Les moutons vont à l'abattoir. Ils ne disent rien, et ils n'espèrent rien. Mais du moins, ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que bête, plus moutonnier que les moutons, l'électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des révolutions pour conquérir ce droit.

Octave Mirbeau, La grève des électeurs (1888)

H. Krazucki ancien secrétaire général de la CGT

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasemen
t.


Mikis Théodorakis

"Si les peuples d’Europe ne se lèvent pas, les banques ramèneront le fascisme"

Seul les poissons morts vont dans le sens du courants ...

Jean Jacques Rousseau :

« Le premier qui, ayant enclos du terrain, s’avisa de dire : « Ceci est à moi » et trouva des gens assez simples pour le croire fut le vrai fondateur de la société civile… Gardez-vous d’écouter cet imposteur, vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et que la terre n’est à personne…Quand les héritages se furent accrus en nombre et en étendue au point de couvrir le sol entier et de se toucher tous, les uns ne purent plus s’agrandir qu’aux dépens des autres… De là commencèrent à naître la domination et la servitude »

Jean Jaurès

«Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots»

Maximilien Robespierre, 1789

" Nul n'a le droit d'entasser des monceaux de blé
à côté de son voisin qui meurt de faim".



RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE

RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE
Les générations futures ne nous pardonneront pas d'avoir laisser faire

Un blog pour une idée

Une idée maitresse me guide pour construire ce blog : mettre l'Homme au centre de toutes les préoccupations, reconquérir la dignité perdue, travailler pour un monde Humain, au delà de toutes considérations tendancieuses, pour moi seul compte ,l'humanisme , le combat contre l'exploitation de l'homme par l'homme pour le profit ,une priorité absolue ; pour moi et tous ceux qui luttent, l'être humain et son environnement sont le socle de toutes revendications,
L' Homme doit être le but et l'argent l'accessoire d'échange et rien d'autre
"la terre nous l'empruntons à nos enfants ,nous ne l'héritons pas de nos parents"
Afin d'éviter des attaques au dessous de la ceinture par des gens dont le seul but est d'exister en supprimant les autres, je me vois obliger de mettre en place une modération des commentaires: bien sur il ne s'agit pas de supprimer le débat démocratique , mais il est ors de question de salir les gens pour le plaisir de faire du mal , simplement parce que l'on critique l'action du pouvoir de l'argent , ceux qui respecteront l'être humains continueront comme par le passé à s'exprimer .
Et oui l’extrême droite a pris des ailes et ce blog n'est pas à son service , soyez tous sur vos gardes et prenez garde à vous

Geronimo sur son lit de mort ; d'une terrible actualité

Quand le dernier arbre aura été abattu,
Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,
Quand le dernier poisson aura été péché,
Alors, on saura que l’argent ne se mange pas.


Hugo Chavez.

"Si le climat était une banque, les pays riches l’auraient déjà sauvé"

Préambule du texte de la Constitution de l'OIT, Organisation internationale du Travail,1919

"une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale"

vendredi 8 février 2013

René Jacquet , notre compagnon de route , nous a quitté , il était président de syndicat de la commune de st Léger sur Vouzance , il était de ces compagnons , de ces militants qui laissent une trace indélébile dans les coeurs des hommes , discret , humble et juste , il me fut d'un grand réconfort quand le vent contraire soufflait , il fut d'un grand courage quand la construction s'avérait compliquée , c'était l'un des nôtres de la famille des justes


A René Jacquet notre camarade et ami;
La grande faucheuse nous a pris l'un des nôtres à l'age juste de la retraite , à peine a t'il pu en sentir le goût que c'est fini .
René , photo tirée du journal de Saone et Loire
René aura passé sa vie à travailler cette terre , à l'aimer ,mais aussi à la défendre , il aura été de toutes les luttes , de tous les combats , de toutes nos joies , de tous nos soucis de toutes nos constructions , de toutes nos désillusions...
Depuis sa prime jeunesse il ne connut que cela et il l'aimait ce métier c'était ce qu'on appelle un paysan au sens noble du terme « celui qui cultive le pays qui vit au pays » René était resté humble , discret et juste
Nous avons tous ensemble écrit un bout de cette histoire de la lutte paysanne ,le CCJA avec Bernard Chanteloup avant moi ,tous les président de syndicat de ce canton comme la FDSEA départementale savent à quel point tu t'y es impliqué , tu as été notre compagnon de route portant plus qu'à ton tour le fardeau des responsabilités souvent ingrates lié à cette bataille .
L'Allier t'as connu avec cette qualification à la finale nationale de labour à Lamballe , nous étions tous avec toi ( moi mes premiers pas dans l'Allier) la mécanique t'avait joué un mauvais tour ce jour là en Bretagne dans les Côte d'Armor avec ce temps pourri , Monique ton épouse en a su quelque chose ... mais cela n'enlevait rien à ton humour si particulier
Tu as été plus de trente ans délégué à la commission cantonale SAFER tu auras représenté le CDJA puis la FDSEA .
N'oublions pas ton engagement à la section des fermiers et métayers et notamment ton travail comme assesseur aux tribunaux paritaires ,  humble , discret et juste là aussi
Dans les années 1985/ 86 /87 et après tu as toujours été avec nous pour organiser ces ventes de viandes que l'on appelaient sauvages et nous nous rappelons tous tes efforts pour que cela se passe bien -n'est ce pas René avec cette fameuse vente à Molinet ? Tu en as bavé aussi ce jour là .
Quand il a fallu organiser cette finale départementale de labour en 1988 tu as été aux avant-postes , tu étais comme nous disions tous ,un expert , et toi tu rigolais ;n'empêche qu'à Avrilly est née ce qui fut après le Festival de l'Agriculture ; nous n'oublierons jamais ta silhouette arpentant les planches de labour pendant toutes ces années ou avec ton œil averti , tu jugeais avec les 2 jury sous ta responsabilité les concurrents nombreux qui venaient s'y mesurer et essayer de mettre leurs pas dans les tiens …
En 1989, comme tous les présidents du canton tu as participé à la création du Service Remplacement des agriculteurs du Canton du Donjon , cette année là toute la FDSEA du Donjon c'était mobilisée et nous avons réussi a mettre sur pied ce service ont la naissance officielle a eu lieu à la salle des fêtes de Saint Didier .Tu n'as pas failli ,responsable du début jusqu'à ta fin tu es resté administrateur , comme nous aimions ta présence , cette pointe d'ironie quand les choses n'allaient pas comme nous aurions voulu , tu avais le don de détendre l'atmosphère , avec toujours une remarque et souvent avec la solution à la difficulté rencontrée , le Service de Remplacement te doit beaucoup ...

La bataille contre la mise en place de la PAC 92 ne fut pas une mince affaire , elle nous prit bien des jours ,des soirées ,des nuits pour tenter d'éviter une mise en place qui détruirait nos régions et toi comme beaucoup d'entre nous tu pestais contre le manque de mobilisation
La chasse aux importations abusives de viande des pays de l'Est ne t'as pas laisser indifférent et tu y étais (j'allais dire « bien sûr») et les nuits blanches ont succédé aux nuits blanches ou avec le travail de la journée il fallait se farcir les « camions frigos » en plus des manifestations qui nous emmenaient vers la grande manifestation de Paris le 30 septembre 1991 « pas de pays sans paysans »tu y pris ta part , plus que ta part pour en faire une réussite pour le canton comme pour le département sans jamais te départir de ton humour bienfaisant .
Puis vint tout de suite après , les poursuites judiciaires avec la reprises des importations de viandes de l'Est , ou un préfet s'était figuré qu'il suffisait de m'arrêter pour arrêter le mouvement syndical , et ce trop fameux et au final triste juge d'instruction qui vous avait affublé « de hordes de gaulois » avec Henri Savel et ses célèbres moustaches et toi ton bouc mais que j'en suis fier de cette horde. Comme tous cette année là tu n'as pas compté tes peines et plus d'une fois « tu as planté la charrue » pour partir en « manif » , ou dans les tribunaux . Oui des paysans qui luttent c'est beau … quand on sait ce que cela représente comme sacrifices .
Puis arriva la lutte contre les hormones bovines , lutte plus ardue , difficile , ou il vous fallu beaucoup de courage de ténacité et combien de réunions , combien de rencontres , tu as été à la hauteur ,digne et tenace , cela te valu bien des menaces n'est pas ? Mais celles ci n'ébranlèrent pas ta détermination , tous ensemble nous avons fait face , comme toujours , pourtant rien ne fut simple , je me rappelle notamment de nos réunions avec le préfet de l'Allier puis avec le Procureur de Cusset ton comportement était toujours le même , authentique ,juste , tenace .
Tout cela entraina plusieurs échos dans la presse et provoqua plusieurs émissions télé , dont la première , à 52 sur la 1 ou tu y participas activement tu su y donner toute l'authenticité paysanne , tu as ,ce jour là , crevé l'écran , elle nous valu bien des insultes , bien des menaces , bien humiliations enfin pour ceux qui en étaient à l'origine! Car pour nous , tout cela nous passa bien au dessus des oreilles , de toute de façon tu étais là pour en sourire et placer toujours ta pointe d'humour bien sentie ; d'ailleurs pour les deux journalistes qui ont été les auteurs de ce reportage tu es resté pour eux « René » , preuve de ton honnêteté , ta gentillesse et de ton réalisme paysan.
Puis vint la crise de la Vache folle et toutes les crises sanitaires à répétitions qui mettaient à mal l'élevage tu es resté sur le pont avec nous .Déjà l'individualisme grandissait telle la gangrène ,s'imposait en mode de gouvernance , pourtant sans nous rencontrer autant nous sommes restés ensembles et solidaires , tu es le premier à nous quitter contre ta volonté
Le Service de Remplacement est devenu au fil des ans ,efficace et pour tout dire majeur , et avec tous nos amis, tu as participé à l'asseoir dans le paysage du canton .
Excuse moi René si j'ai été long , (et pourtant je n'ai été qu'à l'essentiel !) mais je veux que les jeunes générations , comme tous les gens qui t'ont moins connu sachent qui tu étais pour nous tous , ce que tu as fais avec nous , ce que les paysans te doivent même si ils ne mesurent pas encore tous ce qui a été accompli grâce à cette camaraderie , à cette amitié qui nous liaient tous , tu as apporté une lourde pierre à l'édifice commun .
La mer est toujours grosse , les vagues cognent sur le bastingage , mais , grâce à des hommes de ta trempe, le syndicalisme à visage humain trace toujours son sillon ensemençant la terre en idéaux de justice ,de progrès et de fraternité .
Tu nous quittes maintenant pour dormir dans cette terre que tu as tant défendue , aimée et travaillée
Jean Ferrat a chanté:
« Tu aurais pu vivre encore un peu
Pour notre bonheur pour notre lumière
Avec ton sourire avec tes yeux clairs
Ton esprit ouvert ton air généreux »

A quoi répondait Brassen:
«Au rendez-vous des bons copains
Y avait pas souvent de lapins
Quand l'un d'entre eux manquait à bord
C'est qu'il était mort
Oui, mais jamais, au grand jamais
Son trou dans l'eau n'se refermait » 

Et oui tu resteras toujours des nôtres ,René ; passe la vie , la mort , mais l'histoire continue à s'écrire ; tu as participé à en écrire une grande page qui restera gravée -quoique qu'on fasse quoique qu'on dise - dans le Grand Livre de l'Histoire des Luttes Paysannes
Merci René pour tout ce que tu as fait , nous avons été fier d'avoir eu à lutter , à tes côtés,
Adieu , repose en paix si tous les êtres humains remplissaient le même contrat que toi, le paradis serait sur terre
A toi Monique , à toi Roger à vous ses enfants et petits enfants , la FDSEA toute entière , le conseil d'administration de Service de remplacement vous présentent leurs condoléances les plus sincères et attristées .

Aucun commentaire: