Water Watch [Surveillance de l'eau et de la nourriture, NdT], après passage au peigne fin de ces câbles sur cinq ans (2005-2009), a publié son rapport le 14 mai 2013, intitulé « Ambassadeurs de la Biotechnique : comment le ministère des Affaires étrangères U.S. fait la promotion du programme global de l’industrie des semences » [10]. Le rapport montre que le ministère des Affaires étrangères U.S. a « fait du lobbying auprès de gouvernements étrangers pour qu’ils adoptent des politiques et légifèrent en faveur des biotechnologies agricoles, a réalisé des campagnes rigoureuses de relations publiques pour améliorer l’image de la biotechnologie, et a défié ouvertement les gardes-fous et les règles de bon sens, allant même jusqu’à s’opposer aux lois concernant l’étiquetage des nourritures OGM ».
Selon un article de consortiumnews.com du 16 mars 2014, Morgan Williams est au centre du réseau d’alliances du regroupement des multinationales du business agroalimentaire (Big Ag) avec la politique étrangère des U.S. [11]. « En plus d’être président et PDG du Conseil pour le commerce U.S.-Ukraine, Williams est Directeur des affaires gouvernementales dans la firme privée d’investissement SigmaBleyzer, qui racole pour le travail de Williams « diverses agences du gouvernement U.S., membres du Congrès, commissions du Congrès, l’ambassade d’Ukraine aux U.S., des institutions financières internationales, des groupes de réflexion et autres organisations concernant les affaires U.S.-Ukraine, les questions de commerce, d’investissement et d’économie ».
Les seize membres du Comité exécutif du Conseil pour le commerce U.S.-Ukraine viennent de compagnies agroalimentaires U.S., incluant des représentants de Monsanto, John Deere, DuPont Pioneer, Eli Lilly, et Cargill [12]. Parmi les vingt « Consultants principaux », on rencontre James Greene (ancien chef du Bureau de liaison Otan-Ukraine), Ariel Cohen (chargé de recherche principal à The Heritage Foundation [Groupe de réflexion conservateur à Washington D.C.], Léonid Kozachenko (président de la Confédération agraire ukrainienne), six anciens ambassadeurs U.S. en Ukraine, et l’ancien ambassadeur d’Ukraine aux U.S., Oleh Shamshur.
Shamshur est maintenant un conseiller principal chez PBN Hill + Knowlton Strategies, une unité du géant des relations publiques Hill + Knowlton Strategies (H+K). H+K est une filiale du gargantuesque groupe WPP, basé à Londres, qui possède quelques douzaines de grosses firmes de relations publiques, dont Burson-Marsteller (un conseiller de Monsanto depuis longtemps).
Stratégies de Hill + Knowlton
Le 15 avril 2014, le journal de Toronto The Globe & Mail a publié un éditorial de l’assistant consultant de H+K, Olga Radchenko [13]. L’article fulminait contre le Président russe Vladimir Poutine et « la machine de relations publiques de Mr. Poutine », déclarant que « le mois dernier [mars 2014, un mois après le coup d'État], un groupe de professionnels des relations publiques, basé à Kiev, avait formé le Centre des médias sur la crise ukrainienne, une opération volontaire dans le but d’aider à améliorer l’image de l’Ukraine et de gérer ses communications sur la scène globale ».
Le site web de PNB Hill + Knowlton Strategies déclare que le PDG de la compagnie, Myron Wasylyk, est un « membre du bureau du Conseil pour le Commerce U.S.-Ukraine », et que le Directeur général pour l’Ukraine, Oksana Monastyrska, « dirige les travaux de la firme pour Monsanto ». Monastyrska a aussi travaillé pour la Société financière internationale de la Banque mondiale.
Selon Oakland Institut, les conditions du prêt accordé à l’Ukraine par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international ont déjà conduit à « un accroissement des investissements étrangers, qui entraînera probablement une expansion des acquisitions de terres agricoles sur une grande échelle par des compagnies étrangères et une future privatisation de l’agriculture du pays » [14].
En attendant, le Permier ministre russe, Dmitry Medvedev, a déclaré en avril 2014 : « Nous n’avons pas pour but de développer les produits OGM ici, ni de les importer. Nous pouvons nous nourrir avec des produits normaux non génétiquement modifiés. Si les Américains aiment manger de tels produits, qu’ils les mangent. Nous n’avons pas besoin de faire ça ; nous avons assez de place et d’occasions pour produire une nourriture organique naturelle » [15].
Hill + Knowlton, avec ses mensonges sur les « atrocités dans les incubateurs de bébés » au Koweït, a instrumentalisé le public américain pour qu’il supporte la première Guerre du Golfe en Irak au début des années 90. Maintenant la compagnie fomente une nouvelle Guerre Froide ou encore pire pour le compte de Monsanto, récemment élue « la pire » multinationale de la planète. C’est une chose dont il faut se souvenir au moment de la diabolisation tous azimuts de Poutine par les médias de masse.
Joyce Nelson

mercredi 27 août 2014

Les barbaries meurtrières de l’empire étasunien ravagent le monde et horrifient dans les médias. Presque partout où le sang gicle ou coule, soit directement soit réactivement, ce sont les mains criminelles des fous de l’empire qui tuent et massacrent pour garder leur prépondérance.


Par Camille Loty Malebranche 

http://tvk3.info/wp-content/themes/tvk3/timthumb.php?src=http%3A%2F%2Ftvk3.info%2Fwp-content%2Fuploads%2F2014%2F08%2Fnemiri-ferguson.jpg&q=90&w=795&h=470&zc=1

À la fin de ce mois d’août 2014, l’actualité est particulièrement émaillée de haine, haine érigée en mode d’action dominant de l’idéologie occidentale orchestrée selon la politique interne et externe des Etats-Unis, me poussent à quelques brefs commentaires des événements mondiaux, les plus violents ayant, hélas, tous en dénominateur commun, l’action politique étasunienne.
Je n’évoquerai pas l’Ukraine dont la guerre est aussi une conséquence de la géostratégie provocatrice des É.-U., vu que j’ai déjà pas mal fait le tour de la question sur le blog Intellection. Elles sont quatre actualités (étant donné leurs retombées ou leur cours actuel) qui interpellent mon indignation cogitante, répugnent autant à mon entendement  d’homme qu’à mon observation d’analyste:
1-L’assassinat par un policier blanc du Missouri de l’adolescent noir Michael Brown atteint de 6 projectiles alors qu’il avait les mains en l’air.
2-L’exécution abominable du journaliste Foley devant l’œil de la caméra par son victimaire islamiste l’égorgeant précisément pour le spectacle de l’horreur en réponse à l’horreur de l’interventionnisme étasunien qui façonne une étrange moralisation du monde par les bombes, la destruction d’État et le pillage systématique des peuples bombardés et massacrés. 
3-La rage incessante du Tsahal s’acharnant grâce à la complicité étasunienne, sur le sang palestinien comme par vampirisme colonialo-raciste des sionistes.
4-Le traitement et la guérison des deux étasuniens atteints d’ébola alors que les Usa laissent succomber plus de 1400 africains, en arguant d’abord du caractère privé de la recherche et du brevet des laboratoires pharmaceutiques, puis masquant la vraie cause en évoquant des la non fiabilité du médicament pourtant appliqué aux étasuniens guéris.
Les barbaries meurtrières de l’empire étasunien ravagent le monde et horrifient dans les médias. Presque partout où le sang gicle ou coule, soit directement soit réactivement, ce sont les mains criminelles des fous de l’empire qui tuent et massacrent pour garder leur prépondérance. De fait, tous les événements susdits ont un lien, celui de l’action impériale et inhumaine des États-unis à l’intérieur comme à l’extérieur de leurs frontières. Je vous propose, dans ce qui suit, une bref regard sur cet assassinat raciste dont les conséquences ont ébranlé la paix sociale à Ferguson et dans tout le Missouri.    
 La mort Michael Brown, adolescent noir de 18 ans, assassiné le 9 août 2014 par un policier blanc du Missouri alors qu’il avait les mains en l’air, projette sous les yeux du monde entier, le grave déficit de démocratie qui affecte les Etats-Unis interventionnistes de la libération des peuples asservis contre les tyrans, bellicistes autorisés des droits de l’homme portés à coups de bombes d’hécatombes et de pulvérisation de pays comme en Irak, en Afghanistan, en Libye... L’assassinat de Brown nous dévoile spécifiquement, encore une fois, les vices meurtriers de la démocratie étasunienne. On ne peut être un pays le moindrement démocratique quand on ne dépasse point les vices originaires de sa fondation colonialiste et esclavagiste fondée dans le racisme exterminateur. On ne saurait être un État de droit quand on cultive la suspicion, l’exclusion de tout non blanc malgré les apparats officiels d’intégration par l’ostentation de visages ethniques qui réussissent à travers un cynique exhibitionnisme d’un égalitarisme factice.
 Ni des acteurs ni une présentatrice milliardaire de talk show ni un président mélanodermes dans une société raciste, ne seront assez forts comme exhibition sémiologique pour constituer des signes emblématiques convaincants lorsque le pays est artificiellement inclusif. L’artifice du pseudo égalitarisme de droit ne peut effacer les monstruosités inhérentes au système étasunien de discrimination ethnique, de racisme économique et de violence primaire contre les masses de couleur paupérisées, ghettoïsées dans un capitalisme haïssable chiant sur la tête des humains au profit de l’excès avaricieux d’un establishment financier avide d’accumulation pécuniaire dont la bêtise immonde est celle des quelques prédateurs assassins, ploutocrates agressifs sans égard pour l'humanté.
 Les idéologues étasuniens auront bon tenter de nous faire accroire le contraire, la société étasunienne est un échiquier de violences multiples, un écheveau indénouable où des représentations de la réussite, des affects et complexes liés au matérialisme capitaliste sans borne nourrissent des pulsions brutales sous-tendues par le système socioéconomique, pulsions mortelles et autodestructrices qui jalonnent le mental et prédéterminent le comportement violent avec l’autre, que cet autre soit un individu, le social ou le monde. Cette crise et altération du sens au cœur d’une idéologie d’aliénations et  de suspicions des minorités ethniques, des musulmans et des pays ciblés sont l’effigie sinistre d’un empire en décomposition, ravagé par le syndrome fatal de ses haines, ses agressivités guerrières, esclave lucifuge qu’il est du lugubre, trop vil, trop morbide en lui-même, pour cultiver et promouvoir la vie.
 CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

mardi 26 août 2014

Cessez-le-feu à Gaza . Réflexions d'un paysan de l'Allier

  Gaza , ce camp de concentration de 40 km de long sur 6 A 12km de large est véritablement une "prison" à ciel ouvert et rien ne sera possible sans un retour aux frontières d'avant 1967 et la reconnaissance réelle et véritable de l'état de Palestine avec une continuité des territoires avec la fin de colonies juives . 
  Nous ne devons pas nous laissez aller à un optimisme béa , l'état sioniste reste un état raciste pratiquant l'apartheid , rien ne permet ni ne justifie la violence qu'emploie Israël à l'égard du peuple de Palestine spolié depuis 1948 , aucun peuple au monde n'a subit une telle injustice criminelle.  
   L' ONU doit sans attendre protéger réellement les palestiniens pour que plus jamais de tels massacres ne recommencent et tout faire pour que justice passe .
  Ce soir laissons les gazaouis respirer , penser leur plaies et pleurer leur morts , ils ont montrés qu'un peuple peut tout , y compris contre une des armées la plus puissante et  la mieux équipée au monde

Gaza , le bilan des perte de soldats israéliens est bien plus lourd que le sous-entend le pouvoir sioniste

Ce bilan des pertes de l’armée israélienne, bien confidentiel, est parvenu au journal tunisien Al Chorouk qui le publie dans son intégralité : il s’agirait des chiffres qui ont fuité à travers les rapports de l’expert des questions militaires du journal Haaretz et conseiller du cabinet sécuritaire, Amos Harel.
Selon les rapports rédigé par l’intéressé, "depuis le 7 juillet, date à laquelle l’offensive Roch invincible a été déclenchée, 
 497 soldats israéliens ont été tués. 
 113 officiers sionistes ont également péri.

Le bilan des blessés s’élève à 879 soldats et à 362 officiers qui se trouvent d’ailleurs dans un état grave".
Toujours selon le journal, " l’armée israélienne a perdu 270 mercenaires tandis que 629 autres (mercenaires ) sont blessés" (ndlr : le rapport ne précise pas ce qu’entend l’armée israélienne par le terme mercenaire) " 166 militaires israéliens ont commis une tentative de suicide.
311 militaires se sont tirés une balle dans leur pied pour ne pas partir au front" et le journal d’ajouter : "332 soldats et 418 réservistes sont allés jusqu’à blesser voir amputer l’un de leurs membres pour ne pas faire la guerre".
Article en arabe sur Al-Chorouk ici. Source : Maghrebnaute.comhttp://www.ism-france.org/communiqu...

dimanche 24 août 2014

L'agriculture va mal , pourtant des Hommes dans la détresse pensent aux plus malheureux ,, et ce paysan Faute d’acheteur, offre sa production au Secours populaire

Donner plutôt que de jeter, le choix a été vite fait pour Stéphane Hilaire, qui a 60 tonnes de pommes de terre à vendre.
«Je suis heureux et malheureux », confie Stéphane Hilaire. « Heureux que des familles déshéritées profitent de mes pommes de terre. Malheureux de ne pas pouvoir vivre de mon travail ».
Et l'agriculteur montbouchérois d’expliquer : « Cette année, mon acheteur, qui travaille pour la grande distribution, m'a planté. Il m'a demandé d'attendre pour arracher les pommes de terre que la récolte de l'an passé (gardée en frigo) soit écoulée car il y avait un surplus dû à la baisse de consommation. Après un échantillonnage, il m'a donné le feu vert. J'avais déjà récolté six bennes lorsqu'il s'est rétracté, sous le prétexte, fallacieux à mon avis, qu'il y avait des petits trous dûs au taupin (un petit ver). J'ai été assommé par cette nouvelle. Les bennes étaient perdues, il fallait les vider pour les rendre ».
Par l’intermédiaire de Jocelyne Stehly, ancienne présidente de l'Entraide protestante, l'agriculteur contacte le Secours populaire (SP) de l'Ardèche, qui se montre très réactif. « J'ai reçu le coup de fil le 14 août et le 15, on était quelques bénévoles à venir vider les bennes dans des Palox », explique Michel Méjean, responsable de l'opération pour l'antenne teilloise. Jeudi, les responsables du SP de l'Ardèche sont donc venus récupérer 30 tonnes d'agata qui avaient été stockées et ventilées. La moitié ira au SP Rhône-Alpes et le reste aux différentes antennes ardéchoises. Au Teil, 150 familles bénéficiaires de l'aide alimentaire recevront un, voire deux sacs de 10 kg.

Une catastrophe financière pour l’agriculteur

Une grosse partie de la récolte restera en terre, car Stéphane Hilaire, 38 ans, agriculteur depuis 2003, ayant repris l'affaire familiale, « ne veut pas cautionner le système de marge de la grande distribution. On nous paie la tonne 60 €, alors qu'il faudrait que ce soit 200 à 250 € pour arriver à l'équilibre ». Pour ce travailleur de la terre, c'est une vraie catastrophe financière et ce n'est pas l'ail, qui se vend mal aussi, qui renflouera sa trésorerie !

En direct de Gaza Samedi 23 août 2014 Il est 23 h à Gaza Ziad Medoukh


En direct de Gaza
Samedi 23 août 2014
Il est 23 h à Gaza
Ziad Medoukh
Quarante –huit jour de l’offensive militaire israélienne sur la bande de Gaza
L’armée israélienne poursuit ses bombardements et ses attaques sanglantes sur la bande de Gaza ce samedi 23 août 2014.
L’aviation israélienne a mené plus de 50 raids depuis ce matin.
Quelle horreur !
16 morts dont trois enfants, trois femmes et deux personne âgée partout dans la bande de Gaza.
90 blessés dont 16 enfants et 18 femmes
20 maisons détruites
L’aviation israélienne a détruit une tour de 14 étages dans la ville de Gaza
Trois mosquées détruites au sud de la bande de Gaza
La marine israélienne a détruit 3 bateaux de pêche dans la ville de Rafah au sud de la bande de Gaza
Deux installations électriques bombardées dans la ville de Gaza
Deux heures d’électricité par jour pour chaque foyer
Cinq fermes agricoles détruites
Beaucoup de terrains agricoles visés
Quelle horreur !
Destruction massive dans la bande de Gaza : habitations, routes, bâtiments, écoles, universités, cimetières, fermes, infrastructures civiles, usines et terres agricoles.
Quelle barbarie !
Et ça continue !
Le bilan s’alourdit au quarante-huitième jour de l’offensive militaire israélienne contre la bande de Gaza et sa population civile :
- 2105 morts palestiniens jusqu’à cette heure-ci, dont 563 enfants, 269 femmes et 110 personnes âgées suite à des bombardements israéliens en quarante-huit jours.
- -10540 blessés lors de ces bombardements aveugles de l’armée de l’occupation israélienne, dont 1997 femmes, 434 personnes âgées et 3190 enfants
-Plus de 7840 raids israéliens en quarante-huit jours partout dans la bande de Gaza
C’est terrible !
Devant le silence d’une communauté internationale officielle complice
Et devant des médias qui occultent cette réalité meurtrière dans la bande de Gaza.
Gaza sera toujours debout !
Gaza résiste, Gaza existe et Gaza persiste !
Palestine vivra, Palestine vaincra !
Amitiés de Gaza sous les bombes
Ziad


samedi 23 août 2014

Liste des pays par dépenses militaires / % du PIB / dépense par habitant

Cette liste des pays par dépenses militaires est basée sur les données de l'institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI). En 2010, les dépenses militaires ont totalisé 1 630 milliards de dollars américain. De cette somme, 43 % ont été dépensés par les États-Unis, 18,4 % par l'Union européenne, 7 % par la Chine et 3,2 % par la Russie.
Le tableau ci-dessous donne les dépenses militaires de chaque pays en millions de dollars selon le SIPRI ainsi qu'en pourcentage du produit intérieur brut (PIB)1. D'autres sources d'informations fournissent des valeurs significativement différentes, comme la CIA2. La parité de pouvoir d'achat et la variation des taux de change sont à prendre en considération pour les comparaisons entre États.

PaysDépenses
militaires
20103
 % du
PIB
2009
Dépenses/
habitant
2009
1Drapeau des États-UnisÉtats-Unis698 1054,7 %2 141
#Drapeau de l’Union européenneUnion européenne299 8711,8 %595
2Drapeau de la République populaire de ChineChine114 3002,2 %75
3Drapeau de la FranceFrance61 2852,5 %977
4Drapeau du Royaume-UniRoyaume-Uni57 4242,7 %940
5Drapeau de la RussieRussie52 5864,3 %430
6Drapeau du JaponJapon51 4201,0 %401
7Drapeau de l'AllemagneAllemagne46 8481,4 %558
8Drapeau de l'Arabie saouditeArabie saoudite39 20011,2 %1 524
9Drapeau de l'ItalieItalie38 3031,8 %593
10Drapeau de l'IndeInde36 0301,8 %31
11Drapeau du BrésilBrésil27 1201,6 %142
12Drapeau de l'AustralieAustralie26 9001,9 %893
13Drapeau de la Corée du SudCorée du Sud26 5502,9 %493
14Drapeau de l'EspagneEspagne25 5081,1 %398
15Drapeau du CanadaCanada21 8001,5 %560
16Drapeau d’IsraëlIsraël16 0006,4 %1 882
17Drapeau des Émirats arabes unisÉmirats arabes unis15 7497,3 %2 653
18Drapeau de la TurquieTurquie15 6342,7 %244
19Drapeau des Pays-BasPays-Bas11 6041,5 %759
20Drapeau de la PolognePologne10 8001,8 %285
21Drapeau de la GrèceGrèce10 3983,2 %1 230
22Drapeau de SingapourSingapour9 8294,3 %1 593
23Drapeau de la ColombieColombie9 1913,7 %
24Drapeau de l'IranIran9 1741,8 %
25Drapeau de la République de ChineTaïwan8 5352,4 %4
26Drapeau de l'ÉgypteÉgypte7 1502,1 %
27Drapeau du PakistanPakistan6 4102,8 %28
28Drapeau du MexiqueMexique6 3000,5 %49
29Drapeau de la NorvègeNorvège6 2001,6 %1 245
30Drapeau de l'AlgérieAlgérie6 0003,8 %
31Drapeau de la SuèdeSuède5 5001,2 %657
32Drapeau de la ThaïlandeThaïlande5 2001,9 %
33Drapeau de la Corée du NordCorée du Nord5 000518 %6
34Drapeau de l'IndonésieIndonésie4 7400,9 %
35Drapeau du KoweïtKoweït4 7004,4 %1 289
36Drapeau de l'IrakIrak4 6635,4 %
37Drapeau de la BelgiqueBelgique4 5441,2 %525
38Drapeau du DanemarkDanemark4 3301,4 %804
39Drapeau de la FinlandeFinlande4 0511,5 %702
40Drapeau d'OmanOman4 0479,7 %
41Drapeau du VenezuelaVenezuela4 0001,3 %
42Drapeau de la SuisseSuisse4 0000,8 %526
43Drapeau du PortugalPortugal3 8262,1 %
44Drapeau de l'AngolaAngola3 7744,2 %
45Drapeau de l'AutricheAutriche3 6500,9 %
46Drapeau du ChiliChili3 6203,5 %
47Drapeau de la MalaisieMalaisie3 5002,0 %
48Drapeau du MarocMaroc3 2563,4 %
49Drapeau de l’ArgentineArgentine3 1791,0 %65
50Drapeau de l'Afrique du SudAfrique du Sud3 1601,3 %79
51Drapeau de la République tchèqueRépublique tchèque2 5291,4 %
52Drapeau des PhilippinesPhilippines2 4390,8 %
53Drapeau de la République socialiste du Viêt NamViêt Nam2 4102,5 %
54Drapeau : RoumanieRoumanie2 1641,4 %
55Drapeau du PérouPérou1 9921,4 %
56Drapeau du SoudanSoudan1 99173,4 %7
57Drapeau de la SyrieSyrie1 8004,0 %
58Drapeau du NigeriaNigéria1 7240,9 %
59Drapeau de la LibyeLibye1 50081,2 %8
60Drapeau de l'AzerbaïdjanAzerbaïdjan1 4213,4 %
61Drapeau de la JordanieJordanie1 4006,1 %
62Drapeau de la Nouvelle-ZélandeNouvelle-Zélande1 3581,2 %
63Drapeau de l'IrlandeIrlande1 3540,6 %
64Drapeau de la HongrieHongrie1 3231,1 %
65Drapeau du Sri LankaSri Lanka1 2803,5 %
66Drapeau du KazakhstanKazakhstan1 2271,2 %
67Drapeau du YémenYémen1 22283,9 %8
68Drapeau de l'UkraineUkraine1 2002,9 %
69Drapeau du BangladeshBangladesh1 1371,0 %
70Drapeau de la CroatieCroatie1 0601,8 %
71Drapeau de la SlovaquieSlovaquie1 0101,4 %
72Drapeau : SerbieSerbie9202,3 %
73Drapeau du LibanLiban8754,1 %
74Drapeau de la SlovénieSlovénie7881,6 %
75Drapeau de BahreïnBahreïn7313,7 %911
76Drapeau de la BiélorussieBiélorussie7261,4 %
77Drapeau de la BulgarieBulgarie6982,0 %
78Drapeau du KenyaKenya5942,0 %
79Drapeau de ChypreChypre5501,8 %
80Drapeau de la TunisieTunisie5481,3 %
81Drapeau de la GéorgieGéorgie4975,6 %151
82Drapeau de l'UruguayUruguay4911,6 %
83Drapeau de l'ÉrythréeÉrythrée469920,9 %9
84Drapeau de l'ÉthiopieÉthiopie4501,0 %
85Drapeau de la LituanieLituanie4271,4 %
86Drapeau de l'ArménieArménie4044,2 %
87Drapeau du CamerounCameroun3681,6 %
88Drapeau : Côte d'IvoireCôte d'Ivoire35381,5 %
89Drapeau du BotswanaBotswana3523,0 %
90Drapeau de l'EstonieEstonie3362,3 %
91Drapeau de la NamibieNamibie3293,7 %
92Drapeau du BruneiBrunéi3273,1 %866
93Drapeau de la République dominicaineRépublique dominicaine3220,7 %
94Drapeau de la BolivieBolivie3142,0 %
95Drapeau du LuxembourgLuxembourg301100,6 %809
96Drapeau de l'OugandaOuganda2761,8 %
97Drapeau de la LettonieLettonie2681,4 %
98Drapeau de l'AfghanistanAfghanistan250111,8 %
99Drapeau de la ZambieZambie2431,7 %
100Drapeau du TchadTchad2426,2 %
101Drapeau du HondurasHonduras2351,5 %
102Drapeau du TurkménistanTurkménistan233122,9 %12
103Drapeau de la Bosnie-HerzégovineBosnie-Herzégovine2321,3 %
104Drapeau de la TanzanieTanzanie217111,1 %
105Drapeau : SénégalSénégal2071,6 %
106Drapeau de l'AlbanieAlbanie2012,1 %
107Drapeau du CambodgeCambodge191111,1 %
108Drapeau du MaliMali1831,9 %
109Drapeau du KirghizistanKirghizistan167113,6 %
110Drapeau de la République démocratique du CongoCongo-Kinshasa1631,0 %
111Drapeau du GuatemalaGuatemala1610,4 %
112Drapeau du PanamaPanama146121,0 %12
113Drapeau du ParaguayParaguay1460,9 %
114Drapeau de la MacédoineMacédoine1451,7 %
115Drapeau du Burkina FasoBurkina Faso1401,2 %
116Drapeau de la République du CongoCongo-Brazzaville1331,1 %8
117Drapeau du SalvadorEl Salvador1330,7 %
118Drapeau du GhanaGhana1150,7 %
119Drapeau de la MauritanieMauritanie115113,8 %
120Drapeau de la GuinéeGuinée99,9132,2 %13
121Drapeau du ZimbabweZimbabwe93,81,9 %7
122Drapeau du MozambiqueMozambique92,50,8 %
123Drapeau de la JamaïqueJamaïque80,30,6 %
124Drapeau du RwandaRwanda72,71,5 %
125Drapeau de la MongolieMongolie71101,4 %10
126Drapeau du BéninBénin67,781,1 %
127Drapeau du TadjikistanTadjikistan63,4132,2 %13
128Drapeau du NépalNépal602,0 %
129Drapeau du SwazilandSwaziland60101,9 %10
130Drapeau du TogoTogo571,9 %
131Drapeau de MadagascarMadagascar55,70,8 %
132Drapeau de la République centrafricaineRépublique centrafricaine52,91,8 %
133Drapeau de l'OuzbékistanOuzbékistan5291,9 %9
134Drapeau de MalteMalte51,60,7 %
135Drapeau du NigerNiger49,20,5 %8
136Drapeau du MalawiMalawi48,6101,2 %10
137Drapeau des FidjiFidji48,481,3 %
138Drapeau du BurundiBurundi46,93,8 %
139Drapeau du LesothoLesotho45,6112,8 %11
140Drapeau du NicaraguaNicaragua44,10,7 %
141Drapeau de Sierra LeoneSierra Leone42,982,4 %
142Drapeau de la Papouasie-Nouvelle-GuinéePapouasie-Nouvelle-Guinée39,10,5 %
143Drapeau de DjiboutiDjibouti36,983,7 %8
144Drapeau de la MoldavieMoldavie190,5 %
145Drapeau du LaosLaos18,4110,3 %
146Drapeau de la Guinée-BissauGuinée-Bissau15,7142,1 %14
147Drapeau du BelizeBélize14,91,2 %
148Drapeau de MauriceMaurice1480,2 %8
149Drapeau de l'IslandeIslande9,9110,1 %
150Drapeau du Cap-VertCap-Vert8,80,5 %
151Drapeau du GuyanaGuyana8,1150,8 %15
152Drapeau du LibériaLibéria7,2110,8 %
153Drapeau des SeychellesSeychelles6,61,2 %
154Drapeau de la GambieGambie4,6100,6 %10
http://fr.wikipedia.org/wiki/