Les moutons vont à l'abattoir. Ils ne disent rien, et ils n'espèrent rien. Mais du moins, ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que bête, plus moutonnier que les moutons, l'électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des révolutions pour conquérir ce droit.

Octave Mirbeau, La grève des électeurs (1888)

H. Krazucki ancien secrétaire général de la CGT

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasemen
t.


Mikis Théodorakis

"Si les peuples d’Europe ne se lèvent pas, les banques ramèneront le fascisme"

Seul les poissons morts vont dans le sens du courants ...

Jean Jacques Rousseau :

« Le premier qui, ayant enclos du terrain, s’avisa de dire : « Ceci est à moi » et trouva des gens assez simples pour le croire fut le vrai fondateur de la société civile… Gardez-vous d’écouter cet imposteur, vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et que la terre n’est à personne…Quand les héritages se furent accrus en nombre et en étendue au point de couvrir le sol entier et de se toucher tous, les uns ne purent plus s’agrandir qu’aux dépens des autres… De là commencèrent à naître la domination et la servitude »

Jean Jaurès

«Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots»

Maximilien Robespierre, 1789

" Nul n'a le droit d'entasser des monceaux de blé
à côté de son voisin qui meurt de faim".



RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE

RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE
Les générations futures ne nous pardonneront pas d'avoir laisser faire

Un blog pour une idée

Une idée maitresse me guide pour construire ce blog : mettre l'Homme au centre de toutes les préoccupations, reconquérir la dignité perdue, travailler pour un monde Humain, au delà de toutes considérations tendancieuses, pour moi seul compte ,l'humanisme , le combat contre l'exploitation de l'homme par l'homme pour le profit ,une priorité absolue ; pour moi et tous ceux qui luttent, l'être humain et son environnement sont le socle de toutes revendications,
L' Homme doit être le but et l'argent l'accessoire d'échange et rien d'autre
"la terre nous l'empruntons à nos enfants ,nous ne l'héritons pas de nos parents"
Afin d'éviter des attaques au dessous de la ceinture par des gens dont le seul but est d'exister en supprimant les autres, je me vois obliger de mettre en place une modération des commentaires: bien sur il ne s'agit pas de supprimer le débat démocratique , mais il est ors de question de salir les gens pour le plaisir de faire du mal , simplement parce que l'on critique l'action du pouvoir de l'argent , ceux qui respecteront l'être humains continueront comme par le passé à s'exprimer .
Et oui l’extrême droite a pris des ailes et ce blog n'est pas à son service , soyez tous sur vos gardes et prenez garde à vous

Geronimo sur son lit de mort ; d'une terrible actualité

Quand le dernier arbre aura été abattu,
Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,
Quand le dernier poisson aura été péché,
Alors, on saura que l’argent ne se mange pas.


Hugo Chavez.

"Si le climat était une banque, les pays riches l’auraient déjà sauvé"

Préambule du texte de la Constitution de l'OIT, Organisation internationale du Travail,1919

"une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale"

mercredi 26 mars 2014

Une analyse de Daniel Levieux qu'il serait judicieux de prendre en compte ...


Le premier tour des élections municipales a dessiné un nouveau paysage politique des communes dont beaucoup ont osé le virage à droite.
Dans l'Allier le choc est d'autant plus flagrant qu'il touche des communes importantes, villes moyennes qui, après les 3 plus grandes confient leurs mairies à la droite.
Varennes sur Allier, Bourbon l'Archambault, Cosne d'Allier du côté communiste, Gannat ou Bellerive pour les socialistes, sont passées à droite avec des écarts de voix qui ne sont pas anodins allant parfois largement au-delà de 20%. Dans nombre de communes plus modestes les listes élargies au Front de gauche et au-delà conduisent à la perte d'environ la moitié des maires communistes de l'Allier par rapport à l'avant 2008, sans compter que pratiquement aucun ne se prévalait de son courant politique sur des listes aux dénominations aussi diverses que peu engageantes.

Virage à droite ? le message des électeurs et des abstentionnistes semble être clair : tant qu'à faire une politique de droite mieux vaut faire confiance à la droite... et quand on a été invité à voter pour changer les choses en 2012 et qu'on constate que ceux qui devaient piloter le changement poursuivent le sale boulot que leurs prédécesseurs auraient eu du mal à faire sous leur propre bannière (retraite, emploi, droits sociaux, etc), on reste à la maison, on va à la pêche, on ne regarde même plus ces professionnels de l'enfumage gesticuler ou discourir. 

Pour ce qui est de l'effet "front national", il a encore été largement amplifié dans les médias au point d'en écarter le plus souvent la gauche communiste ou Front de Gauche.
Comme avec l'équipe Mitterrand, Delors, Attali, Mauroy à la charnière des années 70 et 80, l'instrumentalisation du Front National pour affaiblir la droite et servir de prétexte au rangement de la gauche de la gauche dans l'ordre péjoratif des "extrêmes", a été largement utilisé ces derniers mois. La réalité est certes inquiétante, mais le FN n'a pas fait une razzia sur les mairies de tant de villes de France. Hénin Beaumont a basculé, mais Saint Gilles est aux mains de l'extrême droite depuis des dizaines d'années. Si les radios et télés passaient autant de temps à commenter l'élections des communistes à Malakoff, Bagneux, Gennevilliers, Nanterre, Bonneuil, Gentilly, Valenton, Pierrelaye, Bezon, Achères Limay et La Verrière, Bris sous Forges, Grigny, Morsang, Saulx les Chartreux et La Courneuve, Fosses, Alonnes, Saint-Pierre des Corps, Ploufragan, La Grand Combes, Coucy le Chateau, Tarnos, Chalette sur Loing, Saran, Mont Saint Martin, Saint Amand les Eaux, Montataire, Avion, Ricamarie, Saint Etienne du Rouvray, Gonfrevfille l'Orcher, Grand-Couronne, Harfleur, le Tréport... Si les médias se focalisaient sur l'opportunité pour les communistes de gagner dimanche prochain à Calais, Dieppe, Saint-Denis, Bagnolet, Ivry, Vitry sur Seine, Fontenay sous Bois, Chevilly la Rue, Vierzon, Champigny sur Marne, Echirolles, Fontaine, Saint Martin d'Hère, Aubagne, Gardanne, à Calais ou Aubervilliers, l'inquiétude grandirait dans les chaumières conservatrices devant la progression du communisme municipal !
Las il n'en est rien ; et si de nombreuses municipalités ont conservé leur maire communiste quand d'autres s'apprêtent à l'élire dimanche prochain, force est de constater dans l'écrin local de notre département -l'un des deux seuls de France dont le Conseil Général est dirigé par un communiste- les bourrasques du scrutin de dimanche dernier vont se faire sentir encore longtemps, avec des répliques à prévoir lors des prochains scrutins.
Il est parfois long et difficile de gagner des positions électives. Mais comme on voit parfois se dilapider le patrimoine amassé par beaucoup de générations châtelaines par une poignée d'enfants gâtés, les positions politiques vite et brutalement perdues sont souvent de reconquêtes bien difficiles.

Le désaveu citoyen est d'autant plus cinglant aujourd'hui qu'il affecte des courants qui prônent un renouveau démocratique sur des perspectives de participation active. Non seulement le phénomène abstentionniste continue de croître, mais celles et ceux qui font l'effort de choisir confient plus volontiers leur sort à la droite, voire même à son extrême.
Le désaveu est clair et net pour le pouvoir en place et les socialistes.
Quoi de plus normal quand après l'épisode de 81 qui n'affecte la mémoire que des plus vieux, et d'autres répliques encore avant celles de 2012 qui avait fait naître dans l'esprit des plus naïfs l'espoir d'un changement dans le sens du progrès social et du mieux vivre après les purges sarkozistes !

"Le changement c'est maintenant !" Ah bon ?

Même dans les rangs socialistes l'inquiétude a grandi ces derniers mois en voyant le gouvernement persévérer avec acharnement sur des orientations politiques de droite (déficit budgétaire et droits sociaux, austérité pour les travailleurs et largesses pour les patrons, alignement atlantiste en petit commis des Etats Unis pour faire le gendarme du monde en Afrique ou ailleurs...).

Le désaveu affecte aussi tous ceux qui de près ou de loin se sont rangés auprès des socialistes pour faire un bout de chemin régressif avec eux. Les tergiversations et les alliances opportunistes à géométrie variables des communistes et du Front de Gauche pour conserver quelques positions électives sont payées cash et au prix fort.

Quand la misère et la désespérance a gagné autant d'espace dans les quartiers déshérités des villes comme dans le fond des campagnes, le temps n'est pas à ré enchanter le territoire des nouvelles ruralités ou d'enclencher une N ième phase de décentralisation pour dessiner les métropoles que l'espace capitaliste réclame.

Il est aussi urgent que nécessaire d'AGIR et de PENSER dans le même élan de la reconstruction de la Gauche. Ce n'est pas parce que les socialistes l'ont quittée en gardant les clés que toutes les forces de gauche doivent rester à la rue. L'espoir ne change pas de camp, comme en d'autres temps de l'histoire le ressort du peuple est disponible pour relancer une dynamique de coopération, de co-construction d'un avenir progressiste par et pour le peuple, une forme de nouvelle émancipation démocratique.

Et s'il existait une force politique naturellement destinée à l'engagement de ce processus, ce sont des communistes qu'elle reviendra... à condition qu'il s'en dégage une formation libérée du carcan utilitariste des élus qui l'ont précipitée à sa perte.

Aucun commentaire: