Les moutons vont à l'abattoir. Ils ne disent rien, et ils n'espèrent rien. Mais du moins, ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que bête, plus moutonnier que les moutons, l'électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des révolutions pour conquérir ce droit.

Octave Mirbeau, La grève des électeurs (1888)

H. Krazucki ancien secrétaire général de la CGT

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasemen
t.


Mikis Théodorakis

"Si les peuples d’Europe ne se lèvent pas, les banques ramèneront le fascisme"

Seul les poissons morts vont dans le sens du courants ...

Jean Jacques Rousseau :

« Le premier qui, ayant enclos du terrain, s’avisa de dire : « Ceci est à moi » et trouva des gens assez simples pour le croire fut le vrai fondateur de la société civile… Gardez-vous d’écouter cet imposteur, vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et que la terre n’est à personne…Quand les héritages se furent accrus en nombre et en étendue au point de couvrir le sol entier et de se toucher tous, les uns ne purent plus s’agrandir qu’aux dépens des autres… De là commencèrent à naître la domination et la servitude »

Jean Jaurès

«Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots»

Maximilien Robespierre, 1789

" Nul n'a le droit d'entasser des monceaux de blé
à côté de son voisin qui meurt de faim".



RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE

RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE
Les générations futures ne nous pardonneront pas d'avoir laisser faire

Un blog pour une idée

Une idée maitresse me guide pour construire ce blog : mettre l'Homme au centre de toutes les préoccupations, reconquérir la dignité perdue, travailler pour un monde Humain, au delà de toutes considérations tendancieuses, pour moi seul compte ,l'humanisme , le combat contre l'exploitation de l'homme par l'homme pour le profit ,une priorité absolue ; pour moi et tous ceux qui luttent, l'être humain et son environnement sont le socle de toutes revendications,
L' Homme doit être le but et l'argent l'accessoire d'échange et rien d'autre
"la terre nous l'empruntons à nos enfants ,nous ne l'héritons pas de nos parents"
Afin d'éviter des attaques au dessous de la ceinture par des gens dont le seul but est d'exister en supprimant les autres, je me vois obliger de mettre en place une modération des commentaires: bien sur il ne s'agit pas de supprimer le débat démocratique , mais il est ors de question de salir les gens pour le plaisir de faire du mal , simplement parce que l'on critique l'action du pouvoir de l'argent , ceux qui respecteront l'être humains continueront comme par le passé à s'exprimer .
Et oui l’extrême droite a pris des ailes et ce blog n'est pas à son service , soyez tous sur vos gardes et prenez garde à vous

Geronimo sur son lit de mort ; d'une terrible actualité

Quand le dernier arbre aura été abattu,
Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,
Quand le dernier poisson aura été péché,
Alors, on saura que l’argent ne se mange pas.


Hugo Chavez.

"Si le climat était une banque, les pays riches l’auraient déjà sauvé"

Préambule du texte de la Constitution de l'OIT, Organisation internationale du Travail,1919

"une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale"

jeudi 28 novembre 2013

Que les choses soient claires : si l’on croit impressionner les militants communistes, on se trompe lourdement. Nous ne sommes pas au Chili du Coup d’État, où les fascistes purent sectionner les doigts du chanteur Victor Jara pour l’empêcher de s’exprimer. Quitte à paraître excessif, je dis bien haut que nous sommes les descendants des bonnets rouges, les vrais, ceux qui prirent d’assaut la Bastille, ceux qui repoussèrent les armées coalisées des rois et princes de l’Europe liguée contre la Révolution française, les descendants aussi des Communards qui refusèrent la capitulation de 1870 et dont plus de 30 000 trouvèrent la mort dans les rues du Paris populaire lors de la Semaine sanglante /Roger Martin

Des insultes inqualifiables par la haine qu’elles expriment, des menaces terribles, précises, réitérées, ont été proférées contre des militants du Vaucluse qui osent coller des affiches politiques sur des panneaux "d’expression libre" que des fascistes entendent réserver à des publicités pour des boites de nuit et pour le FN.

À ajouter au dossier présenté par LGS le 10 novembre 2013 :
Lettre ouverte aux dangereux imbéciles qui voteront FN « parce qu’on n’a pas tout essayé ».


Que personne ne puisse plus dire impunément :« On ne savait pas ».
Le Grand Soir
Nous venons de vivre des semaines exaltantes ! D’abord un manifeste, « Touche pas à ma pute ! » signée de 343 « salauds » dont, hélas !, Jérôme Leroy, membre du PCF et en même temps collaborateur (Kollaborateur ?) à Valeurs actuelles et à Causeur, le site d’Élisabeth Lévy financé par l’ancien directeur de Minute, Gérald Penciliolelli. 343 salauds magnifiquement étrillés par Marcel Trillat dans la rubrique Cactus de l’Humanité, parmi lesquels un autre écrivain, François Taillandier, titulaire, toujours dans l’Huma ( !) d’une rubrique hebdomadaire (où il se fit le défenseur de l’écrivain Renaud Camus, nouvel apôtre de Marine Le Pen). Puis, ce furent les attaques odieuses contre Christiane Taubira, la multiplication des insultes racistes et sexistes sur Internet, sous couvert d’anonymat dans 99% des cas, la beauferie ordinaire anti femmes, anti Roms, anti immigrés, autant de nouvelles preuves que la parole fascisante s’est totalement libérée !
Pour un peu, on en aurait oublié les attaques ignobles dont furent victimes nos camarades de la cellule d’Entraigues, dont les affiches furent recouvertes de menaces (« Chiennes communistes, allez vous faire sodomiser par les Bougnoules », entre autres) ou nos candidats aux élections (je fus moi-même traité sur mes affiches de campagne, aux cantonales d’abord puis aux législatives, de « bâtard anti-français » dont « on » allait , déjà, « briser les doigts à coups de marteau », obsession que l’on retrouve sur TOUTES ces affiches).

Malgré une main courante déposée puis deux plaintes (17 avril 2012, classée le 11 mai de la même année, 22 mai, restée sans réponse) et la preuve apportée que l’auteur de ces inscriptions tombant sous les lois de la République collait pour la presque totalité des boîtes de nuit de la région en même temps que pour le FN, rien n’était sorti de nos protestations.

Voilà cependant qu’au matin du jeudi 7 novembre, une nouvelle affichette a été apposée à Velleron (Vaucluse), visant dans les mêmes termes les militants communistes qui osent coller des affiches alors que les « panneaux d’expression libre » devraient être réservés à la publicité lucrative des boîtes de nuits de la région et au seul FN.

Son contenu, comme à l’habitude truffé de fautes d’orthographe, est édifiant :
« on sait que tu habite dans le coin tu arraches les affiches ont finiras par te choper sale bâtard on va te briser les bras a coup de marteau »



Oui, mais…
… au mois de juin, deux coups de fil menaçants avaient été passés au siège de la Fédération communiste à Avignon, dont un a permis d’identifier le numéro de portable appelant
… courant septembre, l’infatigable polygraphe, un certain M.B., a été vu en pleine action et les numéros de sa voiture relevés
…ce jeudi, les gendarmes sont venus photographier l’affichette menaçante et l’après-midi même une plainte en bonne et due forme était enregistrée à la gendarmerie de Pernes (Vaucluse).


Nous attendons les suites qui lui seront données, mais d’ores et déjà, nous ne pouvons que constater que la haine et les menaces trouvent à s’exprimer chaque jour davantage et, trop souvent, dans l’impunité.

Que les choses soient claires : si l’on croit impressionner les militants communistes, on se trompe lourdement. Nous ne sommes pas au Chili du Coup d’État, où les fascistes purent sectionner les doigts du chanteur Victor Jara pour l’empêcher de s’exprimer. Quitte à paraître excessif, je dis bien haut que nous sommes les descendants des bonnets rouges, les vrais, ceux qui prirent d’assaut la Bastille, ceux qui repoussèrent les armées coalisées des rois et princes de l’Europe liguée contre la Révolution française, les descendants aussi des Communards qui refusèrent la capitulation de 1870 et dont plus de 30 000 trouvèrent la mort dans les rues du Paris populaire lors de la Semaine sanglante de mai 1871, les filles et les fils d’Antoine Diouf et d’Albin Durand que les Kollabos découpèrent à la scie à Sarrians (Vaucluse) sans réussir à les faire parler et les héritiers de nos milliers de camarades résistants, Espagnols antifranquistes, Italiens antifascistes, Hongrois, Tchèques, Polonais, dont beaucoup étaient juifs, Arméniens, Algériens, Marocains, Allemands déserteurs ayant rejoint les maquis, Français, décapités à la hache, guillotinés, fusillés, torturés à mort par les partis de la Kollaboration, la gestapo et le Régime de Vichy. La cellule communiste du canton de Pernes porte d’ailleurs le nom de Danielle Casanova, résistante morte à Auschwitz le 9 mai 1943.
Roger Martin

Aucun commentaire: