Les moutons vont à l'abattoir. Ils ne disent rien, et ils n'espèrent rien. Mais du moins, ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que bête, plus moutonnier que les moutons, l'électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des révolutions pour conquérir ce droit.

Octave Mirbeau, La grève des électeurs (1888)

H. Krazucki ancien secrétaire général de la CGT

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasemen
t.


Mikis Théodorakis

"Si les peuples d’Europe ne se lèvent pas, les banques ramèneront le fascisme"

Seul les poissons morts vont dans le sens du courants ...

Jean Jacques Rousseau :

« Le premier qui, ayant enclos du terrain, s’avisa de dire : « Ceci est à moi » et trouva des gens assez simples pour le croire fut le vrai fondateur de la société civile… Gardez-vous d’écouter cet imposteur, vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et que la terre n’est à personne…Quand les héritages se furent accrus en nombre et en étendue au point de couvrir le sol entier et de se toucher tous, les uns ne purent plus s’agrandir qu’aux dépens des autres… De là commencèrent à naître la domination et la servitude »

Jean Jaurès

«Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots»

Maximilien Robespierre, 1789

" Nul n'a le droit d'entasser des monceaux de blé
à côté de son voisin qui meurt de faim".



RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE

RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE
Les générations futures ne nous pardonneront pas d'avoir laisser faire

Un blog pour une idée

Une idée maitresse me guide pour construire ce blog : mettre l'Homme au centre de toutes les préoccupations, reconquérir la dignité perdue, travailler pour un monde Humain, au delà de toutes considérations tendancieuses, pour moi seul compte ,l'humanisme , le combat contre l'exploitation de l'homme par l'homme pour le profit ,une priorité absolue ; pour moi et tous ceux qui luttent, l'être humain et son environnement sont le socle de toutes revendications,
L' Homme doit être le but et l'argent l'accessoire d'échange et rien d'autre
"la terre nous l'empruntons à nos enfants ,nous ne l'héritons pas de nos parents"
Afin d'éviter des attaques au dessous de la ceinture par des gens dont le seul but est d'exister en supprimant les autres, je me vois obliger de mettre en place une modération des commentaires: bien sur il ne s'agit pas de supprimer le débat démocratique , mais il est ors de question de salir les gens pour le plaisir de faire du mal , simplement parce que l'on critique l'action du pouvoir de l'argent , ceux qui respecteront l'être humains continueront comme par le passé à s'exprimer .
Et oui l’extrême droite a pris des ailes et ce blog n'est pas à son service , soyez tous sur vos gardes et prenez garde à vous

Geronimo sur son lit de mort ; d'une terrible actualité

Quand le dernier arbre aura été abattu,
Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,
Quand le dernier poisson aura été péché,
Alors, on saura que l’argent ne se mange pas.


Hugo Chavez.

"Si le climat était une banque, les pays riches l’auraient déjà sauvé"

Préambule du texte de la Constitution de l'OIT, Organisation internationale du Travail,1919

"une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale"

mercredi 15 janvier 2014

Un article haineux sur le site de Mainard le facho ancien "patron" de Reporter sans Frontière nous fait tous frémir il est urgent de réagir , le temps des chambres à gaz pour les "arabes" n'est peut être pas si loin ...le laisser faire du pouvoir est révoltant et dangereux le petit Sarko Valls devrait réagir quand même ! a moins que .....

Capture d'écran du site Boulevard Voltaire, article "Que faire des musulmans une fois le Coran interdit ?"
Capture d'écran du site Boulevard Voltaire, article "Que faire des musulmans une fois le Coran interdit ?"


Lettre ouverte à Christiane Taubira

Madame la Ministre,

Depuis quelques années, déjà, nous nous habituons.

Nous nous étions habitués à entendre des journalistes respectables, ou tenus pour tels, avouer sans gêne être "un peu islamophobe".

Nous nous sommes accoutumés à voir fleurir périodiquement, comme des marronniers, les couvertures sensationnalistes et racoleuses d’hebdomadaires et de magazines consacrées à l’islam sur le ton du "ce-qu’on-n'ose-pas-dire", qui entretiennent avec beaucoup de démagogie et de confusion la peur du foulard, du hallal, des prières des rues, du terrorisme international, de réalités sociales de pays fort éloignés, et qui n’ont en réalité d’autre but que d’entretenir une haine aussi préconçue qu’irrationnelle à l’encontre de certains de nos concitoyens.

Ces dérives sont devenues tellement courantes qu'elles finissent par nous apparaître, même quand elles nous heurtent, comme le cadre "acquis", et donc inévitable, dans lequel le débat serait dorénavant appelé à se poursuivre.

Mais où est la limite ? L’islamophobie, comme le relevait récemment Azouz Begag, "avance comme un bulldozer silencieux". Preuve en est le sondage publié il y a quelques semaines par "Le Monde", selon lequel 74% des Français considèrent que l’islam est incompatible avec les valeurs de la République. Une religion pourtant pratiquée et vécue de manière paisible, en France, par l’immense majorité de ses fidèles. Il faudrait être aveugle pour ne pas voir l’origine fantasmatique d’un tel ressenti, entretenu précisément par ces dérives médiatiques que je viens d’évoquer.

La limite a été franchie ces dernières semaines.

Robert Ménard et Christine Tasin, ignoble coup double

Le prologue s’est joué le 17 février, sur la chaîne de la TNT Numéro 23, lors d’un débat intitulé "L'islam est-il soluble dans la République". Invité à commenter le sondage du "Monde", le journaliste Robert Ménard, qui anime le site Boulevard Voltaire, a réfuté toute distinction critique entre islam et islamisme. Au moins, les choses sont claires, c'est bien une religion en tant que telle qui est visée… au nom de la laïcité, qui pourtant garantit la liberté de culte :

"C'est une religion dont [les Français] voient aujourd'hui qu'elle est agressive, dont ils voient aujourd'hui qu'elle est conquérante, dont ils voient aujourd'hui que bon nombre d’acteurs sont des gens qui leur font peur (…) oui, les gens en ont marre ! (…) c'est pas une religion sympathique ! Je regrette, mais Mahomet, c'est pas un prophète sympathique ! Le Christ, quand il plaide pour l’amour, ça me parle plus qu’un type qui fait la guerre et qui à peu près, dans la deuxième partie de sa vie, a tué bon nombre de gens (…) cet islam, il vient nous bouffer notre oxygène !"

Simple dérapage verbal, excusable par l’ambiance un peu "chaude" de certains plateaux télé ? Quelques jours plus tard est paru un article sur Boulevard Voltaire, précis, réfléchi, validé par la direction du site. Un véritable programme, pour les années à venir, qui fait froid dans le dos : "Que faire des musulmans une fois le Coran Interdit ?" Oui, interdire le Coran. Après tout, si c'est notre oxygène qui est en jeu…

Mais Christine Tasin, l’auteure de cet article, ne s’en tient pas là. Car elle rêve de la France comme d’un pays "où disparaîtra toute visibilité de l’islam, le voile, le kami, l’abattage rituel, les boucheries halal, les prénoms musulmans, les mosquées…"Les musulmans n’auront d’autre choix, dit-elle, que de se soumettre, ou de partir. L’article est d’ailleurs illustré d’un panneau vert et blanc, une flèche et un mot, indiquant… la sortie.

Et si les musulmans ne se soumettent pas ? Pas de faiblesse ! "Il faudra faire savoir que l’armée, dépêchée à chaque menace, n’hésitera pas à tirer dans le tas. C’est terrible, mais il n’y aura pas d’autre solution pour calmer le jeu et imposer notre loi". Oui, "tirer dans le tas", vous avez bien lu.

Madame la Ministre, vous ne pouvez pas rester inactive

Cet article hallucinant, qui dépasse tout ce que l’on pouvait imaginer en matière d’incitation à la discrimination, à la haine raciale et religieuse, circule depuis deux mois sur les réseaux sociaux [1]. Il n’a cependant fait l’objet d’aucune polémique, d’aucune protestation officielle, d’aucune action des associations antiracistes, auxquelles je l’ai pourtant signalé.

Madame la Ministre, il serait impensable, face à une infraction aussi haineuse et caractérisée que vous demeuriez inactive, et que vous ne donniez pas pour instruction immédiate à vos services d’engager des poursuites contre l’auteur de cet article et les responsables du site qui l’a publié. Si un cas aussi grave n’est pas sanctionné aujourd'hui, lequel pourra l’être demain ?

Charles Péguy disait qu’il est pire qu’une âme perverse. C'est une âme habituée. 

Aucun commentaire: