Les moutons vont à l'abattoir. Ils ne disent rien, et ils n'espèrent rien. Mais du moins, ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que bête, plus moutonnier que les moutons, l'électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des révolutions pour conquérir ce droit.

Octave Mirbeau, La grève des électeurs (1888)

H. Krazucki ancien secrétaire général de la CGT

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasemen
t.


Mikis Théodorakis

"Si les peuples d’Europe ne se lèvent pas, les banques ramèneront le fascisme"

Seul les poissons morts vont dans le sens du courants ...

Jean Jacques Rousseau :

« Le premier qui, ayant enclos du terrain, s’avisa de dire : « Ceci est à moi » et trouva des gens assez simples pour le croire fut le vrai fondateur de la société civile… Gardez-vous d’écouter cet imposteur, vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et que la terre n’est à personne…Quand les héritages se furent accrus en nombre et en étendue au point de couvrir le sol entier et de se toucher tous, les uns ne purent plus s’agrandir qu’aux dépens des autres… De là commencèrent à naître la domination et la servitude »

Jean Jaurès

«Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots»

Maximilien Robespierre, 1789

" Nul n'a le droit d'entasser des monceaux de blé
à côté de son voisin qui meurt de faim".



RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE

RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE
Les générations futures ne nous pardonneront pas d'avoir laisser faire

Un blog pour une idée

Une idée maitresse me guide pour construire ce blog : mettre l'Homme au centre de toutes les préoccupations, reconquérir la dignité perdue, travailler pour un monde Humain, au delà de toutes considérations tendancieuses, pour moi seul compte ,l'humanisme , le combat contre l'exploitation de l'homme par l'homme pour le profit ,une priorité absolue ; pour moi et tous ceux qui luttent, l'être humain et son environnement sont le socle de toutes revendications,
L' Homme doit être le but et l'argent l'accessoire d'échange et rien d'autre
"la terre nous l'empruntons à nos enfants ,nous ne l'héritons pas de nos parents"
Afin d'éviter des attaques au dessous de la ceinture par des gens dont le seul but est d'exister en supprimant les autres, je me vois obliger de mettre en place une modération des commentaires: bien sur il ne s'agit pas de supprimer le débat démocratique , mais il est ors de question de salir les gens pour le plaisir de faire du mal , simplement parce que l'on critique l'action du pouvoir de l'argent , ceux qui respecteront l'être humains continueront comme par le passé à s'exprimer .
Et oui l’extrême droite a pris des ailes et ce blog n'est pas à son service , soyez tous sur vos gardes et prenez garde à vous

Geronimo sur son lit de mort ; d'une terrible actualité

Quand le dernier arbre aura été abattu,
Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,
Quand le dernier poisson aura été péché,
Alors, on saura que l’argent ne se mange pas.


Hugo Chavez.

"Si le climat était une banque, les pays riches l’auraient déjà sauvé"

Préambule du texte de la Constitution de l'OIT, Organisation internationale du Travail,1919

"une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale"

mercredi 13 janvier 2016

Un texte de Jeanne que je fais miens"la réflexion de Jeanne sur l’analyse de Melenchon" "Nous on est « communistes »."

Afficher l'image d'origine
je me suis fait un petit plaisir avec l’affiche… mais ce n’est pas aussi étranger qu’il n’y parait parce que :non l’enjeu n’est pas de GAGNER en 2017… ca c’est Podemos et les petites manoeuvres des déçus de Tsipras qui remettent ça, l’enjeu est l’existence d’un parti à la hauteur des coups portés et des dangers qui nous menacent…la seule question qui vaille d’être posée dans l’état réel des perils et des rapports de force…(note de danielle Bleitrach)
D’accord à 100% avec l’analyse et l’ironie corrosive de Mélenchon.
A condition de se placer dans une perspective de »gauche », plus ou moins (plutôt plus d’ailleurs) à la Mitterrand .
Nous on est « communistes ».
Si la volée de bois vert que reçoit la direction, son porte parole, son Secrétaire national est bien vue, la question des alliances reste entière …
Car oui, nous avons un projet politique à proposer, mais celui-ci ne peut plus être l »humain d’abord » ses ambiguïtés humanistes.
Entendons nous, je ne dénigre pas l’humanisme, mais le côté neu-neu et finalement très social-démocrate du programme de 2012.
C’est un programme communiste c’est à dire de rupture avec le capitalisme, c’est un programme centré sur la lutte de classes que nous devons reconstruire.
Mitterrand a joué sur la question de l »unité » en faisant comme si le ralliement à son programme (qui n’était plus commun) , en fait le ralliement à la social-démocratie européenne sous l’hégémonie du PS était l’unité retrouvée de la classe ouvrière,scindée depuis le congres de Tours.
On nous a fait avaliser que Mitterrand, Rocard, Mélenchon, Jospin portaient de façon démocratique, douce, non totalitaire les intérêts de la classe ouvrière.
Hollande et sa lutte contre la finance s’inscrivent dans la suite de ses entourloupes.
Du coup subrepticement il y a eu liquidation, puis consciemment « la mutation » et derechef liquidation sans perspective.
Discuter sans cesse et sans fin de « primaires » avalisant le bipartisme, c’est comme se focaliser sur les questions institutionnelles (eg. la 6ème république) ou la guerre uniquement électoraliste de barrage électoral au FN.
C’est oublier la tâche de l’urgence, tout à fait nécessaire, mais qui n’est pas gagnée : rebâtir l’idée qu’il faut changer, que seule une perspective de renversement, de Révolution est possible et nécessaire. (nécessaire: ce qui ne peut pas ne pas être ou ce qui ne peut être autrement qu’il n’est disait Aristote).
C’est seulement à partir de là qu’il peut y avoir une véritable lutte anti-fasciste, contre les idées mais aussi les actes des factieux et des nervis ,TOUJOURS au service du capitalisme (malgré les dénégations « militantes » du MEDEF)
L’analyse de ce qui s’est passé en Grèce, l’oubli total, le dénigrement des positions du KKE (qui a toujours été lucide, lui) tant par Mélenchon que par les intellectuels pourtant critiques montrent que les choses se présentent mal.
Il n’y a aucune réaction de masse, aucune perspective, aucune structuration par une quelconque organisation à la fois d’une conscience de classe (qui n’est pas totalement spontanée car l’idéologie dominante est celle de la classe dominante, y compris dans la classe ouvrière) ni organisation d’actions de masse ET de classe.
Bien gentil, Mélenchon sa personne et son verbe. Plus ambigus ses ronds de jambes depuis les élections de 2012 envers les Verts, José Bové, ses coups de gueules contre Chassaigne, Dartigolle, ses rabibochages avec ceux qui lui font risette un moment comme Duflot et ses re-ruptures .
La tâche du moment elle est COMMUNISTE, je ne sais pas trop comment il va falloir la mener je sens qu’elle affleure à nos esprits ,les textes que tu as mis hier en ligne : Badiou, Pam etc…
sont des accroches et des points à la fois théoriques et pratiques (organisationnels) qu’il va falloir travailler.
Je suis dubitative sur le billet de Mélenchon, qui va s’attirer sur son site des éloges dithyrambiques du type « Comme vous avez raison » « méchants communistes » luttant pour les place (pas faux, mais totalement en dehaors des nécessités de l’heure) et qui va renforcer le « sauveur suprême » au détriment de la nécessaire réflexion collective de masse et de classe qu’il va falloir mener et des actions qu’il faut FAIRE.

Aucun commentaire: