Les moutons vont à l'abattoir. Ils ne disent rien, et ils n'espèrent rien. Mais du moins, ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que bête, plus moutonnier que les moutons, l'électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des révolutions pour conquérir ce droit.

Octave Mirbeau, La grève des électeurs (1888)

H. Krazucki ancien secrétaire général de la CGT

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasemen
t.


Mikis Théodorakis

"Si les peuples d’Europe ne se lèvent pas, les banques ramèneront le fascisme"

Seul les poissons morts vont dans le sens du courants ...

Jean Jacques Rousseau :

« Le premier qui, ayant enclos du terrain, s’avisa de dire : « Ceci est à moi » et trouva des gens assez simples pour le croire fut le vrai fondateur de la société civile… Gardez-vous d’écouter cet imposteur, vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et que la terre n’est à personne…Quand les héritages se furent accrus en nombre et en étendue au point de couvrir le sol entier et de se toucher tous, les uns ne purent plus s’agrandir qu’aux dépens des autres… De là commencèrent à naître la domination et la servitude »

Jean Jaurès

«Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots»

Maximilien Robespierre, 1789

" Nul n'a le droit d'entasser des monceaux de blé
à côté de son voisin qui meurt de faim".



RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE

RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE
Les générations futures ne nous pardonneront pas d'avoir laisser faire

Un blog pour une idée

Une idée maitresse me guide pour construire ce blog : mettre l'Homme au centre de toutes les préoccupations, reconquérir la dignité perdue, travailler pour un monde Humain, au delà de toutes considérations tendancieuses, pour moi seul compte ,l'humanisme , le combat contre l'exploitation de l'homme par l'homme pour le profit ,une priorité absolue ; pour moi et tous ceux qui luttent, l'être humain et son environnement sont le socle de toutes revendications,
L' Homme doit être le but et l'argent l'accessoire d'échange et rien d'autre
"la terre nous l'empruntons à nos enfants ,nous ne l'héritons pas de nos parents"
Afin d'éviter des attaques au dessous de la ceinture par des gens dont le seul but est d'exister en supprimant les autres, je me vois obliger de mettre en place une modération des commentaires: bien sur il ne s'agit pas de supprimer le débat démocratique , mais il est ors de question de salir les gens pour le plaisir de faire du mal , simplement parce que l'on critique l'action du pouvoir de l'argent , ceux qui respecteront l'être humains continueront comme par le passé à s'exprimer .
Et oui l’extrême droite a pris des ailes et ce blog n'est pas à son service , soyez tous sur vos gardes et prenez garde à vous

Geronimo sur son lit de mort ; d'une terrible actualité

Quand le dernier arbre aura été abattu,
Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,
Quand le dernier poisson aura été péché,
Alors, on saura que l’argent ne se mange pas.


Hugo Chavez.

"Si le climat était une banque, les pays riches l’auraient déjà sauvé"

Préambule du texte de la Constitution de l'OIT, Organisation internationale du Travail,1919

"une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale"

dimanche 8 novembre 2009

Quand un homme d'église courageux et claivoyant prend position où.....


"Celui qui croyait au ciel , celui qui n'y croyait pas ":Aragon

J'ai recueilli le sermon de l'évêque de Montauban , j'ai vu que Bellacio l'a publié aussi, comme quoi il ne faut jamais élever de barrière là ou elles sont inutiles, le sectarisme reste l'arme des puissants,
c'est ce que nous démontre tous les jours le pouvoir en place.
Mais ne pas se soumettre: Résister

Voici donc ce sermon prononcé à la Toussaint,ils sont peu nombreux ces hommes d'églises mais ceux qui sont objectifs méritent d'être reconnu . le grand Aragon l'a tellement bien écrit : n'est ce pas Georges Raynaud ,mon camarade de la Drôme
Laissons parler cet Homme

Défunts, victimes d’une nouvelle pandémie

Parmi les défunts auxquels je pense particulièrement ces jours-ci et que je porte dans ma prière il y a les victimes d’une nouvelle « pandémie » : ceux que les conditions de travail conduisent à la mort, ceux qui poussés par des contraintes inhumaines, désespérés, se tuent : à France Télécom, à l’entreprise Thalès et dans d’autres entreprises…

Qui plaidera pour eux ?

Qui reconnaîtra qu’ils sont sacrifiés à des idoles mortifères : la rentabilité, la concurrence, le réduction des coûts, les techniques de gestion ?
La barbarie du quotidien fait naître leur culpabilité au point qu’ils se donnent eux-mêmes la mort devant l’idole implacable qui demande toujours plus. Chez France Télécom Orange il faut être « Orange à l’intérieur » (lire Ivan du Roy : Orange stressé, Edition La Découverte , Paris 2009)… « Orange à l’intérieur » mais qu’est-ce donc que ce mot d’ordre sinon la volonté des managers de s’approprier le salarié pour l’évaluer dans son « adhésion à l’entreprise » c’est-à-dire dans sa capacité à n’être plus qu’un avec elle ? Au bout il y a la prime ou…. la mutation ou l’orientation vers la sortie…

Ces réalités touchent des millions de personnes vouées au profit de grandes entreprises qui se font la guerre avec un armement humain et qui ne craignent pas les pertes « en matériel ». Ce « matériel » nous le connaissons bien : ce sont nos proches, nos voisins, ils travaillent depuis quinze ou vingt ans dans telle ou telle entreprise, ils ont acquis une maison qu’ils paient sur vingt ou vingt-cinq ans grâce à leur travail.

Un jour tout s’arrête parce que l’entreprise est délocalisée, parce que l’acheteur étranger n’a rien à faire de cette usine (comme Molex), parce que la gestion rigoureuse des managers sera récompensée s’ils font partir 10% du personnel de leur service…


La guerre internationale se gagne à ce prix..

Le 11 novembre nous allons faire mémoire de la terrible guerre de 14-18. Si nous sommes convaincus que les guerres sont insensées comment pouvons-nous accepter d’en être les complices en laissant se répandre des conditions de travail qui abîment l’homme et finissent par le détruire ?

Quand un système économique, sous prétexte de performance, impose un type de management où l’être humain est écrasé par des exigences intenables, soumis à des pressions qui le survalorisent ou le rabaissent par un jeu cruel de mise à l’épreuve, le travail –noble activité humaine- devient la forme moderne de l’esclavage. Il devient logique que dans un tel système ceux qui ne suivent pas soient condamnés…

En ce mois de commémorations, nous allons nous souvenir de ces morts « pour la production »,victimes du « turn over », des délocalisations, des plans de licenciements, du chômage partiel, du «toujours plus » …

Msr Ginoux, évêque de Montauban

Aucun commentaire: