Les moutons vont à l'abattoir. Ils ne disent rien, et ils n'espèrent rien. Mais du moins, ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que bête, plus moutonnier que les moutons, l'électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des révolutions pour conquérir ce droit.

Octave Mirbeau, La grève des électeurs (1888)

H. Krazucki ancien secrétaire général de la CGT

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasemen
t.


Mikis Théodorakis

"Si les peuples d’Europe ne se lèvent pas, les banques ramèneront le fascisme"

Seul les poissons morts vont dans le sens du courants ...

Jean Jacques Rousseau :

« Le premier qui, ayant enclos du terrain, s’avisa de dire : « Ceci est à moi » et trouva des gens assez simples pour le croire fut le vrai fondateur de la société civile… Gardez-vous d’écouter cet imposteur, vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et que la terre n’est à personne…Quand les héritages se furent accrus en nombre et en étendue au point de couvrir le sol entier et de se toucher tous, les uns ne purent plus s’agrandir qu’aux dépens des autres… De là commencèrent à naître la domination et la servitude »

Jean Jaurès

«Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots»

Maximilien Robespierre, 1789

" Nul n'a le droit d'entasser des monceaux de blé
à côté de son voisin qui meurt de faim".



RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE

RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE
Les générations futures ne nous pardonneront pas d'avoir laisser faire

Un blog pour une idée

Une idée maitresse me guide pour construire ce blog : mettre l'Homme au centre de toutes les préoccupations, reconquérir la dignité perdue, travailler pour un monde Humain, au delà de toutes considérations tendancieuses, pour moi seul compte ,l'humanisme , le combat contre l'exploitation de l'homme par l'homme pour le profit ,une priorité absolue ; pour moi et tous ceux qui luttent, l'être humain et son environnement sont le socle de toutes revendications,
L' Homme doit être le but et l'argent l'accessoire d'échange et rien d'autre
"la terre nous l'empruntons à nos enfants ,nous ne l'héritons pas de nos parents"
Afin d'éviter des attaques au dessous de la ceinture par des gens dont le seul but est d'exister en supprimant les autres, je me vois obliger de mettre en place une modération des commentaires: bien sur il ne s'agit pas de supprimer le débat démocratique , mais il est ors de question de salir les gens pour le plaisir de faire du mal , simplement parce que l'on critique l'action du pouvoir de l'argent , ceux qui respecteront l'être humains continueront comme par le passé à s'exprimer .
Et oui l’extrême droite a pris des ailes et ce blog n'est pas à son service , soyez tous sur vos gardes et prenez garde à vous

Geronimo sur son lit de mort ; d'une terrible actualité

Quand le dernier arbre aura été abattu,
Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,
Quand le dernier poisson aura été péché,
Alors, on saura que l’argent ne se mange pas.


Hugo Chavez.

"Si le climat était une banque, les pays riches l’auraient déjà sauvé"

Préambule du texte de la Constitution de l'OIT, Organisation internationale du Travail,1919

"une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale"

dimanche 5 janvier 2014

LA France à genoux , la France ruinée , la France combattante mettait sur pied la Sécurité Sociale , un régime de garantie que le monde entier allait nous envier .. et aujourd'hui remis en cause au nom du fric


 Repris  grace à Serge Cercelletti
RAPPELEZ-VOUS ..... AVANT LA FRANCE ÉTAIT A VISAGE HUMAIN :
De Michel ETIEVENT :
HISTOIRE DE SE RAPPELER LES ORIGINES DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET DE L'URGENCE DE LA DÉFENDRE :
« On a tendance à l'oublier aujourd'hui, mais avant la Libération, nous vivions dans une véritable hantise de la maladie et, surtout, de l'opération. La majorité des gens n'avaient aucune assurance sociale. Et si l'hôpital survenait, c'était la catastrophe. Comment trouver l'argent pour payer l'intervention ?. 
Mon frère avait dû se faire opérer d'une péritonite. Il a fallu vendre deux vaches, la moitié de notre cheptel. Nous avons dû vivre en tirant la ficelle pendant des années. » Ce témoignage en dit long sur l'état de la protection sociale avant-guerre. Pas de travail, pas de salaire. Autrement dit la misère ou au mieux les quêtes de charité ou les collectes de solidarité. « Il existait bien un système d'assurances sociales, mais il couvrait à peine un quart de la population française et ressemblait plus à une aumône pour nécessiteux. La moindre épidémie de grippe suffisait pour épuiser la caisse d'une mutuelle. Les gens ne se soignaient pas ou comptaient sur la chance de ne pas être affectés par une quelconque maladie », soulignait Roger Petit, premier président de la caisse de Sécurité sociale de Savoie en 1946...Cette terreur va s'effacer dans les couleurs de la Libération. Il souffle alors sur la France un vent d'invention sociale. Fortement impulsés par les ministres communistes, leur Parti qui pèse 29 % des voix, une CGT à 5 millions d'adhérents, un peuple de France qui sort de l'épreuve grandi par sa résistance et le prix qu'il a payé pour la Libération, les premiers gouvernements de la France libérée engagent un vaste plan de réformes sociales qui vont donner au pays le goût de la dignité. C'est ainsi que naît la Sécurité sociale. « Le système le plus humain, basé sur une véritable solidarité nationale et garantissant enfin à tous une véritable protection sociale », disait Ambroise Croizat, ministre du Travail et futur bâtisseur de cette fabuleuse exception française.Les racines de ce beau projet sont à rechercher dans le programme du Conseil national de la Résistance de 1944. Véritable charte des droits nouveaux née dans la nuit des maquis, elle s'affirme comme la volonté de rompre définitivement avec l'ancien monde et d'ouvrir le pays à l'innovation sociale. L'article 14 énonce ainsi de manière lumineuse les contours du nouveau système de protection sociale : « Nous, combattants de l'ombre, exigeons un plan complet de sécurité sociale visant à assurer à tous des moyens d'existence au cas où ils seraient incapables de se les procurer par le travail, avec gestion par les intéressés et l'État. » L'audace d'un peuple avide de justice, la France de 1789 revisitée par ceux qui ont lutté, espéré. Sur les pas du CNR, Ambroise Croizat, alors président de la commission du Travail de l'Assemblée consultative qui entoure le gouvernement d'Alger, prend la maîtrise d'oeuvre d'une équipe de résistants, médecins, syndicalistes (à laquelle se joindra François Billoux, ministre de la Santé en septembre 1944) qui trace les contours de la future institution. Cette réflexion collective, mûrie dans les combats de la clandestinité, constituera les fondements de l'ordonnance du 4 octobre qui instaure ce nouveau droit à la santé pour tous.La charpente posée, il faut maintenant construire. Le chantier est énorme. Nommé ministre du Travail en novembre 1945, Ambroise Croizat et son équipe prennent la tête de ce vaste mouvement populaire qui va aboutir à la création de 138 caisses de Sécurité sociale. « Une seule chose doit nous guider, répétait Ambroise Croizat: mettre définitivement l'homme à l'abri du besoin. En finir avec les angoisses du lendemain, avec la souffrance, le rejet et l'exclusion. » « Tout cela s'est fait dans un enthousiasme indescriptible », poursuit un témoin de l'époque. « On construisait la Sécu. comme un outil collectif qui allait nous appartenir ; les caisses elles-mêmes étaient bâties lors de nos congés ou hors du temps de travail. C'étaient parfois de simples baraques en planches, et c'est là que s'inventait tous les jours ce que le monde entier allait nous envier. » Unicité, universalité, solidarité, sont les maîtres mots du nouveau système. Il faut y ajouter surtout « démocratie » car, comme le clamait Croizat : « Seule la gestion par les travailleurs de leur système social garantira le droit à la santé pour tous. »Et il en faudra des batailles, des menaces de grève, des prises de paroles pour l'imposer. À l'Assemblée, la droite multiplie les chausse-trappes et les contre-projets. Sur le terrain, patrons et syndicats minoritaires rechignent et s'opposent, les assurances privées à qui le nouveau système enlève la gestion des accidents de travail pour le confier aux intéressés, redoublent de pressions. Mais fort d'un rapport de force puissant, épaulée par le peuple de France, l'invention fécondera avant que d'autres menaces attentent au système. Des ordonnances de 1967 au plan Juppé à l'ANI, et aux multiples atteintes au droit à la santé, la Sécurité sociale va affronter toutes les tempêtes et la volonté de retour au « désert social » d'avant-guerre. « Jamais nous ne tolérerons qu'un seul des avantages de la Sécurité sociale ne soit rogné. Nous défendrons à en mourir et avec la dernière énergie cette loi humaine et de progrès. » Les mots d'Ambroise Croizat prononcés peu de temps avant sa mort nous incitent plus que jamais à prendre d'urgence le relais de la lutte pour faire de la Sécurité sociale non plus une coquille vide livrée au privé mais comme le répétait celui que l'on baptisa le « ministre des travailleurs », « un vrai lieu de solidarité, un rempart contre la souffrance et l'exclusion".
Ma réaction :
Comme dirait l'autre .... oui mais cela c'était avant ..... 
- Quant les français(es) avaient une conscience et ne pensaient pas individualisme .....
- Quant les femmes et hommes politiques avaient un cœur ....
- Quant les syndicats étaient forts et les syndiqués(es) des millions .....
- Quant ...... l'humain représentait quelque chose ....
Mais il n'est pas trop tard pour que cela ne disparaisse pas ......
ON NE DOIT RIEN LÂCHER ...... L'HUMAIN D'ABORD ......
A bon entendeur salauds !!! — avec        Yves Joelle Gené.

Aucun commentaire: