Les moutons vont à l'abattoir. Ils ne disent rien, et ils n'espèrent rien. Mais du moins, ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que bête, plus moutonnier que les moutons, l'électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des révolutions pour conquérir ce droit.

Octave Mirbeau, La grève des électeurs (1888)

H. Krazucki ancien secrétaire général de la CGT

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasemen
t.


Mikis Théodorakis

"Si les peuples d’Europe ne se lèvent pas, les banques ramèneront le fascisme"

Seul les poissons morts vont dans le sens du courants ...

Jean Jacques Rousseau :

« Le premier qui, ayant enclos du terrain, s’avisa de dire : « Ceci est à moi » et trouva des gens assez simples pour le croire fut le vrai fondateur de la société civile… Gardez-vous d’écouter cet imposteur, vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et que la terre n’est à personne…Quand les héritages se furent accrus en nombre et en étendue au point de couvrir le sol entier et de se toucher tous, les uns ne purent plus s’agrandir qu’aux dépens des autres… De là commencèrent à naître la domination et la servitude »

Jean Jaurès

«Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots»

Maximilien Robespierre, 1789

" Nul n'a le droit d'entasser des monceaux de blé
à côté de son voisin qui meurt de faim".



RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE

RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE
Les générations futures ne nous pardonneront pas d'avoir laisser faire

Un blog pour une idée

Une idée maitresse me guide pour construire ce blog : mettre l'Homme au centre de toutes les préoccupations, reconquérir la dignité perdue, travailler pour un monde Humain, au delà de toutes considérations tendancieuses, pour moi seul compte ,l'humanisme , le combat contre l'exploitation de l'homme par l'homme pour le profit ,une priorité absolue ; pour moi et tous ceux qui luttent, l'être humain et son environnement sont le socle de toutes revendications,
L' Homme doit être le but et l'argent l'accessoire d'échange et rien d'autre
"la terre nous l'empruntons à nos enfants ,nous ne l'héritons pas de nos parents"
Afin d'éviter des attaques au dessous de la ceinture par des gens dont le seul but est d'exister en supprimant les autres, je me vois obliger de mettre en place une modération des commentaires: bien sur il ne s'agit pas de supprimer le débat démocratique , mais il est ors de question de salir les gens pour le plaisir de faire du mal , simplement parce que l'on critique l'action du pouvoir de l'argent , ceux qui respecteront l'être humains continueront comme par le passé à s'exprimer .
Et oui l’extrême droite a pris des ailes et ce blog n'est pas à son service , soyez tous sur vos gardes et prenez garde à vous

Geronimo sur son lit de mort ; d'une terrible actualité

Quand le dernier arbre aura été abattu,
Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,
Quand le dernier poisson aura été péché,
Alors, on saura que l’argent ne se mange pas.


Hugo Chavez.

"Si le climat était une banque, les pays riches l’auraient déjà sauvé"

Préambule du texte de la Constitution de l'OIT, Organisation internationale du Travail,1919

"une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale"

samedi 30 avril 2011

Barhein , le gouvernement assassine son peuple et condamne à mort quatre hommes soi disant pour avoir assassiner un policier, alors à la mort pour les policiers qui ont tué par centaines -sur ordre de leur dictature- des manifestants pour la liberté?


Des tribunaux militaires, réunis à huit clos, ont condamné quatre hommes à mort pour le meurtre de policiers lors des manifestations, selon les dires des médias gouvernementaux.
(JPG)
Saeed Abdul Jalil Saeed (1) et Qassim Hasan Mattar Ahmed (5) font partie des condamnées à mort
Au Bahreïn, un tribunal militaire a condamné quatre manifestants chiites à mort et trois à des peines de prison à vie pour le meurtre de deux policiers lors des manifestations du mois dernier, selon les médias d’Etat.
Les verdicts de jeudi sont les premiers à faire suite aux manifestations contre la famille régnante du royaume qui ont commencé en février.
Les sept accusés ont été jugés à huis clos, pour soit-disant avoir tué avec préméditation des agents du gouvernement, ce qu’ont nié les avocats des accusés.
Un responsable de l’opposition chiite a identifié les personnes condamnées à mort comme étant Ali Abdullah Hasan, Qasim Hassan Mattar, Saeed Abdul Jalil Saeed, et Abdul Aziz Abdullah Ibrahim.
Il a déclaré à l’AFP que Issa Abdullah Kazem, Sadiq Ali Mahdi et Hussein Jaafar Abdul Karim ont été condamnés à la prison à vie.
Cheikh Ali Salman, président du Bahreïn Al Wefaq, le plus grand groupe chiite politique dans le pays, a déclaré à Al Jazeera que les peines n’étaient pas étayées par des preuves.
« Je persuadé que ces peines devraient être révisées et que la communauté internationale doit intervenir pour faire cesser cela », a-t-il dit.
Il a ajouté que la procédure était sans précédent » et que des points d’interrogation demeurent sur les conditions de vie imposées aux détenus.
Des responsables gouvernementaux ont déclaré que quatre policiers avaient été tués pendant les manifestations qui ont traversé le pays en février et mars, et au moins trois d’entre eux auraient été renversés par des voitures le 16 mars.
Des centaines de milliers d’opposants chiites du Bahreïn ont revendiqué plus de droits et de libertés face à la monarchie sunnite.
Les autorités ont arrêté des centaines d’opposants depuis que la loi martiale a été décrétée, le mois dernier, pour étouffer toute dissidence.
Mercredi, un responsable du Bahrein a déclaré que 405 détenus avaient été déférés devant les tribunaux militaires, et que 312 autres avaient été libérés.
« Soixante-deux cas pour les affaires pénales et 343 cas de délit ont été renvoyés devant les tribunaux de la sécurité nationale », a déclaré le cheikh Fawaz bin Mohammed Al-Khalifa, chef de l’Information Affairs Authority.
Il a prétendu que 312 détenus avaient été libérés, « certains pour des raisons de santé », et d’autres après que la période de leur détention ait été considérée comme suffisante.
Les autorités de Bahreïn ont fait l’objet de vives critiques des organisations internationales de défense des droits humains, à cause de la violente campagne de répression contre les opposants.
Plus tôt cette semaine, les États-Unis ont fait part de leurs inquiétudes [tardives et hypocrites - N.d.T] concernant le sort des détenus, en notant que certains sont morts en prison.
source (info- palestine )

Aucun commentaire: