Les moutons vont à l'abattoir. Ils ne disent rien, et ils n'espèrent rien. Mais du moins, ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que bête, plus moutonnier que les moutons, l'électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des révolutions pour conquérir ce droit.

Octave Mirbeau, La grève des électeurs (1888)

H. Krazucki ancien secrétaire général de la CGT

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasemen
t.


Mikis Théodorakis

"Si les peuples d’Europe ne se lèvent pas, les banques ramèneront le fascisme"

Seul les poissons morts vont dans le sens du courants ...

Jean Jacques Rousseau :

« Le premier qui, ayant enclos du terrain, s’avisa de dire : « Ceci est à moi » et trouva des gens assez simples pour le croire fut le vrai fondateur de la société civile… Gardez-vous d’écouter cet imposteur, vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et que la terre n’est à personne…Quand les héritages se furent accrus en nombre et en étendue au point de couvrir le sol entier et de se toucher tous, les uns ne purent plus s’agrandir qu’aux dépens des autres… De là commencèrent à naître la domination et la servitude »

Jean Jaurès

«Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots»

Maximilien Robespierre, 1789

" Nul n'a le droit d'entasser des monceaux de blé
à côté de son voisin qui meurt de faim".



RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE

RÉSISTER,LUTTER , CONSTRUIRE
Les générations futures ne nous pardonneront pas d'avoir laisser faire

Un blog pour une idée

Une idée maitresse me guide pour construire ce blog : mettre l'Homme au centre de toutes les préoccupations, reconquérir la dignité perdue, travailler pour un monde Humain, au delà de toutes considérations tendancieuses, pour moi seul compte ,l'humanisme , le combat contre l'exploitation de l'homme par l'homme pour le profit ,une priorité absolue ; pour moi et tous ceux qui luttent, l'être humain et son environnement sont le socle de toutes revendications,
L' Homme doit être le but et l'argent l'accessoire d'échange et rien d'autre
"la terre nous l'empruntons à nos enfants ,nous ne l'héritons pas de nos parents"
Afin d'éviter des attaques au dessous de la ceinture par des gens dont le seul but est d'exister en supprimant les autres, je me vois obliger de mettre en place une modération des commentaires: bien sur il ne s'agit pas de supprimer le débat démocratique , mais il est ors de question de salir les gens pour le plaisir de faire du mal , simplement parce que l'on critique l'action du pouvoir de l'argent , ceux qui respecteront l'être humains continueront comme par le passé à s'exprimer .
Et oui l’extrême droite a pris des ailes et ce blog n'est pas à son service , soyez tous sur vos gardes et prenez garde à vous

Geronimo sur son lit de mort ; d'une terrible actualité

Quand le dernier arbre aura été abattu,
Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,
Quand le dernier poisson aura été péché,
Alors, on saura que l’argent ne se mange pas.


Hugo Chavez.

"Si le climat était une banque, les pays riches l’auraient déjà sauvé"

Préambule du texte de la Constitution de l'OIT, Organisation internationale du Travail,1919

"une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale"

samedi 24 mars 2012

Des paroles et des actes :Ainsi, coup sur coup, le Parlement européen, avec l’accord de tous les groupes politiques à l’exception de celui de Jean-Luc Mélenchon, la gauche unitaire européenne, vient de voter trois textes négatifs pour les petits et moyens agriculteurs.


Il y a quelques semaines des journaux étalaient les prétendues préférences de vote des agriculteurs, à l’occasion des élections présidentielles. Il serait bien plus intéressant d’informer les agriculteurs sur les prises de position des uns et des autres.
Ainsi, coup sur coup, le Parlement européen, avec l’accord de tous les groupes politiques à l’exception de celui de Jean-Luc Mélenchon, la gauche unitaire européenne, vient de voter trois textes négatifs pour les petits et moyens agriculteurs.
D’abord ce qui a été baptisé le « paquet lait ». Il s’agissait de la première législation agricole d’envergure depuis la mise en œuvre du traité de Lisbonne qui permet au Parlement européen d’être co-législateur avec le Conseil européen. La majorité du Parlement européen aurait pu, à cette occasion, écouter les producteurs de lait. Il ne l’a pas fait. Au contraire ! Celui-ci acte définitivement la fin des quotas laitiers et la fin du système d’un prix minimum, au profit de la liberté de production, combinée à la soumission du prix à la production à la volonté de la dizaine de multinationales du lait qui sévissent en Europe, au travers d’un système de contrat de livraison. C’est la voie ouverte à la loi de la jungle où les plus gros producteurs écrasent et éliminent les petits, qui ne peuvent supporter des abaissements permanents des prix à la production. Cette concentration, avec de grandes unités de production, est contraire à l’environnement et à un aménagement harmonieux du territoire. Le groupe de Jean-Luc Mélenchon a voté contre.
L’autre mauvais coup, au moment où tant de bruit est fait autour de la défense de nos productions nationales, est l’acceptation d’un accord de libre-échange avec le Maroc. Celui-ci aura pour conséquence une mise en concurrence entre nos producteurs de fruits et légumes et ceux du  Maroc. Autrement dit, c’est un coup de poignard pour l’emploi agricole, le niveau des rémunérations des paysans ici, pendant que ceux du Maroc seront encore plus exploités. Le groupe de Jean-Luc Mélenchon a voté contre.
Voici une preuve selon laquelle il n’y a aucune fatalité aux difficultés. La vie dans les exploitations agricoles dépend de choix politiques.
Dernier exemple : le jeudi 15 mars dernier, le Parlement européen votait un drôle de compromis. Il est présenté comme un texte visant à mettre un terme à la guerre commerciale sur « le bœuf aux hormones américain ». En vérité, il s’agit plutôt d’une capitulation de l’Union européenne face aux exigences nord-américaines qui vont nous exporter plus de viande bovine, au moins 45 000 tonnes d’ici quelques années. Seuls les députés du groupe de Jean-Luc Mélenchon ont voté contre.
Voilà trois exemples qui, s’ils sont connus, doivent faire réfléchir les agriculteurs avant d’aller voter. La même ligne de fracture existe au sujet de la prochaine réforme de la Politique agricole commune, livrant encore plus nos exploitations familiales au vent mauvais de l’ultralibéralisme destructeur.
Ces faits montrent que les vrais défenseurs des petits et moyens agriculteurs et des consommateurs sont au Front de Gauche. C’est donc bien le vote utile pour soi. Utile pour se défendre et changer.
.

Aucun commentaire: