Les moutons vont à l'abattoir. Ils ne disent rien, et ils n'espèrent rien. Mais du moins, ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que bête, plus moutonnier que les moutons, l'électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des révolutions pour conquérir ce droit.

Octave Mirbeau, La grève des électeurs (1888)

H. Krazucki ancien secrétaire général de la CGT

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasemen
t.


Mikis Théodorakis

"Si les peuples d’Europe ne se lèvent pas, les banques ramèneront le fascisme"

Seul les poissons morts vont dans le sens du courants ...

Jean Jacques Rousseau :

« Le premier qui, ayant enclos du terrain, s’avisa de dire : « Ceci est à moi » et trouva des gens assez simples pour le croire fut le vrai fondateur de la société civile… Gardez-vous d’écouter cet imposteur, vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et que la terre n’est à personne…Quand les héritages se furent accrus en nombre et en étendue au point de couvrir le sol entier et de se toucher tous, les uns ne purent plus s’agrandir qu’aux dépens des autres… De là commencèrent à naître la domination et la servitude »

Jean Jaurès

«Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots»

Maximilien Robespierre, 1789

" Nul n'a le droit d'entasser des monceaux de blé
à côté de son voisin qui meurt de faim".



RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE

RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE
Les générations futures ne nous pardonneront pas d'avoir laisser faire

Un blog pour une idée

Une idée maitresse me guide pour construire ce blog : mettre l'Homme au centre de toutes les préoccupations, reconquérir la dignité perdue, travailler pour un monde Humain, au delà de toutes considérations tendancieuses, pour moi seul compte ,l'humanisme , le combat contre l'exploitation de l'homme par l'homme pour le profit ,une priorité absolue ; pour moi et tous ceux qui luttent, l'être humain et son environnement sont le socle de toutes revendications,
L' Homme doit être le but et l'argent l'accessoire d'échange et rien d'autre
"la terre nous l'empruntons à nos enfants ,nous ne l'héritons pas de nos parents"
Afin d'éviter des attaques au dessous de la ceinture par des gens dont le seul but est d'exister en supprimant les autres, je me vois obliger de mettre en place une modération des commentaires: bien sur il ne s'agit pas de supprimer le débat démocratique , mais il est ors de question de salir les gens pour le plaisir de faire du mal , simplement parce que l'on critique l'action du pouvoir de l'argent , ceux qui respecteront l'être humains continueront comme par le passé à s'exprimer .
Et oui l’extrême droite a pris des ailes et ce blog n'est pas à son service , soyez tous sur vos gardes et prenez garde à vous

Geronimo sur son lit de mort ; d'une terrible actualité

Quand le dernier arbre aura été abattu,
Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,
Quand le dernier poisson aura été péché,
Alors, on saura que l’argent ne se mange pas.


Hugo Chavez.

"Si le climat était une banque, les pays riches l’auraient déjà sauvé"

Préambule du texte de la Constitution de l'OIT, Organisation internationale du Travail,1919

"une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale"

vendredi 8 octobre 2010

L' agriculture dans la tourmente ....

Le monde paysan , vit une époque terrible , chaque jour nous  amène son lot de mauvaises nouvelles , hier , j'ai appris le suicide de quatre paysans durant ces dernières semaines dans une petite commune du Cher , tout près de l'Allier ,  et , encore une fois dans le silence , le mépris le plus total  ,des femmes , des hommes tous les jours mettent fin à leur calvaire, car pour tous les paysans,  vivre des difficultés financières , ne pas pouvoir faire face, est une véritable torture.
 Le monde économique qui entoure la paysannerie en joue , que se soit ( et surtout )les banques mais aussi tout ce qui est en amont de l'agriculture- fournisseurs privés ou coopératifs - opèrent de vraies pressions souvent insoutenables , quand à l'aval il tente par tous les moyens de profiter encore plus de cette chute des prix , la paysannerie est prise en étaux  ou chacun comme dans une curée tente de récupérer un morceau ,  achat à vil prix d'animaux ou d'autre marchandise quand il sait un paysan pris à la gorge) le paysan a une mentalité d'avant guerre ( et c'est tout à son honneur ) il ne supporte pas de ne pas honorer ses engagements , mais il évolue dans une économie sans scrupule , et sans morale du 21 eme siècle.
 Quand nous regardons le niveau des prix , c'est proprement scandaleux , la viande bovine se vend au prix d'il y  a trente ans , le lait est bradé au environ de 30cc c'était le prix pratiqué en 1989 et c'est tout à l'avenant , par contre toutes les charges d'approvisionnement , comme les charges sociales ou bancaires  sont pharaoniques , nous sentons bien non plus un décalage mais un abîme .
 Quand le paysan constate se qui se passe à l'autre bout ,à l'étale : c'est l'écoeurement  , comment admettre que le prix de son travail se transforme en manne financière qui permette à une poignée de s'enrichir de façon aussi scandaleuse , le produit qui coûte rien au départ devient inaccessible au plus grand nombre ,et souvent  même à sa famille .
 L'ambiance délétère fait le reste   et  voilà beaucoup mettent fin brutalement  à l'invivable , cela fait déjà des années que je dénonce  ce drame , on croirait que tout cela est planifié , j'ose parler aujourd'hui  de crime d'état car derrière toutes les vitrines rutilantes tel , le Sommet de l'Elevage à Cournon d'Auvergne - le ministre n'a même pas eu le courage de venir y affronter les paysans - se cachent des drames humains sans nom ; après un exode dans le silence depuis plus de cinquante ans voila le temps des suicides en série : une autre manière de supprimer les plus fragiles : ce phénomène a t'il encore un nom?
C'est un libéralisme sanglant ni plus ni moins ;les cols blancs qui déambulent sous les ors de la république , ou ce qui en reste ne sont que des assassins en puissance ! 


Aucun commentaire: