Les moutons vont à l'abattoir. Ils ne disent rien, et ils n'espèrent rien. Mais du moins, ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que bête, plus moutonnier que les moutons, l'électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des révolutions pour conquérir ce droit.

Octave Mirbeau, La grève des électeurs (1888)

H. Krazucki ancien secrétaire général de la CGT

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasemen
t.


Mikis Théodorakis

"Si les peuples d’Europe ne se lèvent pas, les banques ramèneront le fascisme"

Seul les poissons morts vont dans le sens du courants ...

Jean Jacques Rousseau :

« Le premier qui, ayant enclos du terrain, s’avisa de dire : « Ceci est à moi » et trouva des gens assez simples pour le croire fut le vrai fondateur de la société civile… Gardez-vous d’écouter cet imposteur, vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et que la terre n’est à personne…Quand les héritages se furent accrus en nombre et en étendue au point de couvrir le sol entier et de se toucher tous, les uns ne purent plus s’agrandir qu’aux dépens des autres… De là commencèrent à naître la domination et la servitude »

Jean Jaurès

«Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots»

Maximilien Robespierre, 1789

" Nul n'a le droit d'entasser des monceaux de blé
à côté de son voisin qui meurt de faim".



RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE

RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE
Les générations futures ne nous pardonneront pas d'avoir laisser faire

Un blog pour une idée

Une idée maitresse me guide pour construire ce blog : mettre l'Homme au centre de toutes les préoccupations, reconquérir la dignité perdue, travailler pour un monde Humain, au delà de toutes considérations tendancieuses, pour moi seul compte ,l'humanisme , le combat contre l'exploitation de l'homme par l'homme pour le profit ,une priorité absolue ; pour moi et tous ceux qui luttent, l'être humain et son environnement sont le socle de toutes revendications,
L' Homme doit être le but et l'argent l'accessoire d'échange et rien d'autre
"la terre nous l'empruntons à nos enfants ,nous ne l'héritons pas de nos parents"
Afin d'éviter des attaques au dessous de la ceinture par des gens dont le seul but est d'exister en supprimant les autres, je me vois obliger de mettre en place une modération des commentaires: bien sur il ne s'agit pas de supprimer le débat démocratique , mais il est ors de question de salir les gens pour le plaisir de faire du mal , simplement parce que l'on critique l'action du pouvoir de l'argent , ceux qui respecteront l'être humains continueront comme par le passé à s'exprimer .
Et oui l’extrême droite a pris des ailes et ce blog n'est pas à son service , soyez tous sur vos gardes et prenez garde à vous

Geronimo sur son lit de mort ; d'une terrible actualité

Quand le dernier arbre aura été abattu,
Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,
Quand le dernier poisson aura été péché,
Alors, on saura que l’argent ne se mange pas.


Hugo Chavez.

"Si le climat était une banque, les pays riches l’auraient déjà sauvé"

Préambule du texte de la Constitution de l'OIT, Organisation internationale du Travail,1919

"une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale"

mardi 3 mars 2015

L’Ukraine est maintenant complètement vendue aux Etats-Unis, la grande nation de l’Oncle Sam a fait main basse sur ce pays avec la complicité des pays de l’UE.

L’Ukraine est maintenant complètement vendue aux Etats-Unis, la grande nation de l’Oncle Sam a fait main basse sur ce pays avec la complicité des pays de l’UE. Après le stock d’or ukrainien qui a disparu, après la mise en place de ministres « non ukrainiens » dont un américain, après la mise en place du fils de Joe Biden à la tête de la plus grande compagnie de gaz privée du pays, voilà que la finance s’empare de l’agriculture ukrainienne. Les États-Unis en Ukraine, cela permet de s’emparer des ressources, d’attaquer directement à la Russie, de mettre en place des bases de l’OTAN, et en plus, cela ne coute vraiment pas cher, tout est payé par la planche à billet!
ukraine_farm-9db72Cet article a été traduit de l’anglais au français par Isa tan et Isabelle Breton, traductrices bénévoles pour Ritimo. Retrouvez l’article original sur le site d’Inter Press Service ici : The Corporate Takeover of Ukrainian Agriculture
A la mi-décembre 2014, au moment même où les États-Unis, le Canada et l’Union européenne annonçaient une série de nouvelles sanctions contre la Russie, l’Ukraine recevait 350 millions de dollars U.S. d’aide militaire, s’ajoutant au milliard de dollars déjà approuvé par le Congrès américain en mars de la même année.
Le fait que les gouvernements occidentaux s’impliquent davantage dans le conflit ukrainien prouve qu’ils ont confiance dans le cabinet ministériel nommé par le nouveau gouvernement en décembre 2014. Ce nouveau gouvernement est unique : trois des ministères les plus importants sont attribués à des personnes nées à l’étranger, à qui la citoyenneté ukrainienne a été accordée quelques heures seulement avant leur nomination.
Le Ministère des Finances est attribué à Natalie Jaresko, femme d’affaire née et éduquée aux États-Unis et qui travaille depuis le milieu des années 90 en Ukraine, où elle supervisait un fonds de placements privés créé par le gouvernent américain pour investir dans le pays. Madame Jaresko est aussi la PDG de Horizon Capital, société de placements qui gère un certain nombre d’investissements occidentaux en Ukraine.
Aussi surprenante qu’elle puisse paraître, cette nomination s’apparente plutôt à une mainmise occidentale sur l’économie ukrainienne. L’Institut d’Oakland détaille cette prise de contrôle, en particulier dans le secteur agricole dans deux rapports : The Corporate Takeover of Ukrainian Agriculture et Walking on the West Side : The World Bank and the IMF in the Ukraine Conflict.
Un des facteurs majeurs de la crise qui a conduit aux manifestations meurtrières et finalement à la destitution du Président Viktor Yanukovich en février 2014, est le refus de ce dernier de signer un Accord d’association avec l’Union européenne (UE), qui visait à développer le commerce et à intégrer l’UE – en sus de cet accord le Fonds monétaire international (FMI) accordait à l’Ukraine un prêt de 17 milliards de dollars.
Après le départ du président et l’installation du nouveau gouvernement pro-occidental, le FMI a lancé un programme de réformes, conditionnant ce prêt, afin d’augmenter l’investissement privé en Ukraine.
L’ensemble des mesures comprend une réforme des services publics de gestion de l’eau et de l’énergie et, plus important encore, il tente de remédier au coût élevé des investissements et des activités commerciales, ce que la Banque mondiale identifie comme » la racine structurelle » de la crise économique actuelle en Ukraine.
Le secteur agricole ukrainien a été la première cible des investissements étrangers privés, et il est évidemment considéré par le FMI et la Banque mondiale comme le secteur prioritaire de la réforme. Ces deux institutions louent l’empressement du nouveau gouvernement à suivre leurs conseils.
Par exemple, la feuille de route fournie à l’Ukraine pour la réforme – largement inspirée des expériences étrangères – facilite l’acquisition de terres agricoles, allège la réglementation et les contrôles des usines agro-alimentaires, et réduit les impôts des entreprises ainsi que les droits de douane.
L’enjeu autour du vaste secteur agricole ukrainien est immense : troisième exportateur de maïs et cinquième exportateur de blé au monde, l’Ukraine est connue pour ses immenses étendues de riches terres noires, et se targue de posséder plus de 32 millions d’hectares de terres arables et fertiles – soit l’équivalent d’un tiers des terres arables de l’Union européenne.
Les stratégies en vue de contrôler le système agricole du pays sont un élément essentiel dans la bataille qui a opposé l’Est et l’Ouest l’an dernier, dans ce qui a été leur plus grand affrontement depuis la Guerre Froide.
La présence de sociétés étrangères dans l’agriculture ukrainienne croît rapidement, avec plus de 1,6 millions d’hectares d’exploitations agricoles passés récemment aux mains de sociétés étrangères. Cela faisait un certain temps que Monsanto, Cargill et DuPont étaient présents en Ukraine, mais leurs investissements ont considérablement augmenté ces dernières années.
Cargill vend normalement des pesticides, des semences et des fertilisants, mais a étendu récemment ses investissements agricoles pour inclure le stockage de céréales, l’alimentation animale et a aussi acquis des parts dans la plus grande société agricole du pays, UkrLandFarming.
De même, s’il y avait des années que Monsanto était présent en Ukraine, la société a doublé ses effectifs depuis trois ans. En mars 2014, quelques semaines seulement après la destitution du Président Yanukovich, la société a investi 140 millions de dollars dans la construction d’une nouvelle usine de semences dans le pays.
Article en intégralité sur Ritimo.org via Sott.net

Aucun commentaire: