Les moutons vont à l'abattoir. Ils ne disent rien, et ils n'espèrent rien. Mais du moins, ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que bête, plus moutonnier que les moutons, l'électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des révolutions pour conquérir ce droit.

Octave Mirbeau, La grève des électeurs (1888)

H. Krazucki ancien secrétaire général de la CGT

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasemen
t.


Mikis Théodorakis

"Si les peuples d’Europe ne se lèvent pas, les banques ramèneront le fascisme"

Seul les poissons morts vont dans le sens du courants ...

Jean Jacques Rousseau :

« Le premier qui, ayant enclos du terrain, s’avisa de dire : « Ceci est à moi » et trouva des gens assez simples pour le croire fut le vrai fondateur de la société civile… Gardez-vous d’écouter cet imposteur, vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et que la terre n’est à personne…Quand les héritages se furent accrus en nombre et en étendue au point de couvrir le sol entier et de se toucher tous, les uns ne purent plus s’agrandir qu’aux dépens des autres… De là commencèrent à naître la domination et la servitude »

Jean Jaurès

«Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots»

Maximilien Robespierre, 1789

" Nul n'a le droit d'entasser des monceaux de blé
à côté de son voisin qui meurt de faim".



RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE

RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE
Les générations futures ne nous pardonneront pas d'avoir laisser faire

Un blog pour une idée

Une idée maitresse me guide pour construire ce blog : mettre l'Homme au centre de toutes les préoccupations, reconquérir la dignité perdue, travailler pour un monde Humain, au delà de toutes considérations tendancieuses, pour moi seul compte ,l'humanisme , le combat contre l'exploitation de l'homme par l'homme pour le profit ,une priorité absolue ; pour moi et tous ceux qui luttent, l'être humain et son environnement sont le socle de toutes revendications,
L' Homme doit être le but et l'argent l'accessoire d'échange et rien d'autre
"la terre nous l'empruntons à nos enfants ,nous ne l'héritons pas de nos parents"
Afin d'éviter des attaques au dessous de la ceinture par des gens dont le seul but est d'exister en supprimant les autres, je me vois obliger de mettre en place une modération des commentaires: bien sur il ne s'agit pas de supprimer le débat démocratique , mais il est ors de question de salir les gens pour le plaisir de faire du mal , simplement parce que l'on critique l'action du pouvoir de l'argent , ceux qui respecteront l'être humains continueront comme par le passé à s'exprimer .
Et oui l’extrême droite a pris des ailes et ce blog n'est pas à son service , soyez tous sur vos gardes et prenez garde à vous

Geronimo sur son lit de mort ; d'une terrible actualité

Quand le dernier arbre aura été abattu,
Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,
Quand le dernier poisson aura été péché,
Alors, on saura que l’argent ne se mange pas.


Hugo Chavez.

"Si le climat était une banque, les pays riches l’auraient déjà sauvé"

Préambule du texte de la Constitution de l'OIT, Organisation internationale du Travail,1919

"une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale"

samedi 14 février 2015

La guerre du monde / Daniel LEVIEUX


Pendant plus de la moitié du siècle dernier les tensions mondiales ont traversé l'Europe d'ouest en est, que ce soit dans la paix ou dans les pires conflits. Dès le sortir de la première guerre mondiale et la constitution de l'Union Soviétique, un monde bipolaire joue sa concurrence sur son l'équilibre de ses conquêtes...
La seconde guerre mondiale, funeste mais victorieuse parenthèse dans l'affrontement idéologique des deux blocs, les a vu s'allier avec autant de force face à l'Axe nazi-fascistes qu'ils avaient d'intérêts concurrents. Au début du conflit, les russes, impréparés, tentaient de gagner du temps avec le pacte germano-soviétique donnant prise au discours sur une complaisance coupable sacrifiant la Pologne face à l'Allemagne nazie... de la part de ceux qui avaient signé à Munich deux ans plus tôt la mort de la Tchécoslovaquie.
La victoire des alliés mise en perspective après Stalingrad et la lente reconquête occidentale passant par l'Afrique avant que la tenaille se referme plus fermement avec le débarquement de 1944 va se concrétiser avec le partage de l'Allemagne vaincue. 

L'enjeu des derniers mois pour les alliés n'est plus la victoire qui est inéluctable ; mais bien plutôt la part d'Europe et du monde regagnée à l'influence de chacun des camps vainqueurs.
C'est dans cette perspective que se jouait l'action préservatrice de l'indépendance d'une France libérée de la part de De Gaulle et de la Résistance intérieure présente aux côtés des trois grands alliés vainqueurs en 45. Et cette bataille-là ne fut pas des moindres ; il y fallut la pugnacité de De Gaulle et l'acharnement de la Résistance intérieure pour qui la perspective de voir la France réduite au tribut du vainqueur en changeant d'occupant cède pour s'imposer en regagnant honneur, indépendance et liberté et pour figurer en place dans le concert des nations vainqueurs de la barbarie nazie.

En libérant la France l'intention des alliés était d'abord de conquérir dans l'ouest européen l'équivalent de ce que les soviétiques avaient gagné en zone d'influence à l'Est ; et le projet de l'AMGOT avec la fabrication de la nouvelle monnaie américaine illustre aussi bien la motivation impérialiste que les réticences à libérer Paris avant de progresser plus à l'Est et plus vite pour repousser le plus loin possible la ligne de contact avec les soviétiques
C'est dans cette logique que les Etats-Unis vont expérimenter à deux reprises l'arme atomique pour mettre le Japon à la raison de sa défaite. Les Etats-Unis imaginaient mal que les soviétiques après avoir libéré l'est européen ne parviennent à gagner sur le front oriental sur le Japon, établissant ainsi une base importante sur la façade pacifique. L'arme atomique, dont tous les stratèges s'accordent aujourd'hui pour dire qu'elle n'était pas indispensable pour terrasser le fascisme nippon a étendu l'influence américaine face au continent asiatique à la marge duquel se jouera l'affrontement futur américano-soviétique en Corée ou au Viet-Nam...


Un demi siècle plus tard, las de guerre dite froide et de  conflits coloniaux très chauds allumés sitôt la paix rétablie en 1945, l'affrontement retrouve les terres d'Europe quand l'effondrement du bloc de l'Est signe l'échec d'années d'errements derrière le paravent d'un idéal aussi généreux que perverti. La Yougoslavie sera le terrain, dans les années 90, de la reconquête par la guerre de territoires dont on fait se battre les peuples, se déchirant parfois au nom de ce qui les avait uni plus tôt... 



Le front de l'Asie centrale s'est aussi réveillé avec l'Afghanistan où les rebelles soutenus par les Etats-Unis contre les Russes sont ensuite devenus pires ennemis de leurs géniteurs avec Al Quaïda et la mobylette de Ben-Laden...



L'insupportable tumulte guerrier qui ensanglante l'Ukraine aujourd'hui échappe-t-il à ces grands ressorts de l'histoire ? On y retrouve toujours l'exacerbation de différences qui deviennent vite motifs d'affrontement, et quand l'embrasement est bien installé, les incendiaires se parent de l'habit du pompier, éteignant par-ci pour préserver ce qui restera bon à récupérer, laissant brûler par-là pour épuiser toute velléité de résistance...



Depuis toujours on voudrait nous faire croire à la guerre des mondes, le "monde libre" cherchant sans cesse à asseoir sa victoire sur le tenant du mal  qu'on réinvente à chaque occasion, tel qu'on en a besoin pour les besoin de sa cause.



Ethniques ou religieux, les conflits d'aujourd'hui ne sont-ils pas que les avatars du conflit général, d'une forme de guerre du monde qui n'a d'autre objectif que celui de gagner à l'impérialisme intégral la maîtrise des richesses de la terre au détriment des peuples et de leur civilisation ?



Le modèle impérialiste ne date pas d'hier ; tous les mytho-mégalos s'y sont essayés et ont toujours dû agrandir leur zone d'influence sur des marges sacrifiées à la protection de leur cœur d'empire, toujours plus loin pour pomper toujours plus le sang de la périphérie vers le centre...

Les romains, c'est très loin ! Napoléon et les vestiges parisiens de ses conquêtes, c'est moins loin mais il n'a pas apporté l'obélisque de la Concorde à l'île d'Elbe...
Les déménagements d’œuvres d'art des nazis de France vers l'Allemagne se faisaient avec plus de ménagement que le déménagement des travailleurs français et pire des victimes de l'holocauste... c'était hier.


Aujourd'hui il faut bien que le gaz russe transite par l'Ukraine...



L'image la plus simple de ce mouvement mortifère sacrifiant l'humanité toute entière à l'appétit égoïste de ses maîtres nantis ne serait-il pas qu'aujourd'hui l'accaparement de la richesse n'a plus besoin du paravent politique pour instrumentaliser la violence de la guerre au profit de sa fortune. La finance saigne à main nue, on appelle ça l'économie. Pétrole ici, et gaz ailleurs, chauffeurs polonais ici et ailleurs gamins d'Asie, pour que les hommes ne soient plus que chair à profit, il faut d'abord qu'ils soient chair à canons.



Que vive l'Internationale, l'utopie universaliste d'une société du monde en paix... s'il lui faut un nom, après, on aura toujours le temps de l'appeler comme coco.


Aucun commentaire: