Les moutons vont à l'abattoir. Ils ne disent rien, et ils n'espèrent rien. Mais du moins, ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que bête, plus moutonnier que les moutons, l'électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des révolutions pour conquérir ce droit.

Octave Mirbeau, La grève des électeurs (1888)

H. Krazucki ancien secrétaire général de la CGT

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasemen
t.


Mikis Théodorakis

"Si les peuples d’Europe ne se lèvent pas, les banques ramèneront le fascisme"

Seul les poissons morts vont dans le sens du courants ...

Jean Jacques Rousseau :

« Le premier qui, ayant enclos du terrain, s’avisa de dire : « Ceci est à moi » et trouva des gens assez simples pour le croire fut le vrai fondateur de la société civile… Gardez-vous d’écouter cet imposteur, vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et que la terre n’est à personne…Quand les héritages se furent accrus en nombre et en étendue au point de couvrir le sol entier et de se toucher tous, les uns ne purent plus s’agrandir qu’aux dépens des autres… De là commencèrent à naître la domination et la servitude »

Jean Jaurès

«Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots»

Maximilien Robespierre, 1789

" Nul n'a le droit d'entasser des monceaux de blé
à côté de son voisin qui meurt de faim".



RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE

RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE
Les générations futures ne nous pardonneront pas d'avoir laisser faire

Un blog pour une idée

Une idée maitresse me guide pour construire ce blog : mettre l'Homme au centre de toutes les préoccupations, reconquérir la dignité perdue, travailler pour un monde Humain, au delà de toutes considérations tendancieuses, pour moi seul compte ,l'humanisme , le combat contre l'exploitation de l'homme par l'homme pour le profit ,une priorité absolue ; pour moi et tous ceux qui luttent, l'être humain et son environnement sont le socle de toutes revendications,
L' Homme doit être le but et l'argent l'accessoire d'échange et rien d'autre
"la terre nous l'empruntons à nos enfants ,nous ne l'héritons pas de nos parents"
Afin d'éviter des attaques au dessous de la ceinture par des gens dont le seul but est d'exister en supprimant les autres, je me vois obliger de mettre en place une modération des commentaires: bien sur il ne s'agit pas de supprimer le débat démocratique , mais il est ors de question de salir les gens pour le plaisir de faire du mal , simplement parce que l'on critique l'action du pouvoir de l'argent , ceux qui respecteront l'être humains continueront comme par le passé à s'exprimer .
Et oui l’extrême droite a pris des ailes et ce blog n'est pas à son service , soyez tous sur vos gardes et prenez garde à vous

Geronimo sur son lit de mort ; d'une terrible actualité

Quand le dernier arbre aura été abattu,
Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,
Quand le dernier poisson aura été péché,
Alors, on saura que l’argent ne se mange pas.


Hugo Chavez.

"Si le climat était une banque, les pays riches l’auraient déjà sauvé"

Préambule du texte de la Constitution de l'OIT, Organisation internationale du Travail,1919

"une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale"

vendredi 1 octobre 2010

Après le coup de force des policiers er d'une petite partie de l'armée , le président de l'Equateur reprend ses fonctions

Le coup d'Etat visant à renverser le président Rafael Correa mis en échec par la mobilisation populaire: le président Equatorien remercie son peuple à la tribune du palais présidentiel

Le coup d'Etat visant à renverser le président Rafael Correa mis en échec par la mobilisation populaire

Le président Equatorien remercie son peuple à la tribune du palais présidentiel
Article , paru dans solidarité internationale PCF




« Des nouvelles invraisemblables », c'est ainsi que le commandant de la Révolution cubaine, Fidel Castro a perçu les nouvelles venant d'Equateur, et le coup de force tenté par plusieurs centaines de policiers sous prétexte de suppression de primes mais avec l'intention plus profonde d'en découdre avec le président « socialiste » Rafael Correa.


Derrière ce mouvement présenté comme spontané, se cachent les hommes de l'ancien président de droite déchu en 2005, Lucio Gutierrez. Comme il l'a déclaré un peu hâtivement à la presse: « Je crois que la fin de la tyrannie de Correa est proche ».


Agressé physiquement dans la journée du jeudi 30 septembre au moment où il affichait sa fermeté à défendre sa patrie et le mandat suprême que le peuple Equatorien lui a confié, contraint à se réfugier dans l'hôpital de la police national, le président Rafael Correa a su conserver toute sa dignité et son sens des responsabilités, faisant siens les mots de Pablo Neruda: « Ils me tueront, ils peuvent couper les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps ».





Finalement, les policiers rebelles se retrouvés isolés. Seuls face à des forces armées qui sont restées fidèles au chef de l'Etat. Selon les propres termes du commandant en chef des Forces Armées, Luis Ernesto Gonzales: « Nous sommes dans un Etat de droit et nous sommes subordonnées à la plus haute autorité qu'est le président de la République ».



Seuls face à la réprobation presque unanime du coup d'Etat par la communauté internationale, et des autres présidents latino-américains en particulier. Dans les heures suivant le coup d'Etat était publiée une une résolution de l'Organisation des Etats américains (OEA), adoptée à l'unanimité par acclamation, affichant « son soutien total au Gouvernement constitutionnel de Rafael Correa et rejète toute tentative de changer l'ordre institutionnel démocratique en Equateur. »



Seuls, surtout, face à la réaction du peuple équatorien, descendu dans la rue pour manifester son soutien au président qu'il a élu. Dans l'après-midi, des affrontements entre sympathisants du président Correa et policiers avaient fait 1 mort et 51 blessés dans le quartier de la « Cruz Roja » de Quito. Le bilan total des affrontements, plus lourd vraisemblablement, est encore à faire.





Après l'annonce de la libération du président Rafael Correa par les Forces Armées, ce sont plusieurs milliers d'Equatoriens qui ont spontanément entamé une procession démocratique vers le Palais du Gouvernement où le président démocratiquement élu était annoncé.








Dans la soirée, Rafael Correa a alors prononcé un discours dans lequel il remerciait le peuple Equatorien de son soutien sans failles dans ces moments décisifs pour l'avenir de la patrie équatorienne, et de la « Révolution citoyenne » qui a déjà transformé le pays en profondeur depuis 2005.


Voici le discours dans son intégralité:


« A tout le peuple d'Equateur, un grand merci »


« Par l'infamie des conspirateurs de toujours et pour le Président sont morts nombre de nos frères Equatoriens.

C'est un jour de profonde tristesse que je n'aurais jamais cru possible sous mon gouvernement de paix, de justice, qui cherche seulement à aider, avant tout, les peuples, la police qui a été manipulée.

Vous savez bien que l'on ne m'effraie pas facilement, et si c'est le cas, je contrôle ma peur; mais croyez-moi quand j'ai été libéré et que l'on m'a dit qu'il y avait, au moins, un policier abattu, j'ai versé des larmes de tristesse, comme a coulé ce sang équatorien, sang de frères, inutilement.

Pour les nôtres qui sont tombés, nous ne savons pas combien ils sont, faisons une profonde et sincère minute de silence.

Au peuple tout entier, je vous adresse un grand merci. Que cela serve d'exemple à ceux qui, pas par les urnes, mais par la conspiration, veulent arrêter la Révolution citoyenne. Un remerciement aussi aux milliers de camarades qui sont venus me voir, pour tenter de me libérer des forces de police, à l'hôpital et qui ont été accueillis lâchement par des gaz poivre, des gaz lacrymogènes et des pierres. Comment diable peut-on appeler policiers des gens qui se comportent de cette manière?


Un grand merci à ceux qui se mobilisés pour soutenir le Gouvernement national, la Révolution citoyenne, la démocratie en notre patrie. Merci à ces héros qui m'ont accompagné, à ma Garde personnelle qui a été maltraitée, rouée de coups. Bravant le danger, ont commencé à arriver ministres, fonctionnaires du gouvernement, parlementaires à la porte de l'hôpital, prêts à mourir si cela était nécessaire. Avec cette valeur et cette loyauté, rien ni personne ne pourra nous battre.


Des remerciements aussi pour l'immense soutien apporté à tous les niveaux de l'Etat équatorien. Nous n'avons jamais cédé, nous n'avons jamais rien accepté sous pression. Un remerciement à presque tous les présidents d'Amérique Latine et du monde, je pourrais citer le président de l'Espagne, l'OEA, le Chili, l'Argentine, le Pérou, la Colombie, le Vénézuela, la Bolivie, le Mexique; en fait l'UNASUR qui se réunit en ce moment pour analyser la situation du pays.

Il est incroyable, impressionnant que se soulève, non pas tout le corps des policiers, une partie, et ce non pas pour lutter contre un gouvernement tyrannique; ils se soulèvent pour revendiquer des primes soi-disant supprimées, ce qui n'est pas vrai.Comment peuvent-ils mettre en jeu l'avenir de la patrie pour quelque chose d'aussi banal?

Nous étions ce matin quand on m'a informé qu'il y avait des problèmes dans certaines casernes de Quito, nous sommes allés dialoguer pour leur expliquer ce que nous voulions faire. Personne n'a soutenu autant la police que ce gouvernement, personne n'a autant augmenté leurs salaires. Quand j'ai vu autant d'agressivité et de haine, j'ai ressenti une profonde tristesse, comme un coup de poignard dans le dos. Comment après tout ce que l'on a fait, ils peuvent nous faire cela?

Puis nous nous sommes rendus compte de ce que c'était réellement. Quand nous demandions qui avait plus que la police pour ce gouvernement, ils m'ont crié, mensonge, c'était Lucio. C'est donc les hommes de Lucio, infiltrés, excitant les autres, incitant à la violence. Quelle irresponsabilité!

Quand j'ai vu que l'on ne pouvait pas dialoguer – avec le prétexte des primes et des gratifications diverses – et que nous avons voulu nous retirer, ils s'en sont pris au Président, ils nous ont lancé des grenades lacrymogènes en plein visage, j'ai dû être emmené à l'hôpital, ils m'ont séquestré, m'ont couvert de menaces. De soi-disant policiers ont couvert de honte l'Institution nationale.

Le plus triste dans tout cela, lorsque je me trouvais à l'hôpital... j'ai reçu trois délégations qui ont tenté de parler poliment avec moi. Je leur demandais: vous avez déjà connu mieux? Et ils me disaient: non, votre gouvernement nous a aidé plus que quiconque. La seconde question que je leur ai posée: Avez-vous lu la loi pour laquelle vous vous battez? Je vous donne ma parole que j'ai parlé avec près de 15 policiers et qu'aucun d'entre eux n'avait lu la loi, tous se sont laissés emporter par les rumeurs des traitres à la patrie et des conspirateurs, et ils se sont fait trompés comme ça.

Qu'avons-nous fait, pour qu'ils soient sûrs de la manière dont le gouvernement agit. C'est une loi pour éviter les abus, les bonus à discrétion, les super-salaires tous les trois mois, ces récompenses en monnaie sonnante et trébuchante, c'est tout cela que nous interdisons.

Vous savez combien gagnait un policier, avec ces récompenses, après 5 ans de service? 800 dollars et pour cela ils ont risqué la vie de leures frères. Aujourd'hui le policier gagne au minimum 700 dollars. Comment est-ce possible qu'ils se permettent de telles actions barbares?

Ils disent que nous ne prenons pas en compte leurs conditions spéciales de travail, au contraire, pour la première fois on les a pris en compte et on a inscrit dans l'article 115 le fait que l'on reconnaîtra pour les Forces Armées, la police, les pompiers: les heures supplémentaires, les journées spéciales et les rémunérations correspondantes. Ils n'ont même pas lu la loi pour laquelle ils ont subordonné et trahi leur patrie.

La faute de tout cela revient essentiellement aux conspirateurs de toujours qui voulaient voir si par ce moyen ils pouvaient réussir là où ils avaient échoué dans les urnes. Hier, les misérables de cette opposition ont déclaré à l'Assemblée qu'ils ne soutiendraient pas la loi parce qu'elle diminuait les primes. Il faut nous unir pour vaincre ces traîtres et faire avancer notre patrie.

Aujourd'hui, le Président n'a pas hésité comme le firent tant d'autres lâches. Quand ils ont exigé de moi que j'annule la loi, ce que je ne pouvais par ailleurs pas faire, cela relève de l'Assemblée, pour me laisser sortir, je leur ai dit de ne pas perdre leur temps, ou je sors comme Président d'une nation digne ou je sors comme cadavre mais je ne perd pas ma dignité. Nous sortons avec la tête haute.

Merci à tous ceux qui ont risqué leur vie pour le président. Merci frères et sœurs du « Mouvement Pays », avec vous nous nous sentons en sécurité.

Les Forces de l'ordre, tenues à maintenir l'ordre justement, ont séquestré leur Commandant en chef et attaqué leurs propres citoyens. Aujourd'hui est un jour triste. Attention. Il faut soutenir aujourd'hui plus que jamais ces dizaines de milliers de bons éléments de la Police nationale. Il y en aura qui seront sanctionnés. Il n'y aura ni pardon ni oubli ici et, évidemment, la loi ne sera pas annulée. Tout par le dialogue, rien par la force.

Regardez vers l'avenir. Cela a été une dure épreuve. L'Hôpital est dévasté, de nombreux malades ont souffert à cause d'irresponsables. Aujourd'hui, il faut regarder devant nous et avec beaucoup plus d'enthousiasme, avec beaucoup plus de courage pour faire en sorte que notre Révolution citoyenne, personne ni rien ne puisse l'arrêter.

Hasta la Victoria Siempre! »

Aucun commentaire: