Les moutons vont à l'abattoir. Ils ne disent rien, et ils n'espèrent rien. Mais du moins, ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que bête, plus moutonnier que les moutons, l'électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des révolutions pour conquérir ce droit.

Octave Mirbeau, La grève des électeurs (1888)

H. Krazucki ancien secrétaire général de la CGT

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasemen
t.


Mikis Théodorakis

"Si les peuples d’Europe ne se lèvent pas, les banques ramèneront le fascisme"

Seul les poissons morts vont dans le sens du courants ...

Jean Jacques Rousseau :

« Le premier qui, ayant enclos du terrain, s’avisa de dire : « Ceci est à moi » et trouva des gens assez simples pour le croire fut le vrai fondateur de la société civile… Gardez-vous d’écouter cet imposteur, vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et que la terre n’est à personne…Quand les héritages se furent accrus en nombre et en étendue au point de couvrir le sol entier et de se toucher tous, les uns ne purent plus s’agrandir qu’aux dépens des autres… De là commencèrent à naître la domination et la servitude »

Jean Jaurès

«Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots»

Maximilien Robespierre, 1789

" Nul n'a le droit d'entasser des monceaux de blé
à côté de son voisin qui meurt de faim".



RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE

RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE
Les générations futures ne nous pardonneront pas d'avoir laisser faire

Un blog pour une idée

Une idée maitresse me guide pour construire ce blog : mettre l'Homme au centre de toutes les préoccupations, reconquérir la dignité perdue, travailler pour un monde Humain, au delà de toutes considérations tendancieuses, pour moi seul compte ,l'humanisme , le combat contre l'exploitation de l'homme par l'homme pour le profit ,une priorité absolue ; pour moi et tous ceux qui luttent, l'être humain et son environnement sont le socle de toutes revendications,
L' Homme doit être le but et l'argent l'accessoire d'échange et rien d'autre
"la terre nous l'empruntons à nos enfants ,nous ne l'héritons pas de nos parents"
Afin d'éviter des attaques au dessous de la ceinture par des gens dont le seul but est d'exister en supprimant les autres, je me vois obliger de mettre en place une modération des commentaires: bien sur il ne s'agit pas de supprimer le débat démocratique , mais il est ors de question de salir les gens pour le plaisir de faire du mal , simplement parce que l'on critique l'action du pouvoir de l'argent , ceux qui respecteront l'être humains continueront comme par le passé à s'exprimer .
Et oui l’extrême droite a pris des ailes et ce blog n'est pas à son service , soyez tous sur vos gardes et prenez garde à vous

Geronimo sur son lit de mort ; d'une terrible actualité

Quand le dernier arbre aura été abattu,
Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,
Quand le dernier poisson aura été péché,
Alors, on saura que l’argent ne se mange pas.


Hugo Chavez.

"Si le climat était une banque, les pays riches l’auraient déjà sauvé"

Préambule du texte de la Constitution de l'OIT, Organisation internationale du Travail,1919

"une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale"

jeudi 10 avril 2014

En ce 17 avril, Nous nous mobilisons pour nos semences paysannes et contre les semences de l'industrie. Nous nous mobilisons pour la Vie!


 La Vía Campesina

Dans le monde, aujourd'hui encore, la majorité des paysans et des paysannes utilisent de semences paysannes, c'est à dire des semences qu'ils sélectionnent et reproduisent d'année en année sur leur ferme. Cette gestion de notre patrimoine semencier à tous, bien qu'il soit le système le plus abouti et adapté pour résister aux aléas du climat, est pourtant soumis à de multiples attaques. En effet, les entreprises multinationales de l'agroalimentaire font un travail de lobby intense auprès des gouvernements des pays dits développés pour que par le biais d'accords bilatéraux et par celui de l'Organisation mondiale du commerce (OMC ) les pays où les réglementations nationales ne sont pas encore en leur faveur évoluent. Ainsi, en Afrique, la législation est en cours d'élaboration pour ouvrir la voie à l'utilisation accrue de semences industrielles au prétexte de « lutte contre la faim par l'amélioration de la productivité agricole " Les lois sur les semences cours d'élaboration à l'échelle mondiale sont fondées sur la Convention UPOV91, un cadre juridique des droits de propriété qui comprend la «protection» de matériel génétique, de la certification et du commerce mais qui exclut les semences dites non - commerciales (c'est à dire non inscrites dans les catalogues des multinationales). En outre, certains gouvernements nationaux ont mis en place des aides en l'agriculture qui excluent les agriculteurs qui n'utilisent pas de semences industrielles. Ceci paraît d'autant plus aberrant que les preuves qui accablent déjà l'agriculture industrielle en raison de ses impacts désastreux sur l'environnement et nos sociétés humaines sont multiples. Heureusement, face à cette menace très forte pour l'agriculture paysannes, en Europe, ou en Amérique latine, comme au Mexique, en Colombie , au Chili, les paysans poursuivent leur combat pour préserver leurs semences autochtones et contre les OGM. Certaines victoires encourageants ont été remportées. Pour mieux connaître toutes ces initiatives de résistances à travers le monde, vous pouvez télécharger la publication de la Via Campesina « Nos semences, notre future »

Ci-dessous vous trouverez aussi une sélection d'articles et de vidéos pour mieux comprendre pourquoi nous devons continuer à défendre et à lutter pour l'utilisation et la protection des semences traditionnelles. Si nous perdons cette bataille, ce n'est pas seulement la nature qui subira de graves conséquences, mais l'ensemble de l'humanité !

Positions et communiqués de la Via Campesina

(Bruxelles- 20 janvier 2014) A l'aube de l'Année internationale de l'agriculture familiale, à laquelle l'ONU demande de nourrir la planète, des paysans de tous les pays européens, membres de la Coordination Européenne Via Campesina (ECVC), manifestent devant le Parlement Européen ce lundi 20 janvier. Ils  réclament la reconnaissance de leurs droits à sélectionner, à conserver, à utiliser, à échanger et à vendre leurs semences. Lire la suite et voir la vidéo de cette mobilisation.

(Harare, 14 Novembre 2013) Lors de la réunion africaine sur les semences qui a eu lieu à Harare au Zimbabwe, les 12 et 14 novembre dernier, les discussions ont porté sur la menace croissante que les investissements externes représentent pour l’agriculture africaine. Il s’agit des compagnies semencières internationales et de leurs efforts continus pour exploiter la terre et les ressources africaines pour alimenter les autres parties du globe.Lire la suite

(Harare, le 13 novembre 2013) La diversité des semences, que les paysans et les paysannes ont mis des siècles à créer, est en danger de disparition ; la diversité des semences restante est de plus en plus menacée par les grandes compagnies internationales, venant pour la plupart du secteur de la chimie agricole. En Afrique, des forces différentes convergent pour accaparer les semences paysannes et saper leur diversité ainsi que les connaissances et les pratiques qui y sont associées. Lire la suite

(Oman, 24 septembre 2013). Cette semaine, du 24 septembre au 28 septembre s'ouvre à Oman la cinquième session du comité directeur du Traité international des Nations unies sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture, appelé couramment  "Traité sur les semences". Ce traité a été ratifié pour faciliter l'accès de tous à la diversité des semences. L'espoir suscité lors de son adoption en 2001 laisse aujourd'hui la place à un constat d'échec. Lire la suite

Il est devenu indispensable de défendre les semences. Au cours des 20 à 30 dernières années, les multinationales cherchant à contrôler et commercialiser les bases mêmes de l'agriculture s'en sont pris de plus en plus violemment aux pratiques autrefois considérées comme normales, notamment la culture, la sélection, la conservation et l'échange des semences chez les paysans. Cette question a été traitée lors d'un atelier sur les semences paysannes, co-organisé par la Via Campesina, GRAIN et ETC, à Tunis le 28 mars 2013 dans le cadre du Forum Social Mondial. Lire la suite

En tant que coordinateur de La Via Campesina, mouvement mondial de petits agriculteurs et de paysans, je m’adresse à vous tous pour exprimer mon soutien total à mes camarades leaders paysans de l’UNORCA au Mexique, qui protestent pour stopper l’autorisation imminente par le gouvernement mexicain de planter à grande échelle du maïs OGM. Depuis mercredi dernier, 23 janvier, ils ont organisé un rassemblement et mènent une grève de la faim devant le Monument Angel à Mexico City, monument qui commémore l’indépendance du Mexique de l’Espagne. Lire la suite

(Mexico, 20 novembre 2012) Les multinationales Monsanto, DuPont et Dow attendent l’aval du gouvernement mexicain au cours des prochains jours pour semer 2,4 millions d’hectares de maïs transgénique au Mexique, une surface équivalente à la superficie du Salvador. La situation est des plus préoccupantes, le Mexique étant au cœur de la diversité du maïs dans le monde. Des milliers de variétés y sont cultivées dans les campagnes par les communautés paysannes et indigènes. De nos jours, le maïs est l’un des trois aliments les plus consommés au niveau mondial. Par conséquent, la contamination des maïs au Mexique par de dangereux OGM constitue une menace pour le monde entier. Lire la suite

(Bagnolet, 05 février 2014) Le collectif "Semons la biodiversité" félicite les députés qui ont entendu la voix des paysans et des citoyens. En faisant inscrire dans la loi que "l'utilisation de semences de ferme ne constitue pas une contrefaçon", ils ont franchi un pas important vers la reconnaissance des droits et pratiques des paysans. Depuis plusieurs mois les membres du collectif "Semons la biodiversité" se mobilisent pour obtenir l'exception agricole, alerter les élus et les citoyens. Lire la suite
et la position de la Confédération Paysanne “Reproduire nos semences, c'est notre droit”

Autres articles :
- Document de GRAIN d'Octobre 2013 sur les lois de semences et la résistance en Amérique Latine:
- Au travers des exemples du Chili, de l'Argentine, de la Colombie, du Vénézuela, et du Mexique, cet article explique comment en Amérique latine, les peuples sont parvenus à freiner dans de nombreux pays les tentatives des multinationales semencières de réduire leur autonomie.
- Droits de propriété sur les semences : le Chili repousse son adhésion à la version actualisée (1991) de l’UPOV. Le gouvernement et la majorité de centre gauche au parlement nouvellement élu ont retiré, le 17 mars 2014, une série de projets de lois déposée par l’administration de Piñera (centre droite), dont celui sur l’adhésion du Chili à l’Union internationale pour la Protection des Obtentions Végétales (UPOV) dans sa version de 1991

Documents pdf à télécharger :
- Plaquette du Réseau Semences Paysannes : 10 mesures pour que vivent les semences paysannes. Les organisations réunies au sein du collectif “Semons la biodiversité” ont décidé d'alerter les citoyens et les élus afin d'obtenir l'application de 10 mesures indispensables pour assurer la préservation et le renouvellement de la biodiversité cultivée. Ces mesures sont présentées dans le document  : “10 mesures pour que vivent les semences paysannes”
- Plaquette du Réseau Semences Paysannes : 10 idées reçues sur les semences. "Les semences paysannes sont interdites", "...et demain, les OGM nourriront le monde", "sans variétés dites à hauts rendements, on ne peut pas nourrir la planète" etc etc, autant d'idées recues que ce document : "10 idées reçues sur les semences" vous fera revister.
Vidéos
Le 20 janvier 2014, à Bruxelles, des paysans de tous les pays européens, membres de la Coordination Européenne Via Campesina (ECVC), ont manifesté devant le Parlement Européen pour réclamer la reconnaissance de leurs droits à sélectionner, à conserver, à utiliser, à échanger et à vendre leurs semences. Vidéo de la manifestation
Interview avec Guy Kastler lors de la manifestation des paysans et des paysannes européens à Bruxelles, le 20 janvier 2014.
Interview avec Andrea Ferrante lors de la manifestation des paysans et des paysannes européens à Bruxelles, le 20 janvier 2014.
La video du débat Semences Paysannes contre semences industrielles avec Patrick de Kochko, paysan bio, coordinateur du Réseau Semences Paysannes, et Henri Feyt, agronome généticien, membre de l'association des sélectionneurs français.
L'Aquitaine cultive la biodiversité : A travers des témoignages d’agriculteurs impliqués dans la sauvegarde et le développement de la biodiversité cultivée, découvrez les actions réalisées depuis plus de 10ans en Aquitaine.
Graines de résistances : Ce film présente la problématique des semences paysannes avec des exemples d’initiatives en Italie, Hongrie, France et Tunisie. Cette vidéo a été produite par Crocevia.
Semences : gardiens de la biodiversité. Film de 52 minutes diffusé sur Arte en mars 2014
Un film de Bede sur le coton Bt au Burkina Faso
Tunisie : Préserver les semences paysannes. Hayat Zammouri témoigne de son expérience de préservation et d’usage des semences locales.Vidéo réalisée par ZINTV en mars 2013
Mobilisation paysanne devant l'UPOV : Octobre 2011, à l’occasion des 20 ans de l’Union Internationale pour la Protection des Obtentions Végétales (UPOV) plus d’une centaine de paysans, membres d’associations et citoyens engagés se sont réunis pour protester à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’institution.
Le Monde selon Monsanto est un film documentaire réalisé par Marie-Monique Robin au sujet de la multinationale américaine Monsanto et des produits fabriqués et commercialisés par cette compagnie au cours de son histoire.

Aucun commentaire: