Les moutons vont à l'abattoir. Ils ne disent rien, et ils n'espèrent rien. Mais du moins, ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que bête, plus moutonnier que les moutons, l'électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des révolutions pour conquérir ce droit.

Octave Mirbeau, La grève des électeurs (1888)

H. Krazucki ancien secrétaire général de la CGT

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasemen
t.


Mikis Théodorakis

"Si les peuples d’Europe ne se lèvent pas, les banques ramèneront le fascisme"

Seul les poissons morts vont dans le sens du courants ...

Jean Jacques Rousseau :

« Le premier qui, ayant enclos du terrain, s’avisa de dire : « Ceci est à moi » et trouva des gens assez simples pour le croire fut le vrai fondateur de la société civile… Gardez-vous d’écouter cet imposteur, vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et que la terre n’est à personne…Quand les héritages se furent accrus en nombre et en étendue au point de couvrir le sol entier et de se toucher tous, les uns ne purent plus s’agrandir qu’aux dépens des autres… De là commencèrent à naître la domination et la servitude »

Jean Jaurès

«Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots»

Maximilien Robespierre, 1789

" Nul n'a le droit d'entasser des monceaux de blé
à côté de son voisin qui meurt de faim".



RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE

RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE
Les générations futures ne nous pardonneront pas d'avoir laisser faire

Un blog pour une idée

Une idée maitresse me guide pour construire ce blog : mettre l'Homme au centre de toutes les préoccupations, reconquérir la dignité perdue, travailler pour un monde Humain, au delà de toutes considérations tendancieuses, pour moi seul compte ,l'humanisme , le combat contre l'exploitation de l'homme par l'homme pour le profit ,une priorité absolue ; pour moi et tous ceux qui luttent, l'être humain et son environnement sont le socle de toutes revendications,
L' Homme doit être le but et l'argent l'accessoire d'échange et rien d'autre
"la terre nous l'empruntons à nos enfants ,nous ne l'héritons pas de nos parents"
Afin d'éviter des attaques au dessous de la ceinture par des gens dont le seul but est d'exister en supprimant les autres, je me vois obliger de mettre en place une modération des commentaires: bien sur il ne s'agit pas de supprimer le débat démocratique , mais il est ors de question de salir les gens pour le plaisir de faire du mal , simplement parce que l'on critique l'action du pouvoir de l'argent , ceux qui respecteront l'être humains continueront comme par le passé à s'exprimer .
Et oui l’extrême droite a pris des ailes et ce blog n'est pas à son service , soyez tous sur vos gardes et prenez garde à vous

Geronimo sur son lit de mort ; d'une terrible actualité

Quand le dernier arbre aura été abattu,
Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,
Quand le dernier poisson aura été péché,
Alors, on saura que l’argent ne se mange pas.


Hugo Chavez.

"Si le climat était une banque, les pays riches l’auraient déjà sauvé"

Préambule du texte de la Constitution de l'OIT, Organisation internationale du Travail,1919

"une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale"

mercredi 9 avril 2014

CGT et manifestation anti-austérité du 12 avril 2014: un courrier de Bernard THIBAULT à Michel NOBLECOURT, journaliste au quotidien " Le Monde "

Dans son article, qui se veut d’abord une charge contre la CGT et son secrétaire général, Mr Noblecourt n’hésite pas à utiliser ma position en faveur de la manifestation du 12 avril à Paris comme le signe « d’une confusion au sein de la CGT » dans la mesure où la direction de la Confédération a décidé (à juste titre) de ne pas être partie prenante de l’initiative en tant que telle.

Je m’efforce donc de rendre la situation plus compréhensible à ses yeux, s’il veut bien lire ces lignes en ôtant ses lunettes partisanes.

Comment écrire à la fois que la présence de 36 responsables cégétistes sur l’appel à manifester est «  un gros cactus » et de me citer parmi les exemples (en compagnie de Georges Séguy) au titre d’anciens secrétaires généraux ? Je ne suis plus un des responsables de la CGT. Cette évocation cherche surtout, de manière insidieuse, à laisser croire qu’il y aurait une divergence d’opinion entre les « anciens » et l’actuel Secrétaire général Thierry Lepaon. Ce n’est pas le cas.

Je me suis toujours efforcé dans l’exercice de mes responsabilités au sein de la CGT d’éviter toute confusion entre mes propres opinions politiques et le mandat que me confiaient les syndiqués. A ce titre, j’ai régulièrement alerté lorsque des militants, quelle que soit leur sensibilité, cherchaient à instrumentaliser les positions du syndicat pour les mettre au service de leur propre engagement.

Est-ce à dire que pour autant la CGT devrait s’interdire d’intervenir dans le débat politique ? Certainement pas. Elle le fait en pleine autonomie en tant que syndicat de salariés sur la base de ses orientations, de son analyse des situations, de ses objectifs revendicatifs et de ses valeurs.

Il y a aujourd’hui une grande cohérence entre sa position d’hier à s’exprimer pour un changement de président de la République et sa critique d’aujourd’hui d’une politique économique et sociale qui nie l’aspiration au changement si fortement exprimée par les salariés en mai 2012.

Il y a une grande cohérence entre les statuts de la CGT qui disposent « qu’elle agit contre les discriminations de toutes sortes, le racisme, la xénophobie et toutes les exclusions » et les décisions d’exclure de ses rangs celles et ceux qui prétendraient  exercer un mandat sous le label FN, qui fait de la discrimination et de la division son fonds de commerce démagogique.

La CGT remplit sa mission lorsqu’elle mobilise contre l’austérité en Europe en fournissant l’un des plus gros contingents des 80 syndicats qui manifestaient à Bruxelles le 4 avril  à l’initiative de la Confédération européenne des Syndicats.

Les adhérents de la CGT ont le droit s’ils le souhaitent de s’engager personnellement dans le débat et les initiatives de nature politique. Ils le font comme citoyen, sans engager pour autant leur syndicat et je ne vois pas au nom de quel principe cette liberté fondamentale me serait interdite alors que ce qui menace le plus le peuple de gauche est l’inertie intellectuelle conjuguée à la désespérance.

Bernard Thibault
le 7 avril 2014

Aucun commentaire: